«J'adore les immigrants»: Trump drague l'électorat hispanique
AFP - Publié le: 21-06-2019 - Mise-à-jour le: 21-06-2019 - Auteur: AFP
«J'adore les immigrants»: Trump drague l'électorat hispanique
« J'adore les immigrants »: Donald Trump, qui a officiellement lancé mardi sa campagne de réélection, drague l'électorat hispanique dans un entretien à la chaîne américaine hispanophone Telemundo diffusé jeudi. 
Accusé d'entrée par le journaliste qui l'interroge d'être « très dur envers les immigrants », le président américain le coupe immédiatement: « Vous voulez dire, les immigrants clandestins. Car j'ai été très bon avec les immigrants ». 
« J'adore les immigrants. Ce pays repose sur les immigrants », insiste-t-il, disant même en vouloir davantage afin de pourvoir les nombreux emplois industriels qu'il assure avoir ramenés aux États-Unis depuis son élection en 2016. 
Donald Trump souligne dans l'entretien --son premier à une télévision hispanophone-- que le taux de chômage des Hispaniques n'a jamais été aussi bas dans l'histoire du pays et que sa cote de popularité auprès d'eux a progressé de dix-sept points. 
La raison? « Parce que je suis dur à la frontière. Les Hispaniques veulent de la fermeté à la frontière », avance le milliardaire. « Ils ne veulent pas de gens qui viennent prendre leurs emplois. Ils ne veulent pas que des criminels viennent, car ils comprennent la frontière mieux que quiconque ».  
 
Interrogé sur l'un de ses tweets du début de semaine, dans lequel il promettait d'expulser des « millions d'étrangers illégaux », M. Trump répond que « beaucoup d'entre eux » ne sont pas forcément originaires d'Amérique latine mais aussi « de Chine et d'autres endroits du monde que vous ne pouvez même pas imaginer ». 
Saluant les efforts accomplis dernièrement par le Mexique pour arrêter l'immigration clandestine à destination des États-Unis, il estime que sa fermeté à l'encontre de Cuba et du Venezuela lui assurera en 2020 la sympathie de l'électorat hispanique. 
« Nous allons nous occuper de Cuba comme il faut », promet-il. « Pas à la façon d'Obama, qui a été un désastre ». 
Le vice-président américain Mike Pence doit se rendre mardi à Miami, où résident de nombreuses personnes d'origine cubaine, pour lancer un groupe de soutien de la communauté hispanique au président: « Latinos for Trump ». 
Donald Trump a officiellement donné mardi le coup d'envoi de sa campagne pour la présidentielle de 2020 depuis la Floride, État-clé des élections américaines dans lequel le vote hispanique revêt une importance cruciale.