En visite chez le Mogho Naaba Bâongo: Amoa Urbain prône le pardon et la réconciliation
Fraternité Matin - Publié le: 25-06-2019 - Mise-à-jour le: 25-06-2019 - Auteur: MARCEL APPENA
En visite chez le Mogho Naaba Bâongo: Amoa Urbain prône le pardon et la réconciliation
Le pardon, la réconciliation et la paix doivent toujours caractériser les relations entre «les peuples frères et amis» ivoirien et burkinabè, a instruit le Pr Urbain Amoa, lors d'une visite à la cour royale du Mogho Naaba Bâongo, rapporte une note du service communication de l'écrivain et homme de culture. 
«Je voudrais exhorter mes frères ivoiriens et ceux du Faso à la paix et à la réconciliation, afin que ces deux peuples désarment la violence verbale en pratiquant l'élégance langagière, qu'ils désarment aussi leur cour en se  pardonnant pour oublier progressivement le mal fait aux uns et autres», a-t-il déclaré, samedi dernier, à la faveur d'une cérémonie de dédicace de son recueil de poèmes intitulé "Le Soleil Éclatant", Palais royal "Panghin" de Ouaga.

Pour l'hôte du Mogho Naaba Bâongo, s'il est vrai que les relations entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso sont aujourd'hui au beau fixe, il reste que «l'histoire des deux pays frères, unis par l'histoire et des liens fraternels séculiers», a longtemps été secouée par des tensions, des affrontements fratricides et «des conflits communautaires».   

Homme de lettres, enseignant et chercheur, spécialiste des questions de royauté en Afrique, Amoa Urbain a souhaité aussi que «le Mogho Naaba Bâongo puisse offrir davantage de textes poético-philosophiques aux futures générations, pour que naisse en Afrique une nouvelle race de chefs dits traditionnels, afin de constituer au cour des États modernes, une chefferie rationnelle et éclairée, nourrie de l'expérience des anciens, doublée de grandes compétences professionnelles et humaines».

Depuis trois jours, le Pr Amoa Urbain séjourne au pays des "hommes intègres'' sur invitation de sa majesté Mogho Naaba Bâongo, pour présenter son livre poétique et philosophique au public.

MARCEL APPENA
Rédigé par: Bonébo   le: Jeudi 27 Juin 2019
Nous revenons sur nos posts relatifs aux propos de amoa en visite chez le roi burkinabé. Nous n'aurions aucun commentaire à faire, si amoa était allé comme tout le monde vendre son bouquin et en présenter les grandes lignes. C'est cet amalgame malin qui nous met en colère, tout simplement. Pourquoi entrer avec la soutane littéraire dans la cour du roi et une fois devant le roi, se muer en militant politique et tenir propos d'équilibristes !? Il ne s'agit point de s'efforcer à couper la poire en deux parties égales entre le BF et la CIV. Une fois encore, ce sont ivoiriens qui ont des problèmes, les Burkinabés ont mal pour cette hystérie collective dans le mal que vit la CIV depuis quelques années. Amoa si le bouquin traite de ce sujet, c'est que c'est bien en CIV qu'il faut en faire la promotion, pas au BF.
Rédigé par: Bonébo   le: Jeudi 27 Juin 2019
Tous sommes édifiés par les grandes transformations que connaît la CIV ces dernières années. Alors posons que Ado est effectivement un non ivoirien. Politique mise à part, on est donc en droit d'être agréablement surpris par ce qu'un étranger la tête d'un pays peut apporter à ce pays. Respectons donc l'étranger parce qu'il peut être une solution et pas systématiquement un problème. Considérons maintenant Ado ivoirien. Ici encore on peut être agréablement édifié par ce qu'un ivoirien peut faire pour ses compatriotes, tout en leur assurant paix et stabilité. Du coup le regard se tourne vers ces ivoiriens multiséculaires que sont gbagbo et bédié. Qu'ont-ils apporté comme transformations extraordinaires de ce pays !? Le premier a observé les dérives ivoiritaires et langagières avec un silence complice de plus en plus bien consciente quand le second lui a tristement fait connaître à son pays la guerre la plus cynique. Contre Ado, il est dit que le pays est trop endetté. Mais les deux autres, bédié et gbagbo qui n'ont pas endetté le pays ont utilisé les budgets nationaux à quelles fins !? Face à toutes ces réalisations si Ado n'est pas ivoirien, il mérite qu'on la lui donne sans réserve. Entre temps pour les multiséculaires, un homme qui fait autant pour son pays ne peut qu'être un natif de ce pays, en aucun cas ce ne peut être un étranger. Ce qui permet de dire : Un tel homme, en l'occurrence Ado est bel et bien ivoirien également pour tous ceux qui pensent que seuls les multiséculaires développent le pays.
Rédigé par: ka   le: Mardi 25 Juin 2019
Très souvent je ne cautionne pas à 100% les critiques de mon frère Bonébo : Mais ici je lui tire mon chapeau pour cette critique pertinente. Mes frères et Sours Burkinabé vivants en Côte d'Ivoire retiendront cette vérité de Bonobo qui rougit les yeux mais ne les casse pas, quand il dit : ''Il n'y a jamais eu de conflits entre les deux pays. Sankara a eu des positions belliqueuses vis-à-vis de Houphouët, sankara était plein de fougues. Il y a surtout que les burkinabé vivant en CIV ont vécu des situations dramatiques, tout simplement parce que Ado serait burkinabé comme eux. Comme certains estiment que Ado a commis une forfaiture en aspirant au fauteuil présidentiel, tout simplement parce que eux ivoiriens multiséculaires ont été hospitaliers vis-à-vis des voltaïques, burkinabé. Donc il faut punir, éradiquer le burkinabé en Civ. "Je voudrais exhorter mes frères ivoiriens et ceux du Faso à la paix et à la réconciliation, afin que ces deux peuples désarment la violence verbale en pratiquant l'élégance langagière, qu'ils désarment aussi leur cour en se pardonnant pour oublier progressivement le mal fait aux uns et autres". Oui mon frère Bonébo, je suis un témoin vivant de ce que tu racontes. Très jeune en 1959, j'ai vu mon oncle et ses compatriotes à grand Lahou dans les premières scieries d'exploitations du bois Ivoiriens par les Français, mangé pendant la pause mains dans la mains avec les Ivoiriens sans aucune histoire. Je me rappelle comme c'était hier. Encore une fois ''Bravo.''
Rédigé par: Bonébo   le: Mardi 25 Juin 2019
... les alliances à plaisanterie ont dû vous montrer leurs limites. Sinon, elles nous auraient évité la crise post-électorale 2010/2011, les dérives langagières et les temps sombres que certains annonces pour la CIV en 2020. Ahoussou Jeannot quitte le Pdci pour le RRhdp et vlan, on le taxe de burkinabé ! Comme quoi, Amoa, il y a du boulot en CIV et ne jouez pas à l'autruche. Cette démarche vis-à-vis de la royauté burkinabé est maladroite, encore que n'étant pas de l'association des rois et chefs de CIV, ni leur porte-parole, à quel titre vous la menez la CIV!? Cette démarche du Urbain est violente, mal venue, cynique. Et tant que les ivoiriens de son espèce se croiront rusés, malins, il vont toujours se planter face aux Burkinabés et même aux français. Le Burkina et les burkinabés N'ONT JAMAIS EU DE PROBLEMES avec les ivoiriens, n'ont donc pas besoin d'une éducation à l'élégance langagière, de désarmer leurs coeurs. Que Amoa se tourne vers ses frères et soeurs ivoiriens pour leur tenir ces propos et les interpeller sur la nécessité d'une coexistence pacifique et fraternelle avec les burkinabés vivant en CIV. Je profite pour dire yako et grand yako aux BF et aux burkinabés et les exhorte à toujours garder de la hauteur vis-à-vis des petitesses ivoiriennes. Yako également à Amoa et certainement ses jeunes patriotes que Dieu a sévèrement punis en faisant de la pierre qui a été rejetée, Ado, la pierre d'angle. Tous y compris amoa en sont à ronger leur frein mais Dieu est aux commandes. Amoa urbain, votre démarche est mauvaise, mille fois mauvaise parce sous tendue par de la pure malice. Travaillez à changer la mentalité des ivoiriens, leurs discours, leurs langages, leurs regards, leurs valeurs.
Rédigé par: Bonébo   le: Mardi 25 Juin 2019
Non, professeur Amoa. Ce sont des propos mensongers, malhonnêtes et graves. Il n'y a jamais eu de conflits entre les deux pays. Sankara a eu des positions belliqueuses vis-à-vis de Houphouet, sankara était plein de fougues. Il y a surtout que les burkinabé vivant en CIV ont vécu des situations dramatiques, tout simplement parce que Ado serait burkinabé comme eux. Comme certains estiment que Ado a commis une forfaiture en aspirant au fauteuil présidentiel, tout simplement parce que eux ivoiriens multi-séculaires ont été hospitaliers vis-à-vis des voltaîques, burkinabé. Donc il faut punir, éradiquer le burkinabé en Civ. "Je voudrais exhorter mes frères ivoiriens et ceux du Faso à la paix et à la réconciliation, afin que ces deux peuples désarment la violence verbale en pratiquant l'élégance langagière, qu'ils désarment aussi leur cour en se pardonnant pour oublier progressivement le mal fait aux uns et autres". En tout état de cause, mauvaise foi mise à part, un tel discours devra en tout premier lieu s'adresser aux ivoiriens. Il n'y a jamais eu de dérive langagière de la part d'une autorité burkinabé. Même dans les époques d'hystérie collective qu'a vécue la CIV en traitant le burkinabé de tous les péchés d'Israël, le Burkina a toujours su prendre de la hauteur et garder la tête bien froide,sur les épaules. Le BF a toujours pardonné à la CIV, c'est aux ivoiriens de tous bords et niveaux de mieux posséder cette élègance langagière, de désarmer leurs coeurs et de reconnaître le mal fait au Burkinabés, leurs frères et soeurs de tous les jours, d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Ado n'est pas le Burkina et le Burkina ne se réduit pas à Ado. Encore que Bédié n'a jusqu'à ce jour exposé ses justificatifs légaux qui l'ont amené à taxer Ado de burkinabé. Détenir un passeport d'un pays ne pas pas de vous, originaire de ce pays. gbagbo a bénéficié d'un passeport burkinabé, bédié a bénéficié d'un passeport togolais... Alors professeur Amoa, les alliances à plaisanterie vous..