Les gendarmes autorisés à tirer à vue en Guinée
BBC - Publié le: 08-07-2019 - Mise-à-jour le: 08-07-2019 - Auteur: BBC
Les gendarmes autorisés à tirer à vue en Guinée
Une loi vient d'être adoptée en ce sens par les parlementaires guinéens.
En Guinée, les gendarmes peuvent désormais tirer à vue sur tout obstacle et toute menace imminente. C'est la quintessence d'une loi adoptée par l'Assemblée nationale.
La commission défense et sécurité de l'Assemblée nationale, dans l'exposé des motifs en plénière, a déclaré que cette loi vise à protéger les Guinéens contre le terrorisme, les prises d'otages et tous les cas dans lesquels un d'entre eux se retrouve face à un danger.
Dans ces cas de figure, la loi autorise les gendarmes guinéens à tirer à vue. aucune poursuite judiciaire ne leur sera opposée.
 
Les juristes ont appelé les autorités guinéennes à privilégier la promotion des questions des droits humains et des conventions internationales relatives aux droits de l'homme auxquelles la Guinée a souscrit.
Ils redoutent les conséquences d'une telle loi.
Selon le correspondant de la BBC une bonne frange des 113 députés guinéens s'est abstenue de voter cette loi jugée dangereuse.
Il signale qu'au sein même de la commission défense et sécurité de l'assemblée nationale, certains députés ont critiqué le document et se sont opposés ouvertement à son adoption.
Les organisations de défense des droits de l'homme redoutent que les gendarmes ne se servent de cette loi pour tuer impunément dans le contexte actuel, marqué par la polémique autour d'une nouvelle Constitution et un éventuel 3ème mandat du chef de l'Etat guinéen.
 
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 8 Juillet 2019
ça craint !
Rédigé par: Bonébo   le: Lundi 8 Juillet 2019
C'est la trajectoire HONTEUSE de nos opposants dits historiques, pères de la démocratie dans nos pays. Wade a eu des prétentions qu'il a vite transférées sur son fils comme si Senghor et Diouf n'avaient pas dans leur cercle, des proches qui auraient pu hériter du fauteuil. Gbagbo a refusé de se soumettre au verdict des urnes, non sans avoir savamment préparé sa réélection par tous les artifices pour finalement offrir sans état d'âme à son pays une guerre. Alpha a combattu la soit-disant dictature de Sékou Touré et successeurs, pour servir pire et vouloir un n-iàme mandat alors qu'il était bel et bien de ceux qui ont réclamé et obtenu le mandat renouvelable une seule fois. Pauvre Afrique et ses opposants historiques incapables de s'appliquer à eux-mêmes, ce qu'ils exigent des autres. Plus près de nous, alors que Bédié, Guéï et Gbagbo au pouvoir d'Etat, ont taillé chacun à son tour, l'instance chargée des élections suivant leur bon vouloir, voilà que l'opposition aujourd'hui où se retrouvent Bédié et Gbagbo demandent que ladite soit taillée suivant le bon vouloir de l'opposition. Logique vraiment à l'envers !!!
Rédigé par: Ezale   le: Lundi 8 Juillet 2019
Conde est un dictateur voir tyran au sense propre du terme . Mais , il joue avec du feu....les guineen ne lui ferons pas de cadeaux .