La Millennium Challenge Corporation célèbre le lancement d'un nouveau bureau chargé de l'égalité entre les genres en Côte d'Ivoire à l'occasion d'un déplacement dans le cadre de l'initiative W-GDP
Ambassade des Usa - Publié le: 18-04-2019 - Mise-à-jour le: 18-04-2019 - Auteur: Ambassade des Usa
La Millennium Challenge Corporation célèbre le lancement d'un nouveau bureau chargé de l'égalité entre les genres en Côte d'Ivoire à l'occasion d'un déplacement dans le cadre de l'initiative W-GDP
Des responsables du gouvernement des Etats-Unis et de la Côte d'Ivoire ont célébré ensemble mardi le lancement d'un nouveau bureau chargé de l'égalité entre les genres au sein du ministère ivoirien de l'Éducation nationale, dont l'action sera plus particulièrement axée sur l'amélioration de l'éducation et de la formation des filles et des femmes dans un souci de qualification de la main-d'ouvre en réponse aux besoins du secteur privé ivoirien.
 
Karen Sessions, vice-présidente chargée des Affaires du Congrès et des Affaires publiques à la  Millennium Challenge Corporation (MCC) ; Ivanka Trump, conseillère principale auprès du  président des États-Unis, Donald J. Trump ; et Mark Green, administrateur de l'USAID, se sont joints à des responsables du gouvernement de la  Côte d'Ivoire, dont le vice-président Daniel Kablan Duncan et la ministre de l'Éducation nationale Kandia Camara, à l'occasion de ce lancement et de la signature de l'arrêté ministériel qui acte la mise en place opérationnelle du nouveau bureau chargé de l'égalité entre les genres.
 
« Il s'agit d'un jalon important dans le cadre du partenariat MCC-Côte d'Ivoire, qui permettra d'accroître les opportunités économiques pour les femmes et les filles », a déclaré Karen Sessions, vice-présidente du département des Affaires du Congrès et des Affaires publiques à la MCC. « L'autonomisation des femmes et des filles est essentielle à la réalisation de la mission de la MCC qui consiste à réduire la pauvreté au moyen de la croissance économique. »
 
Le bureau chargé de l'égalité entre les genres est une exigence du financement du projet « Compétences pour l'emploi et la productivité » au titre du pacte quinquennal de 524,7 millions de dollars de la MCC pour la Côte d'Ivoire. Le pays élabore également une nouvelle politique en matière d'égalité des genres dans l'éducation pour favoriser l'autonomisation économique des femmes. Le pacte a été préparé conjointement par la MCC et le gouvernement de la Côte d'Ivoire sur la base d'une analyse des facteurs qui font le plus obstacle à la croissance économique du pays, notamment la faible disponibilité de travailleurs qualifiés et les difficultés en matière de transport des marchandises et des personnes.
 
Le projet Compétences pour l'emploi et la productivité facilitera l'accès à l'enseignement secondaire et à la formation des enseignants grâce à des réformes politiques et institutionnelles, à la mise en place d'un nouveau modèle d'enseignement professionnel public-privé et à la construction de jusqu'à 84 nouvelles écoles secondaires, de 2 établissements de formation pédagogique et de jusqu'à 4 nouveaux centres d'enseignement et de formation professionnels. Les investissements de la MCC dans le secteur des transports visent à faciliter les échanges, créer de nouvelles opportunités commerciales et réduire les coûts de transport.
 
Dans les pays partenaires du monde entier, la MCC s'efforce à la fois de réformer les politiques et les institutions qui limitent depuis trop longtemps les femmes, et d'éliminer les obstacles à leur pleine participation à l'économie de leur pays. L'autonomisation des femmes renforce les économies, accroît les revenus des ménages et les bénéfices des entreprises. Chaque programme de la MCC exige que le pays partenaire adopte un plan en faveur de l'intégration sociale et l'égalité des genres, qui constitue une feuille de route complète dans le cadre de la lutte contre les inégalités sociales et entre les genres.
 
La MCC est une agence gouvernementale américaine indépendante qui ouvre pour réduire la pauvreté dans le monde grâce à la croissance économique. Créée en 2004, la MCC fournit des subventions et une assistance d'une durée limitée aux pays en développement qui adhèrent à des normes strictes en matière de bonne gouvernance, de lutte contre la corruption et de respect des droits démocratiques. 
 
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Dimanche 21 Avril 2019
"Fatou Diagne" je dirais même plus : la croissance de l'économie ivoirienne se fait au bénéfice exclusif d'un groupuscule d'affairistes (et je reste poli) proches du pouvoir, et qui font tout pour s'accaparer, s'approprier et conserver à leur seul profit un certain nombre de domaines d'activité lucratifs en excluant ou en empêchant de travailler d'autres gens pourtant pleins de bonne volonté et de bonnes idées. Il ne faut pas pleurnicher que les ivoiriens ou la diaspora ne sont pas de grands entrepreneurs, lorsqu'on sait tous les bâtons qu'on leur met dans les roues pour monter des activités dynamiques et originales (exemple : de nombreuses années pour [ne pas] obtenir un agrément ou un permis, malgré des dossiers complets constitués avec le plus grand soin), ou encore, lorsque cela n'est pas possible, on impose dans le tour de table une ou plusieurs personnes issues de ce microcosme de copains-coquins pour contrôler l'affaire et, à terme, s'en emparer.
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Vendredi 19 Avril 2019
Oui "Forestier de Lahou", la très forte croissance enregistrée par la Côte d'Ivoire n'est pas assez inclusive pour profiter au plus grand nombre et le chômage des jeunes est endémique. La pauvreté n'a que très peu reculée. Les PME ivoiriennes ne bénéficient pas des marchés publics, ce qui auraient pu les aider déjà croitre et déjà embaucher plus de jeunes ivoiriens. Le pays a de grands chantiers en infrastructures (ponts, autoroutes, métro, barrages, mines etc...) mais ces chantiers enrichissent surtout les multinationales étrangères (Maroc, France, Chine. surtout . ) et nos PME locales ne bénéficient pas de ces grands chantiers pour développer leur expertise et embaucher plus de jeunes ivoiriens. Bref, c'est dommage!
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Vendredi 19 Avril 2019
"La MCC est une agence gouvernementale américaine indépendante qui ouvre pour réduire la pauvreté dans le monde grâce à la croissance économique." Sauf qu'en Côte d'Ivoire, ils ont tout faux, la croissance économique ne profite pas au peuple.
Rédigé par: Lago Tape   le: Jeudi 18 Avril 2019
Avons-nous vraiment besoin d'un nouveau bureau chargé de l'égalité entre les genres au sein du ministère ivoirien de l'Éducation nationale ? Les milliers de grossesses chaque année en milieu scolaire sont un véritable problème de société en Côte d'Ivoire. Selon le rapport 2016-2017 du ministère, le quart des grossesses enregistrées en milieu scolaire concernent des filles âgées seulement de 9 à 13 ans. C'est dire que la campagne "zéro grossesse en milieu scolaire" lancée depuis 2013 "piétine" et ne va nulle-part. Beaucoup d'enseignants masculins n'hésitent pas à profiter de leur autorité ou à monnayer les notes contre des services sexuels, une pratique surnommée les "NST" (Notes sexuellement transmissibles) en allusion aux MST (maladies sexuellement transmissibles). Les grossesses précoces engendrent presque systématiquement la déscolarisation pour les jeunes filles enceintes. Peu d'inégalités sont aussi flagrantes que celles touchant l'éducation des filles. Ainsi, en Côte d'Ivoire, seulement 2 % des filles issues de familles pauvres en milieu rural peuvent espérer achever le secondaire, contre 49 % des garçons urbains riches.