Déclaration à l'état civil : La Première Dame préside  une cérémonie de remise d'actes de naissance à 600.000 écoliers
Présidence - Publié le: 15-06-2019 - Mise-à-jour le: 15-06-2019 - Auteur: Présidence
Déclaration à l'état civil  : La Première Dame préside  une cérémonie de remise d'actes de naissance à 600.000 écoliers
Madame Dominique Ouattara, Première Dame de Côte d'Ivoire a présidé  une cérémonie officielle  de remise symbolique d'extraits d'actes de naissance à plus de 600.000 écoliers, le vendredi 14 juin 2019, au Groupe Scolaire Ebimpé d'Anyama.  
La cérémonie a enregistré la présence de Madame Clarisse Duncan, épouse du Vice-Président de la République ; M.  Sansan Kambilé, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l'Homme ; M. Sidiké Diakité; Madame Kandia Camara, Ministre de l'Education  Nationale, de l'Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, ainsi que M. Aboubakar Kampo, Directeur pays d'UNICEF et de bien d'autres responsables  d'agences du système des Nations Unies. 
Organisée conjointement par l'UNICEF, le Ministère de l'Education Nationale, le Ministère de l'Intérieur et le Ministère de la Justice et des Droits de l'Homme, l'opération spéciale s'est déroulée dans 14.000 écoles publiques sur toute l'étendue du territoire national, avec l'appui financier d'UNICEF France, UNICEF Suisse ainsi que du Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix (PBF).
Pour Madame Dominique Ouattara, Première Dame de Côte d'Ivoire,  près de 39,9 % de l'effectif total des élèves du Primaire, n'ont pas été enregistré à l'état civil.  Ce faible taux de déclaration des naissances des enfants à l'état civil entrave, selon Madame Dominique Ouattara, l'application de la politique de l'école obligatoire décidée par le Gouvernement depuis 2015. « En effet, en dépit de toutes les audiences foraines organisées pour remédier à la situation des personnes dépourvues d'actes de naissance, des milliers d'élèves de nos écoles primaires ne sont toujours pas déclarés à l'état civil. Cet état de fait a pour conséquence d'exposer nos enfants à la déscolarisation ; ce qui compromet gravement leur avenir», a déploré la Première Dame.   C'est pourquoi elle s'est réjouie de l'organisation de cette initiative du Gouvernement ivoirien qui a permis de recueillir des données d'état civil de plus de 600.000 enfants. «(.) Je me réjouis que cette opération de déclaration de naissance des élèves à l'Etat Civil ait été un succès, car ce projet démarré, en mai 2017 a permis de délivrer, à ce jour, 630.748 actes de naissance », s'est réjouie Madame Dominique Ouattara. D'ailleurs devant le franc succès de cette initiative, la Première Dame a appelé de tous ses voux l'organisation d'une deuxième opération  qui permettra de prendre en compte les enfants qui n'ont pas été déclarés lors de cette première phase.  Elle a terminé ses propos en invitant les parents à déclarer leurs enfants à l'état civil dès leur naissance afin de leur donner les meilleures chances de réussir leur vie.  
M. Sansan Kambilé, Garde des Sceaux et Ministre de la Justice et des Droits de l'Homme a dépeint l'ampleur  de cette situation susceptible de  plomber tout  développement humain. Il a tenu à faire le point de la situation.  Selon M. Sansan Kambilé,  c'est dans le courant de l'année 2017 que le ministère de la Justice et des Droits de l'Homme a été informé de ce que plus d'un million d'élèves de l'enseignement primaire ne disposaient pas d'acte de naissance.  Aussi face à cette situation, son département a élaboré une opération spéciale de délivrance d'acte d'état civil à ces élèves du primaire. Ainsi le 12 mai 2017,  le Ministère de la Justice en liaison avec les départements ministériels concernés avec le soutien financier d'UNICEF a lancé ce projet de délivrance d'acte de naissance. « Au total, ce sont 16.324 écoles primaires,  221 inspections de l'enseignement primaire qui ont été couverte. 672 centres d'état civil et 36 juridictions ont été mis à contribution. Sur un objectif initial de 1.165.325 élèves à déclarer  à l'état civil, 809.734 fiches de déclaration de naissance ont été   collectées dans les inspections de l'enseignement primaire, d'un coût global de 1.865.060.320 F CFA », a déclaré M. le Ministre.
Madame Kandia Camara, Ministre de l'Education Nationale, de l'Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle a, quant à elle, salué l'engagement de la Première Dame pour le bien-être des couches sociales faibles.  Selon la première responsable de l'éducation nationale, la lutte contre les fléaux tels que l'apatridie et la non déclaration à l'état civil sont des priorités pour le Gouvernement. 
Pour le  Dr Aboubakar Kampo, responsable pays d'UNICEF, il est important que le Gouvernement pose des actions durables pour éliminer ce problème. Aussi, il recommande la mise en place de mécanismes pour capter les enfants dès la naissance dans les maternités. Ensuite, il recommande de régler de façon flexible la situation des enfants non déclarés à l'état civil. 
 M. Amidou Sylla, maire d'Anyama a aussi tenu à saluer la présence de la Première et son engagement pour le bien-être des enfants. 
Signalons que la Première Dame a offert des dons en nature et en espèces, ainsi que  des équipements pour l'école d'une valeur de 28 millions F CFA.  
https://ssl.gstatic.com/ui/v1/icons/mail/images/cleardot.gif
Rédigé par: Lago Tape   le: Lundi 17 Juin 2019
La non déclaration des naissances à l'état civil est un problème grave et récurent de développement qui se pose dans tous les pays en développement, comme en Afrique subsaharienne. Toutes les mesures prises l'effleurent mais ne le règlent pas définitivement. C'est pourquoi, nous devons tous et toutes nous mobiliser pour faire pression sur les différents Etats ou Gouvernements pour organiser des ateliers nationaux de consensus, en vue d'un règlement définitif de la question de non déclaration des naissances.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 17 Juin 2019
"Justin Ablé" explique-nous comment tu fais pour "recueillir les données d'état-civil" de 600 000 enfants qui n'ont jamais été déclarés, s'il te plaît. ça ne peut-être que du faux, ou de l'approximation grossière, ou encore du n'importe-quoi.
Rédigé par: Justin Ablé   le: Lundi 17 Juin 2019
@Forestier de Lahou, C'est une opération qui est élargie à tout l'étendu du térritoire. C'est une opération du Gouvernement ivoirien qui a permis de recueillir des données d'état civil de plus de 600.000 enfants. Sur un objectif initial de 1.165.325 élèves à déclarer à l'état civil, 809.734 fiches de déclaration de naissance ont été collectées dans les inspections de l'enseignement primaire. Donc cette cérémonie est le lancement de l'opération. Ce que Madame Dominique Ouattara fait c'est une remise symbolique. Sinon l'opération continue, avec pour objectif d'atteindre les 599 980 autres dont tu parles.
Rédigé par: Justin Ablé   le: Lundi 17 Juin 2019
@Forestier de Lahou, ce n'est pas une procédure douteuse. Toute l'administration habilité à donner les actes de naissance, 672 centres d'état civil et 36 juridictions ont été mis à contribution. Qu'est ce qui est donc douteux ici? Où bien pour toi dans un pays, ce n'est pas possible que des enfants soient sans extrait de naissance?
Rédigé par: papus   le: Lundi 17 Juin 2019
Quelques fois on devrait avoir honte de nous memes et remercier les BLANCS qui nous assistent dans nos betises. Certes ce phenomene existait mais il a pris de l'ampleur avec la rebellion de 2002 ou tout l'etat civil a ete detruit cela est comfirme par l'age aproximatif de la majorite de ces enfants qui correspond a cette periode.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Dimanche 16 Juin 2019
On va encore dire que je fais du mauvais esprit, mais sur la photo je ne vois qu'une grosse vingtaine d'écoliers. Ils sont où, les 599 980 autres ? Arrêtez d'écrire n'importe quoi. Sauf s'il s'agit d'une image "à titre d'illustration", le titre est totalement trompeur et même grotesque.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Dimanche 16 Juin 2019
C'est inadmissible' que dans un pays comme la Côte d'Ivoire qui se veut évolué, voire même "émergent" (à un horizon de + en + lointain, certes !), l'état-civil fonctionne aussi mal. On fait des enfants "dans l'informel" et on en est réduit à les "rattraper" par des procédures douteuses et approximatives comme celle-là.