Côte d'Ivoire/1ère édition des journées portes ouvertes de l'ordre des architectes
Bruno Koné aux architectes; "le gouvernement est disposé à vous accompagner"
lebanco.net - Publié le: 17-05-2019 - Mise-à-jour le: 17-05-2019 - Auteur: Jérémy Junior
Bruno Koné aux architectes;
Le ministre ivoirien de la construction, du logement et de l'urbanisme, Bruno Koné, a rassuré le Conseil National de l'Ordre des Architectes (CNOA) de Côte d'Ivoire que le gouvernement était disposé à les accompagner dans l'accomplissement de leur mission et les aider à faire face aux problèmes auxquels ils seraient confrontés. 
 
Il a fait part de cette assurance le jeudi 16 mai 2019 à l'ouverture de la 1ère édition des Journées portes ouvertes de l'ordre des architectes de Côte d'Ivoire, qui s'est tenue au siège du CNOA  à Abidjan. 
 
Bruno Koné parrain de la cérémonie, a indiqué que  ces  journées étaient une occasion de faire connaitre l'architecte et l'architecture. 
 
Et dans son discours, le président du CNOA, Abdoulaye Dieng, a déclaré "Nous devons également renforcer notre attractivité au niveau national voire international pour gagner en compétitivité et in fine, reconquérir pleinement notre marché. L'architecture est l'affaire de tous et l'ivoirien est friand, voire avide de belle architecture, innovante et durable. Le CNOA a donc décidé de se tourner vers le grand public avec plus de sensibilisation, de rencontres et de pédagogie", a-t-il expliqué avant d'ajouter que " L'architecte étant au début et à la fin du processus de l'acte de bâtir, il nous a paru pertinent de faire appréhender par la population les différents maillons qui constituent la chaîne de la construction d'un édifice " a-t-il conclu.
 
Jérémy Junior    
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Samedi 18 Mai 2019
Et pendant ce temps-là, la SICOGI passe un accord pour (faire) construire 50 000 logements avec un Chinois en présence du Premier Ministre Gon (voir https://news.abidjan.net/h/657369.html). Où était Monsieur "Tout-va-très-bien" ?
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Vendredi 17 Mai 2019
Tout va très bien madame la Marquise !
Rédigé par: Diarrasse Napie   le: Vendredi 17 Mai 2019
Oui, la construction et la propriété de logements sociaux (dans les bidonvilles) ne profiteront pas seulement aux familles, mais vont créer des emplois pour les maçons, les charpentiers, les électriciens et d'autres métiers. Pour chaque maison construite, cinq emplois sont créés. Si l'investissement dans le logement formel en Afrique est faible en comparaison à toutes les autres régions, une approche plus stratégique au secteur du logement encouragera l'investissement privé. Si les bidonvilles voient leur population diminuer dans d'autres régions du monde, celle des bidonvilles africains augmente. Si cette tendance se maintient, la majorité des habitants de bidonvilles se trouvera dans les villes africaines : la fourniture de logements adéquats et abordables revêt donc un caractère plus urgent que jamais auparavant et notre ministre de la Construction et de l'urbanisme doit en tenir compte dans la politique du gouvernement, mais cela ne semble pas encore être le cas.
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Vendredi 17 Mai 2019
Les maigres ressources publiques soient plutôt orientées sur le logement informel dans les zones à faible revenu et sur les ménages qui y vivent - il s'agit de renforcer l'infrastructure, d'améliorer l'administration foncière et les règlements en matière d'aménagement, et d'élargir l'accès aux financements au travers de microcrédits, de groupes de crédit, et de coopératives de crédit. L'an dernier, 5 % seulement des adultes ont obtenu un prêt d'un établissement financier formel en Afrique subsaharienne, soit un taux inférieur de moitié à celui enregistré dans d'autres régions en développement comme l'Asie du Sud ou la région Asie de l'Est et Pacifique. « Outre les avantages immédiats et manifestes que présente un logement adéquat, un secteur du logement performant amène une croissance économique susceptible de rehausser le niveau de vie, de créer des emplois et de développer le marché des biens et des services »
Rédigé par: Lago Tape   le: Vendredi 17 Mai 2019
Face aux 60 %-70 % de ménages urbains vivant dans des taudis en Afrique (selon la Banque mondiale et la Banque Africaine de Développement), une toute nouvelle approche aux politiques de logement, de prêt et aux politiques foncières est nécessaire, voire indispensable. La Côte d'Ivoire fait face à une crise majeure du logement due à l'urbanisation galopante et à l'accroissement du nombre de personnes vivant dans des bidonvilles. Des approches innovantes et ciblées visant à offrir des logements abordables s'imposent si la Côte d'Ivoire doit tirer profit de cette mutation démographique pour créer des villes sans exclus, stimuler la croissance économique et produire des emplois. Le rapport de la BM "Stocktaking of the Housing Sector in Sub-Saharan Africa", prévient que l'Afrique pourrait compter pas moins de 1,2 milliard de citadins à l'horizon 2050, et 4,5 millions de nouveaux résidents par an dans les zones d'habitation informelle, dont la plupart ne peuvent s'offrir un logement simple dans le secteur formel ou obtenir un prêt hypothécaire.