Gabon : La santé d'Ali Bongo préoccupe la cour d'appel de Libreville
lebledparle. - Publié le: 14-07-2019 - Mise-à-jour le: 15-07-2019 - Auteur: Gaël Mbala,
Gabon : La santé d'Ali Bongo préoccupe la cour d'appel de Libreville
C'est à l'initiative du collectif «?Appel à agir?», qui réclame un examen médical du chef de l'État, que ce projet a été pensé.
Le journal panafricain JeuneAfrique renseigne que la défense d'Ali Bongo et le collectif «?Appel à agir?» sont convoqués par la première chambre civile et sa présidente Paulette Akolly, lundi 15 juillet à 9 h 30.
«?Le tribunal devra décider si, oui ou non, il autorise l'envoi d'un expert auprès du président gabonais afin d'examiner l'état de santé de ce dernier?», écrit JeuneAfrique.
Selon notre confrère, «?Appel à agir?», qui multiplie les causeries à Libreville pour mobiliser les Gabonais, avait introduit en mars 2019 une requête auprès du tribunal pour désigner un expert chargé de déterminer si le président de la République gabonaise est apte à assumer ses charges de chef de l'État après son accident vasculaire cérébral d'octobre 2018.
«?Le collectif, composé du député de l'Union nationale Maxime Minault Ebeyard, de Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, de Marc Ona Essangui ou de Noël Bertrand Boundzanga, estime qu'un tel examen médical pouvait ouvrir la voie à la déclaration d'une vacance de pouvoir. Il avait été débouté, début mai, en première instance, avant d'interjeter appel?», peut-on lire dans le journal d'Ali Ben Bachir.
Rédigé par: Loethiers Mackan   le: Lundi 15 Juillet 2019
Ali Bongo Bouteflika. Ali Bouteflika Bongo.Ali Bouteflika. Bouteflika Ali Bongo. Même l'antique Égypte y penserait deux fois.
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Dimanche 14 Juillet 2019
Un scénario aussi extravagant peinerait à convaincre le moindre producteur. Prenez un président malade et hémiplégique. Qu'importe si le chef de l'Etat est si affaibli que ses visiteurs s'inclinent devant son portrait. Il ne s'agit pas d'un cauchemar: cette situation surréaliste est bel et bien infligée aux Gabonais. Il faut donc considérer qu'il y a beaucoup d'intérêts cachés en jeu, pour tenter de maintenir au pouvoir, un président hémiplégique, diminué intellectuellement et physiquement.Son état de santé réel reste un mystère. Un secret d'Etat autant à Libreville que sur les bords de la Méditerranée au Maroc, où Ali Bongo a été convalescent, comme auparavant, les autorités gabonaises se réfugient toujours derrière le secret médical. Dans une démocratie, ce que le Gabon prétend être, l'aptitude du chef de l'Etat du Gabon devrait être d'intérêt public. D'autant plus qu'il a été soi-disant "élu" et "réélu" par les électeurs du Gabon.