Côte d'Ivoire/Effondrement d'un immeuble à Angré (Cocody) : Le ministère de la Construction dénonce "trop d'erreurs dans la mise en oeuvre"
lebanco.net - Publié le: 22-05-2019 - Mise-à-jour le: 22-05-2019 - Auteur: Jérémy Junior
Côte d'Ivoire/Effondrement d'un immeuble à Angré (Cocody) :  Le ministère de la Construction dénonce
  
 
Le ministère de la Construction, du Logement et de l'Urbanisme a déclaré dans un communiqué de presse, suite à l'effondrement d'un immeuble en construction à Angré Djibi, 8ème tranche dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 mai : "trop d'erreurs dans la mise en ouvre". Les erreurs en question portent sur les "Sous dimensionnement des poteaux, poutres avec retombées insuffisantes, charges excentrées sur la dalle due aux murs porteurs, possibilité de flambement des poteaux du côté sud car très élancés". 
En outre, le communiqué tout en notant qu'il n'y a eu aucun blessé et "aucune perte en vie humaine", relève tout de même que deux autres bâtiments à coté de celui qui s'et effondré "ne respectent pas les normes techniques". Pour ce faire, "Les services spécialisés du Ministère procéderont à une vérification de la structure des deux édifices encore sur pied avant toute décision de démolition", mentionne le communique de presse.  
Le ministère tient à rappeler suite à l'incident que : "la construction d'édifice de ce genre nécessite l'expertise d'architectes et de professionnels de la construction. La délivrance du Permis de Construire étant consécutive aux observations d'un architecte, il serait judicieux que cet architecte soit associé à la mise en oeuvre du projet afin d'éviter ce genre d'incident malheureux".
 
Jérémy Junior
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mercredi 22 Mai 2019
Voilà le travail ! Et pendant ce temps-là, Monsieur le Ministre "Tout-va-très-bien" se pavane avec les architectes, puis maintenant il est parti faire le beau à Bordeaux, où il ne va certainement pas se rincer à l'eau minérale. Incompétente et laisser-aller à tous les niveaux : le Ministre papillonne, les services glandent et justifient leur existence en tracassant inutilement (mais pas forcément gratuitement) les usagers. Que se serait-il passé si cet immeuble avait tenu jusqu'au dernier coup de peinture et aurait attendu ses occupants avent de s'écrouler ? Qui aurait payé les dégâts ? Et qui se serait, une fois de plus, pavané dans les cérémonies de condoléances ? Une fois de plus, QUELLE HONTE !
Rédigé par: papus   le: Mercredi 22 Mai 2019
Dimmanche etant a une ceremonie religieuse dans les parages,lorsqu'on a appris l'information,sur les lieux,je me suis pose la question de savoir le role de nos Directions regionales de la construction et l'urbanisme dans le controle de ces immeubles en construction? Et tenez vous bien la Direction Regionale de COCODY se trouve a quelques centaines de metres de la,prescisement a ATTOBAN pres du commissariat de police du 30eme On entend souvent le gendre la republique verser dans l'auto-celebration alors que son ministere est dans un laxisme chronique.
Rédigé par: Lago Tape   le: Mercredi 22 Mai 2019
On ne sait plus qui fait quoi en matière de construction dans la délivrance des permis de construire et, dans le contrôle du respect des normes de construction ? Est-ce la responsabilité du "Ministère de la Ville", du "District d'Abidjan" ou bien du "Ministère de la Construction et de l'Urbanisme" de veiller à ce que les immeubles en constructions respectent les normes de sécurité ? Quel est le Ministère qui dispose de géomètres et d'ingénieurs des Travaux Publics bien formés (généralement diplômés de l'ESTP de Yamoussoukro (INP FHB) ? A mon avis ce n'est pas le "District d'Abidjan" ni le nouveau "Ministère de la Ville", qui font doublons avec le "Ministère de la Construction et de l'Urbanisme" ? Au delà de ce constat, nous relèverons les interrogations des habitants de la zone, quant aux rôles des brigades de contrôle du "District d'Abidjan" et du "Ministère de la construction". Ces dernières étant censées faire respecter les normes de construction et surveiller le suivi des chantiers. Nous relèverons des témoignages dénonçant une corruption criarde au niveau des agents du "District d'Abidjan", aussi bien lors des délivrance de permis de construire que dans le suivi des travaux. Notons qu'à Abidjan, les permis de construction sont délivré par le district de la capitale économique ivoirienne. Rappelons qu'à chaque saison des pluies, des immeubles s'effondrent dans le district d'Abidjan. Nul doute (aussi) que cette affaire n'ira, au grand dam de la sécurité des ivoiriens, nulle part.!
Rédigé par: Beugré Julien   le: Mercredi 22 Mai 2019
Présentement, qui a l'argent pour bâtir ces immeubles? C'est vous. Or, vous vous passez facilement de l'administration.