Fête du Travail : la grève ne doit pas mettre à mal la marche du pays, estime le Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly
Primature - Publié le: 02-05-2019 - Mise-à-jour le: 02-05-2019 - Auteur: Primature
Fête du Travail : la  grève ne doit  pas mettre à mal la marche du pays, estime le Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly
Présidant la célébration de la Fête du Travail le 1er mai 2019 à Abidjan, le Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon coulibaly, a indiqué que la grève, quoique légale, ne doit pas mettre à mal la marche du pays.
« Certes, la  grève est légale et doit être un moyen d'avancer dans les revendications d'ordre corporatistes. Mais, elle ne doit  pas constituer une fin qui met à mal la marche du pays », a-t-il dit.
Amadou Gon Coulibaly a déploré les récentes grèves qui rompaient, depuis quelques mois, la trêve sociale entre le gouvernement et les organisations professionnelles. Et ce, malgré les importants efforts consentis par le gouvernement dans des situations budgétaires contraignantes.
Au sujet des accords pour la trêve sociale, le gouvernement, pour sa part,  a respecté tous les engagements qu'il avait pris. Au nombre de ceux-ci, l'engagement de 1513 milliards de FCFA depuis 2013. Montant qui est allé à la revalorisation des revenus des fonctionnaires, dont 705 milliards de FCFA pour le déblocage des salaires et le paiement du stock des arriérés de salaire.
En outre, il y a eu en 2018 le recrutement dérogatoire à la Fonction Publique de 158 personnes en situation de handicap et la prise d'un décret portant statut particulier des dockers de Côte d'Ivoire.
Le Chef du gouvernement a exhorté les partenaires sociaux à privilégier le dialogue social et à sauvegarder l'intérêt général.
D'autre part, Amadou Gon Coulibaly a rendu hommage à tous les travailleurs ivoiriens, notamment les agriculteurs. Il a rassuré sur la volonté du Président de la République Alassane Ouattara et du gouvernement d'améliorer les conditions de vie et de travail des populations. D'où la mise en place du Programme Social du Gouvernement (PSGouv), d'un coût de 727,5 milliards de FCFA, pour renforcer le social  dans les secteurs tels que l'eau potable, l'électricité l'éducation et la santé.
 
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Jeudi 2 Mai 2019
On est d'accord, les partenaires sociaux doivent privilégier le dialogue social... à condition que ça ne soit pas un dialogue de sourds. Mais quand il s'agit d'un jeu du chat et de la souris, d'un parachutage de fausses promesses et d'engagement jamais tenus, et d'un sordide jeu pour savoir qui va b..... l'autre, il ne faut pas venir se plaindre qu'il y ait des grèves. Ce genre de sortie le jour de la fête du travail, c'est de très mauvais goût et ça ressemble fort à de l'ironie mal placée. Il semble que le seul "dialogue social" que le gouvernement soit capable de comprendre, c'est celui auquel fait allusion "Beugré Julien" !
Rédigé par: Beugré Julien   le: Jeudi 2 Mai 2019
Seules les grèves des militaires sont prises en compte shap shap.