Côte d'Ivoire/ A 72h de la Tabaski : Les moutons créent des soucis à ceux qui prennent l'avion
lebanco.net - Publié le: 09-08-2019 - Mise-à-jour le: 09-08-2019 - Auteur: Karine Koré
Côte d'Ivoire/ A 72h de la Tabaski : Les moutons créent des soucis à ceux qui prennent l'avion
La fête de Tabaski sera célébrée en Côte d'Ivoire le dimanche 11 août 2019.  A quelque 72 heures de l'événement, c'est la ruée vers les moutons, qui constituent l'emblème de cette fête islamique. A Abidjan, le point de vente le plus célèbre de tous, est l'abattoir de la commune de Port-Bouët.
Depuis quelques jours, il est pris d'assaut par des musulmans venus acheter le mouton qui sera sacrifié le jour de la Tabaski. Une ruée qui a pour conséquence d'obstruer la voie, causant ainsi un embouteillage monstre chaque année, à l'approche de la plus grande fête islamique.
Cette situation cause de gros soucis aux voyageurs qui doivent se rendre à l'aéroport, l'abattoir de Port-Bouët étant situé dans les environs de la voie menant à l'aéroport. La situation est d'autant plus préoccupante que les responsables de l'aéroport ont dû produire un communiqué à l'attention de leurs clients, qui pourraient se retrouver coincer dans l'embouteillage et risquer ainsi de rater leur vol. « Par conséquent, nous vous recommandons, en fonction de votre lieu de départ vers l'aéroport, de prévoir la marge de temps nécessaire pour éviter des retards à l'enregistrement de votre vol », conseillent-ils aux éventuels voyageurs.
Karine Koré
 
Rédigé par: Lago Tape   le: Samedi 10 Août 2019
On gagnerait à organiser un ou plusieurs marché(s) temporaire(s) de la Tabaski, (bien aménagé(s) et remplissant toutes les conditions d'hygiène) comme cela se fait à Tunis par exemple. Ces marchés temporaires de la Tabaski pourraient se situer à la périphérie de la ville d'Abidjan, dans des espaces bien aménagés, route de Bassam ou autoroute après Gesco etc.., pour éviter tout ce désordre en pleine ville. Chaque année c'est le calvaire pour les personnes travaillant dans la zone Port-Bouët et Vridi. C'est affreux pour les voyageurs se rendant à l'aéroport qui ratent leur vol. Chaque année c'est aussi la même rengaine! Les autorités municipales et préfectorales, ainsi que le District d'Abidjan, promettent de trouver des solutions, mais rien du tout n'est fait! C'est toujours la même pagaille! Aimons-nous autant le désordre et la saleté?