Reconnaissance du mérite /Denis Kah Zion :"La presse ivoirienne est tres malade.Elle est entrain de rédiger sa propre nécrologie.Il faut la sauver"
Le Nouveau Réveil - Publié le: 22-06-2019 - Mise-à-jour le: 22-06-2019 - Auteur: Le Nouveau Réveil
Reconnaissance du mérite /Denis Kah Zion  :
Monsieur le Secrétariat Exécutif en chef du PDCI-RDA,

Mesdames et Messieurs les membres du secrétariat Exécutif du PDCI-RDA,

Mesdames et Messieurs les membres de la direction du Parti,

Mesdames et messieurs,

Honorables invités,


Nous voilà à nouveau ensemble pour la deuxième fois en l'espace de seulement 16 jours, dans des évènements qui, à des degrés peu différents, intéressent et engagent la vie du PDCI-RDA, ce parti socle de la Côte d'Ivoire. Nous sommes réunis ce jour pour célébrer à notre façon les 18 ans d'existence de votre quotidien "Le Nouveau Réveil", produit phare du Groupe de Presse "Le Réveil". Pour cette dix-huitième bougie de votre journal, nous aurions pu très bien nous passer du discours d'anniversaire classique, tant il s'agit de retrouvailles familiales qui nous dictent juste des rappels de souvenirs en vue de mieux appréhender l'avenir.

C'est pourquoi, nous ne pouvons et ne devons certainement pas oublier nos partenaires du PDCI-RDA, à commencer par le Président Henri Konan Bédié qui nous ont soutenus afin que le petit journal lancé dans un petit maquis de Yopougon Bonikro devienne aujourd'hui "Le journal de Choix des Ivoiriens". En effet, de Bonikro à Cocody Saint Jaques en passant par le maquis de Kabadougou à Yopougon gare, le maquis Barrassié et le domicile de Kah Zion à Niangon, le Kiosque de 220 logements puis le 2ème étage des 60 logements à Adjamé, que de chemin parcouru ! Que de péripéties et que d'obstacles franchis ! que de risques pris et de souffrances endurées ! Un doux rêve dans lequel chacun, à son niveau a joué et continue de jouer son rôle.

En 18 ans d'existence de ce journal, nos jeunes collaborateurs qui pour la plupart se lançaient pour la première fois dans la presse, auront appris avec nous qu'être journaliste est un métier prenant, exclusif, qui ne supporte pas l'infidélité. Il est exigeant comme l'amour, et c'est bien parce qu'il a toujours été fait avec amour que Le Nouveau Réveil a réussi à s'imposer comme un label. Non seulement pour les militants et sympathisants du PDCI-RDA, mais aussi pour l'ensemble des Ivoiriens épris de vérité, de démocratie et de paix.

Hélas, depuis un certain temps, ce n'est un secret pour personne : la presse ne se porte pas comme un charme. On la dit malade, au point que les journaux eux-mêmes en seraient à rédiger leur propre nécrologie. Si nous tenons dans cette grisaille, c'est bien parce que nous bénéficions de du soutien sans faille du Président Henri Konan Bédié ; c'est parce que le PDCI-RDA est toujours à nos côtés, nous entourant de bons soins et de conseils constructifs.

Me tournant vers mes collaborateurs, je dirais pour vous, le Directeur général, le directeur de publication, le rédacteur en chef, les chefs de services, les journalistes, les administratifs, les techniciens, les machinistes, les commerciaux, les chauffeurs, les veilleurs, qui avez le devoir de vous surpasser chaque jour parce que vous avez l'honneur de travailler dans un journal de légende, la situation est presque intenable. Il vous faut imaginer un avenir dont tout le monde répète qu'il appartient au numérique. Il faut aussi sortir ce journal au quotidien, faire qu'il soit le plus sérieux, le mieux informé, le plus juste et le plus impartial. Pour qu'il soit tout simplement le meilleur. Parce que nous n'avons pas le droit de décevoir la grande confiance en nous placée par le président Henri Konan Bédié et les millions de militants du PDCI-RDA. Le Président a de tout temps traduit en actes concrets son amour pour ce Groupe de Presse. Le dernier en date est l'aide qu'il nous a apportée le 9 juin dernier à Daoukro lorsqu'il nous a accordé une audience paternelle.

Mes chers collaborateurs, que dis-je, chers frères et sours, vous avez tous montré, artisans du Nouveau Réveil d'hier et d'aujourd'hui, la même passion du journalisme, le même sens du sacrifice au service de ce métier et de ce journal. C'est un métier de fou. Je le sais bien, pour l'avoir moi-même pratiqué depuis près de 30 ans.

Mais l'heure n'est pas à la nostalgie. Pour son 18ème anniversaire, Le Nouveau Réveil veut surtout se tourner vers le futur. Aux côtés du Président Henri Konan Bédié, aux côtés du PDCI-RDA, aux côtés du peuple de Côte d'Ivoire.

M. le chef du Secrétariat Exécutif, le jeudi 6 juin dernier, vous étiez là avec nous pour nous entretenir. Ce vendredi 21 juin, vous êtes à nouveau là avec nous pour nous aider à souffler notre dix-huitième bougie. Votre sollicitude permanente nous va droit au cour et qu'il me soit permis de vous renouveler les remerciements de l'ensemble des travailleurs du Groupe de presse "Le Réveil".

Fort de votre soutien, très forts de la confiance du président Henri Konan Bédié, nous ne cesserons d'informer, de dénoncer, de critiquer, de nous engager, de nous indigner, et de mobiliser. Surtout avec la nouvelle ligne que nous nous sommes donnée depuis le retrait total et définitif du PDCI-RDA du RHDP dans toutes ces formes, nous sommes convaincus que les militants et sympathisants du PDCI-RDA, les Ivoiriens dans leur grande majorité nous suivent avec intérêt et espoirs. C'est donc dans la droite ligne de ce service d'utilité nationale que nous nous sommes mis il y a peu à l'heure du numérique. Ainsi, "Le Nouveau Réveil" a désormais une édition en ligne logée sur www.Leréveil.net; Le Nouveau Réveil est désormais sur facebook sous le nom lereveilOfficiel, sur twitter sous le nom lereveil_tweet, sur instagram sous le nom lereveil_insta et enfin, "Le Nouveau Réveil" s'est doté d'une tribune d'alerte en ligne pour vous servir des informations brèves et instantanées. Monsieur le Chef du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA, vous avez raison de croire en cette équipe, en ce groupe, en chacun de ces jeunes gens dont vous venez, au nom du Président Bédié récompenser, ce jour, les efforts. C'est le lieu de saluer et remercier Mme la Directrice de la communication du Pdci-Rda, ma petite soeur Djénébou Zongo qui se bat chaque jour pour rendre le parti visible partout. Parfois incomprise, mais elle travaille avec détermination pour booster la communication du Pdci-Rda. Nous exprimons, également, notre gratitude au président Henri Konan Bédié et à la Direction du Pdci-Rda pour la décoration et l'entrée prochaine de certains de mes collaborateurs au Bureau politique du Pdci-Rda. C'est donc avec grand espoir que nous vous écoutons.

Je vous remercie.