Nicéphore Soglo déplore le traitement infligé à Yayi Boni
sercom - Publié le: 20-06-2019 - Mise-à-jour le: 20-06-2019 - Auteur: sercom
Nicéphore Soglo déplore le traitement infligé à Yayi Boni
Alertés par les douloureux événements ayant endeuillé notre démocratie ces derniers jours et par l'escalade dangereuse du blocus imposé au président Yayi Boni, le président Nicéphore Dieudonné Soglo a été, à nouveau, saisi par ses pairs de la Coalition Mondiale pour l'Afrique dans le cadre des initiatives en vue d'une sortie de crise. 
À ce titre, il a effectué une nouvelle descente au domicile du président Yayi le lundi 17 juin 2019. Une énième fois, il s'est heurté à l'impressionnant dispositif dressé par des hommes en uniforme sur les lieux empêchant l'accès dudit domicile au quartier Cadjehoun de Cotonou. Le président Nicéphore Soglo a pris acte de ce traitement infligé à l'ancien président de la République ; ceci depuis plusieurs semaines. Il faut rappeler qu'il y a quelques jours le président Soglo, suite à un pareil refoulement aux portes du domicile du président Yayi Boni s'était rendu à la Direction Générale de la Police Républicaine avant de joindre le chef de l'Etat, Patrice Talon lui-même au téléphone afin de se plaindre de ce blocus policier imposé à un ancien chef d'Etat, à sa famille, ses avocats, son médecin et ses proches en général. Une réclusion qui ne dit pas son mot. A peine si ces sollicitations ont eu d'effet. 
En entendant de rendre compte à ses pairs de la CMA, le président Soglo entend faire observer à tous, en tant qu'acteur de la Conférence nationale de février 1990, que le renouveau démocratique mérite mieux que le désolant spectacle auquel nous nous livrons actuellement en face du monde avec déjà plusieurs enfants de ce pays tués dans des affrontements impliquant l'armée nationale. En 1989, les militaires au pouvoir, face à l'impasse, avaient convié tous les fils de ce pays notamment ceux de la diaspora, les plus déterminants d'ailleurs lors des travaux au Plm Alédjo, en vue de la mise en place du mécanisme démocratique dont a jouit le président Patrice Talon en se faisant élire démocratiquement à la tête du pays succédant à d'autres. On comprend aisément le grand intérêt de notre diaspora mais aussi de la communauté internationale face à la dérive autocrate en cours au Bénin. Les manifestations populaires sporadiquement réprimées dans le sang et la désolation ainsi que le rejet des populations de ce que tout le monde appelle désormais un recul démocratique sans précédent témoignent de la résistance contre ce projet néfaste pour la démocratie dans notre pays et dans toute l'Afrique. 
Le président Nicéphore Soglo rappelle au gouvernement sa responsabilité à garantir le respect des libertés individuelles et surtout la paix dans le pays. Il l'invite donc à lever toutes les restrictions décrétées sans jugement à l'endroit du président Yayi Boni. 
Vive la démocratie ! 
Vive le BENIN !
Fait à Cotonou le 19 juin 2019
Le Service de Presse du Président Nicéphore Soglo
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Samedi 22 Juin 2019
cela m'étonnerait fort que Talon fasse un unique mandat. Il a empêché que les partis d'opposition puisse se présenter aux élections législatives et le parlement lui est favorable. Tous ces mic-macs ne sont pas pour effectuer un seul mandat.
Rédigé par: KGP   le: Vendredi 21 Juin 2019
C'est dommage pour le BENIN, pays à avoir organisé et réussi la 1ère conférence nationale qui a abouti à la démocratie et qui s'est répandue partout en Afrique. Tanon réalise t-il l'abîme dans lequel il est en train de précipiter son pays ? Comme il a lui-même promis, vivement que son seul mandat prenne fin.