Côte d'Ivoire - Entrepreneuriat Un fonds de 22 milliards FCFA pour le financement des projets des  jeunes
lebanco.net - Publié le: 05-08-2019 - Mise-à-jour le: 05-08-2019 - Auteur: Jeremy Junior
Côte d'Ivoire - Entrepreneuriat Un fonds de 22 milliards FCFA pour le financement des projets des  jeunes
Le ministre ivoirien de la Promotion de la Jeunesse et de l'emploi des jeunes a annoncé le dimanche 4 août 2019 à Abidjan,  à la clôture du forum de la société civile de l'AGOA, la mise en place prochaine d'un programme pour le financement de projets des jeunes, d'une valeur de 22 milliards de FCFA.  
En outre, celui-ci  a remercié toutes les organisations et les personnes qui ont effectué le déplacement pour prendre part au forum.
Ramsey Day, l'Administrateur adjoint principal pour l'Afrique, de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID),  a saisi l'occasion pour inviter les femmes et les jeunes de l'Afrique à être les « champions des secteurs privés » de leurs pays respectifs.
 
Jeremy Junior
jeremy.junior@lebanco.net
Rédigé par: Sandoby   le: Mardi 6 Août 2019
RIEN QUE DU PIPO
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mardi 6 Août 2019
Les milliards, vous ne connaissez que ça. Mais les milliards on s'en fout, la seule chose qui compte vraiment c'est le résultat concret sur le terrain ! On vous fait confiance pour nous endetter et dépenser les milliards, mais pas du tout pour ce qui est d'obtenir des résultats réels et tangibles. Alors parlez nous plutôt de cela que de l'argent (virtuel et invérifiable de toutes façons) dont on n'est pas sûr qu'il nous profitera réellement !
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 5 Août 2019
L'entreprenariat c'est quand je suis diplômé Bac + 12 et que j'ouvre une cabine téléphonique. Voilà la réalité du terrain !
Rédigé par: Lago Tape   le: Lundi 5 Août 2019
L'entrepreneuriat est un concept profond que nous ne saurons intégralement détailler ici. Mais comprenons simplement que devenir entrepreneur, découle d'un processus d'apprentissage graduel et continu. Il ne s'agit pas d'un événement spontané comme le deviennent la majorité des jeunes chômeurs ivoiriens (qui se réveillent un beau matin et se déclarent "entrepreneurs"...). Vous verrez en Côte d'Ivoire, un jeune de 20 ans qui a le BAC devenir entrepreneur après (uniquement) 2 semaines ou 02 mois maximum de formation accélérée en entrepreneuriat parce que les institutions publiques en donnent l'opportunité. Alors que pour tout vous dire, un vrai entrepreneur dans la majorité des cas, c'est celui qui a déjà servi (pendant de longues années) en tant qu'employé ou alors c'est un génie du genre des Bill Gates ou autres, mais cela est très rare. Les jeunes ivoiriens veulent tous devenir des chefs d'entreprises (sans avoir jamais travaillé de leur vie) et surtout ne veulent pas travailler de façon collégiale pour un meilleur aboutissement de leurs projets d'entreprises. L'accès au financement est aussi l'une des difficultés sur le terrain. Souvent les bailleurs de fonds disent que c'est plutôt les projets des jeunes qui manquent de qualité. Qu'en est-il ? Le financement en soi est un risque pour celui qui finance, que ce soit les institutions publiques, le promoteur ou encore les institutions privées. Alors, lorsque vous êtes un réel analyste financier, un jeune créateur d'entreprise avec le profil que je viens de vous décrire, sans aucune expérience professionnelle et voulant forcément faire aventure seul, ne saurait vous séduire. Il est donc impératif de revoir le concept ''entrepreneuriat'' et redéfinir le profil d'un entrepreneur en Côte d'Ivoire.
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Lundi 5 Août 2019
Il faut voir plus loin que les effets d'annonce en Côte d'Ivoire. Il faut aussi arrêter l'autosatisfaction permanente. Ces dernières années sur tout le continent africain on peut remarquer que les dirigeants ont commencé à s'intéresser à l'entrepreunariat vu le nombre de jeunes chômeurs qui devenait de plus en plus inquiétant pour les politiques. J'avoue que c'est une apparence que l'entrepreneuriat soit la solution à la problématique de l'emploi des jeunes en Afrique. Il s'agit en réalité, selon la forme que cela prend, pour les gouvernants, de se débarrasser ou encore de se déresponsabiliser face à leurs obligations à l'égard de la jeunesse. En Côte d'Ivoire je félicite pourtant les initiatives gouvernementales parce qu'elles permettent de réaliser des objectifs quantitatifs des projets. Mais l'objectif réel, qualitatif, est loin d'être atteint à l'analyse de l'entrepreneuriat en CI. Ces programmes et projets gouvernementaux ne génèrent que des créateurs d'entreprises et non des entrepreneurs. En effet, l'objectif de la promotion de l'entrepreneuriat dans un pays n'est pas seulement la création de l'emploi, mais également le concours de ces entreprises au renforcement de l'économie nationale à travers le payement de leurs redevances fiscales. Alors que lorsque vous analysez le cas ivoirien vous conviendriez avec moi, que nous faisons face à une grande quantité de jeunes entreprises, avec un taux de mortalité extrêmement élevé, une capacité managériale très faible et sans aucun concours réelle à l'économie nationale.
Rédigé par: Lago Tape   le: Lundi 5 Août 2019
Ce ministre aime les effets d'annonce. Chaque jour il annonce l'existence d'un (nouveau) fonds pour l'entrepreneuriat et la jeunesse. Mais quand on demande aux jeunes entrepreneurs ivoiriens, la plupart vous disent que "l'accès au financement" demeure leur plus grande difficulté sur le terrain. Où sont donc les milliards annoncés? Comment ces milliards seront-ils décaissés et, sous quelles conditions? Avec quelle rapidité ? Sur ces questions pratiques, le ministre demeure silencieux. Rien qu'en Afrique, plus de 600 millions de personnes ont moins de 25 ans et 72 % d'entre elles sont sans emploi ou sous-employés. La jeunesse africaine espère que nos politiciens vont passer des discours au concret et véritablement s'attaquer à ces chiffres alarmants, en se concentrant sur le renforcement des compétences nécessaires pour que les jeunes Africains puissent obtenir un emploi ou devenir de vrais entrepreneurs. Les Nations-Unies ont créé "la Journée mondiale des compétences des jeunes" pour faire la lumière sur cette question et promouvoir des opportunités de travail viables pour les jeunes du monde entier. D'ici à 2030, les Nations-Unies espèrent renverser le chômage des jeunes comme indiqué dans l'Objectif de développement durable (ODD) 8.