Afrique subsaharienne: d'ici 2030, 230 millions d'emplois nécessiteront des compétences numériques selon la SFI
Agence Ecofin - Publié le: 16-05-2019 - Mise-à-jour le: 16-05-2019 - Auteur: Agence Ecofin
Afrique subsaharienne: d'ici 2030, 230 millions d'emplois nécessiteront des compétences numériques selon la SFI
Près de 230 millions d'emplois nécessiteront des compétences numériques en Afrique subsaharienne d'ici 2030. C'est ce qu'a indiqué la société financière internationale (SFI), dans un rapport publié la semaine dernière.
D'après l'institution, la demande de compétences numériques en Afrique subsaharienne devrait croître à un rythme plus rapide que sur les autres marchés. Cette forte demande sera alimentée par la croissance économique rapide de l'Afrique, ainsi que par la numérisation et l'automatisation de ses secteurs agricoles, manufacturier et des services.
Le rapport indique également que cette demande représente un marché de formation potentiel de plus de 130 milliards $, pouvant profiter aux investisseurs et opérateurs du secteur de l'éducation.
En s'appuyant sur la formation aux compétences numériques de sa future main-d'ouvre, l'Afrique pourrait bénéficier d'une croissance économique plus soutenue, tout en réduisant le niveau de chômage du continent. Près de 80% des acteurs du secteur de l'industrie interrogés par les auteurs du rapport ont indiqué que la croissance économique africaine pourrait être négativement affectée, si les offres de compétences numériques se révélaient insuffisantes au cours des prochaines années.
« Les approches de l'apprentissage devraient être reconsidérées afin que les gens des marchés émergents puissent travailler et bien vivre dans une ère de changements technologiques rapides », a à cet effet déclaré Sergio Pimenta, vice-président de la SFI pour le Moyen-Orient et l'Afrique. Et d'ajouter : « Le secteur des compétences numériques en Afrique subsaharienne est mûr pour l'investissement et la participation du secteur privé ».
Moutiou Adjibi Nourou
Rédigé par: Lago Tape   le: Samedi 18 Mai 2019
Est-ce que nos dirigeants (en Côte d'Ivoire et dans le reste de l'Afrique) lisent ce genre de rapports et en tirent-ils les leçons lorsqu'ils formulent les politiques d'éducation et de formation professionnelle ? J'en doute parfois!
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Samedi 18 Mai 2019
J'irais encore beaucoup plus loin que ça. En raison de la numérisation (et pas "digitalisation", s'il vous plaît, "digitalisation", ça veut dire que ça concerne les doigts !) de plus en plus générale des démarches administratives, tous les citoyens devront avoir un minimum de connaissances et compétences numériques (savoir surfer sur le web, avoir un compte mail, être capable d'ouvrir, lire et archiver un document numérique, remplir un formulaire électronique, faire un paiement en ligne, protéger ses données personnelles, détecter les cyber-arnaques, etc.). Les gens qui ont peur des ordinateurs n'auront pas d'avenir dans une telle société.