Dédicace « Duékoué : La vérité interdite » Saint Tra Bi promet d'aller jusqu'au bout des révélations
Connectionivoirienne - Publié le: 21-06-2019 - Mise-à-jour le: 21-06-2019 - Auteur: S.D
Dédicace « Duékoué : La vérité interdite » Saint Tra Bi promet d'aller jusqu'au bout des révélations
L'intervention du magistrat François Guéi qui a failli gâcher la cérémonie
Le confrère, actuel correspondant du quotidien Fraternité Matin à Duékoué, Goré Bi dit Saint Tra Bi a organisé la première dédicace de son livre témoignage ''Duékoué : La vérité interdite'', ce jeudi 20 juin 2019 à Novotel Plateau, devant un parterre de personnalités et de journalistes. La cérémonie ponctuée de témoignages, de félicitations et de critiques a été riche mais aussi émouvante quand dans une autre phase, les organisateurs ont fait une projection des photographies réalisées par l'auteur. Des images qui rappellent l'horreur de la longue guerre meurtrière qui a secoué cette partie du pays entre 2002 et 2012. Des corps exhumés, des puits transformés en sépulture, des corps disséminés dans les rues, les pillages, les destructions, les acteurs aux visages pleins d'inhumanité, des fosses communes.
Selon le critique littéraire, Pr. Adama Coulibaly, le livre est un texte documenté. ''Il ne s'agit pas d'une fiction mais d'un témoignage. (....) Une écriture sanguine avec en toile de fond la mémoire manipulée'', commente-t-il.
Pour sa part, Tra Bi a livré quelques détails de son ouvre affirmant qu'il s'agit de la relation de faits vécus, documentés et photographiés. Il ne s'agissait pas, dit-il, de prendre une position pour un camp contre un autre mais d'un devoir de mémoire pour montrer à quel point ce conflit a été dévastateur. Un seul tome ne saurait suffire pour relater tout ce qu'il sait et tout ce qu'il a vu. Aussi a-t-il promis un tome 2 dès le mois de juillet. Il promet d'aller jusqu'au bout des révélations en rentrant dans les détails les plus inextricables. Il révèle dans ce premier tome que le conflit de l'Ouest ivoirien était à l'origine des palabres issues de l'occupation des terres. Palabres exacerbées par les rivalités politiques.
Et les politiques étaient bien présents à cette cérémonie de dédicace. Le magistrat François Guéi, précédemment membre du Conseil constitutionnel et pro-Ouattara, a eu droit à la parole. Il a provoqué une vive clameur dans la salle lorsqu'il a nié l'existence d'un ''génocide'' à l'ouest. ''Il y a eu des meurtres, des assassinats, des tueries et des massacres mais il n'y a jamais eu de génocide wê'', a-t-il déclaré tentant de donner sa définition de génocide au milieu d'une vague d'indignation de ses frères wê qui ne voulaient plus l'écouter. Un autre, Evariste Méambly, qui avait bien commencé son intervention en appelant à l'apaisement, sera lui aussi chahuté vers la fin quand il transforme l'occasion qui lui a été donnée en une tribune politique pour louer les bienfaits d'Alassane Ouattara en faveur des pro-Gbagbo. Il a brandi une proposition de loi d'indemnisation des victimes, une initiative personnelle qu'il entend défendre après sa proposition d'amnistie.
Au total, Saint Tra Bi aura eu le mérite de mettre côte à côte, le temps d'une dédicace, les frères d'une région divisés par la politique et qui ne se supportent pas dès lors qu'un sujet sensible comme celui du génocide wê est évoqué. La ministre Anne Oulotto en sait quelque chose. Ce jour encore, la salle a été surchauffée à l'évocation de ce vocable quand bien même cela ne constitue pas la trame du livre du confrère.
SD à Abidjan
Rédigé par: coul23   le: Samedi 22 Juin 2019
Je suis dsole de le dire pour moi ce qu'on appelle le genocide WE , na jamais existe . Les meurtre de duekoue non ete que la REVENCHE des victimes qui ce sont venges contre les boureau d'hier qui ont massacres leurs parents et famille a tours de bras sous la biens veillance des cadres du Fpi avec la complicite des freres liberien acquis a leurs causes ! C'est ca qui est l'averite ! . Donc , pour moi tout ce que dit ce journaliste militant Fpi...n'est que du MONTAGE pure et simple . Come on man , les gens ne peuvent pas massacres impunement les gens innocents....et pensez que ces derniers...resterons bras croisee apres la chute de leurs pouvoir ! NON ! La loi du taillon a ete exerces par les victimes d'hier .Quand meme , pourquoi n'y a t-il pas eut de genocide Bete a gagnoa ou a daloa ? Les WE ce sont laisses utilises pour commettre des massacres a grands echelle accuses a tors de RDR-assaillants.... au non de gbagbo et les cadres WE ! et biens , la reponses des victimes a ete fatal apres la resprise de la ville par les frci.
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Samedi 22 Juin 2019
La querelle pour savoir s'il faut dire que c'est un génocide ou des tueries massives (génocidaires) est une querelle stérile. Le fait avéré est que des tueries massives ont eu lieu là-bas en toute impunité et que cette vérité historique a été passée sous silence. Le fait de dire ce qui s'est passé avec des témoignages précis et des photos à l'appui est un pas vers une réconciliation sincère et durable.
Rédigé par: Bonébo   le: Samedi 22 Juin 2019
... le vainqueur écrit l'histoire, tout comme le vaincu qui ne veut que sa propre histoire ! Après la guerre, vient la guerre des sources écrites, orales ou audio-visuelles : la justice des vaincus veut l'emporter sur la justice des vainqueurs, autrement dit la vérité des vaincus veut primer sur celle des vainqueurs ! Bref, génocide des wê, non ! Tueries en terres wê, oui ! Pourquoi si tant qu'il s'agit d'un génocide wê, ces crimes se limiteraient à être commis en terres wê ! Il y a des wê hors des terres wê tout comme il y a des non wê en terres wê !
Rédigé par: papus   le: Samedi 22 Juin 2019
Les faits historiques sont tetus,et le temoignage de ce jeune journaliste est est a saluer. On a souvent coutume de dire que c'est le vainqueur qui ecrit sa propre histoire,cela est applicable au cas d'espece quand on observe le traitement mediatique inegalitaire entre les meutres d'ABOBO enquetes par la CPI et ces tueries massives l'OUEST. Genocide ou pas ces meutres de l'OUEST auraient du etre aussi enquetes par la CPI n'en deplaise a ce haut magistrat du Conseil Constitutionnel qui a delaisse sa toge pour faire de la politique.
Rédigé par: Bonébo   le: Samedi 22 Juin 2019
Et pourtant, et pourtant, le magistrat Guéî et le ministre Ouloto ont bel et bien raison. IL NE S'AGIT POINT D'UN GENOCIDE WE MAIS DE TUERIES MASSIVES EN TERRE WE. LES WE N'ONT EN RIEN ETE UN SOUCI NI POUR LE CAMP GBAGBO NI POUR LE CAMP SORO. A MOINS QUE LE WE VEUILLE JOUER A LA GRENOUILLE QUI VEUT SE FAIRE AUSSI GROSSE QUE LE BOEUF!
Rédigé par: Pkèko   le: Vendredi 21 Juin 2019
Comment peut on se procurer ce tome 1 à l'extérieur du pays?
Rédigé par: Lago Tape   le: Vendredi 21 Juin 2019
C'est la vérité qui va permettre d'établir une véritable réconciliation, facteur d'unité nationale.