Les producteurs latino-américains reflechissent à un prix minimum pour le cacao
Ecofin - Publié le: 20-08-2019 - Mise-à-jour le: 20-08-2019 - Auteur: Ecofin
Les producteurs latino-américains reflechissent à un prix minimum pour le cacao
En Amérique latine, les principaux pays producteurs de cacao réfléchissent à la fixation d'un prix minimum de vente de la tonne de fèves.
Selon des informations rapportées par Reuters, une rencontre régionale entre la Colombie, l'Equateur, le Pérou et la République dominicaine, devrait être consacrée à cette question.
L'initiative d'un prix plancher pour le cacao a été lancée par le Pérou qui prévoit un tarif de 3?200 $ la tonne. Ce montant largement supérieur à celui fixé par le Ghana et la Côte d'Ivoire (2?600 $ la tonne) s'explique par la qualité plus élevée des fèves commercialisées en Amérique latine (cacao fin).
Si les chances de réussite de cette démarche restent encore incertaines, certains analystes soulignent la nécessité d'y associer un mécanisme de plafonnement de la récolte afin d'éviter les risques de surproduction.
 
D'autres observateurs font remarquer qu'une des difficultés majeures réside dans le fait que les cacaos de différentes origines en Amérique latine ont leur propre prix et sont accompagnés de leur propre stratégie de commercialisation selon le pays, ce qui complique une harmonisation à l'échelle régionale.
Pour rappel, l'Amérique latine fournit environ 17 % de la production mondiale de cacao alors que le Ghana et la Côte d'Ivoire produisent 60 % du stock.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mardi 20 Août 2019
Effectivement, une solution pour obtenir une meilleure rémunération des fèves consiste à se focaliser sur la qualité et non sur la quantité. Quand les cours baissent et qu'il y a mévente, augmenter la production me semble être la plus mauvaise décision possible !