Enfin ! Le gouvernement ivoirien reconnait que le riz ...... est avarié
fraternité Matin - Publié le: 31-03-2019 - Mise-à-jour le: 31-03-2019 - Auteur: Salif D CHEICKNA
Enfin ! Le gouvernement ivoirien reconnait que le riz ...... est avarié
TitrailleA propos des tests promis par le gouvernement relativement à une cargaison de riz importé contenant 18.000 tonnes en provenant de la Birmanie et de l'Inde, les résultats sont tombés
Les résultats des analyses des échantillons de ce riz ont révèle des « anomalies». Dans son communiqué le ministère en charge du commerce et de la promotion des Pme indique que cette marchandise n'est donc pas aux normes ivoiriennes.

Déjà à l'annonce du déchargement de cette cargaison,  à Abidjan le  porte-parole du gouvernement Sidi Touré avait soutenu que le gouvernement reste "vigilant par rapport à l'état de santé de sa population".

La cargaison selon les termes du communiqué sera détruite. Il faut signaler que le ministre Sidi Tiémoko Touré avait prévenu que c'est une affaire que le gouvernement suivait de près. Et de préciser : "les résultats permettront de savoir quelle issue donner à cette affaire".

A noter que c'est le 19 mars que  le ministère ivoirien du Commerce avait donné l'information selon laquelle "la cargaison est encore sous douane et annoncé "les résultats dans une semaine". C'est désormais chose faite.

Salif D CHEICKNA
La titraille est de la rédaction
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mardi 2 Avril 2019
A défaut de les retrouver dans nos assiettes, on retrouvera peut-être ces tonnes de riz dans la bière Ivoire. Préférez donc Bock, Flag, Tuborg, etc., bref de vraies bières avec du malt sans riz et non des succédanés de limonade !
Rédigé par: Lago Tape   le: Mardi 2 Avril 2019
@Papus: La corruption est telle qu'en Côte d'Ivoire par le passé, on a pu (une fois) importer des "déchets toxiques" pour les enfouir en les éparpillant dans tout Abidjan, et à l'intérieur du pays! Cela a été un très mauvais précédent! Nous avions tous crié d'indignation (en tant que société civile ivoirienne) à l'époque des "déchets toxiques": "plus jamais cela en Côte d'Ivoire! Le premier-ministre de l'époque avait ainsi démissionné avec grand fracas pour marquer son indignation! En 2019, ne soyons donc pas étonnés, si cette fois-ci, c'est du "riz toxique" qu'on veut importer sans bruit en Côte d'Ivoire, mais cela a été ébruité par les médias et le gouvernement a (vite) réagit et pris des mesures. Cependant, sept (07) questions demeurent: (1) Qui peut donc garantir aux consommateurs ivoiriens qu'une partie de ce riz "toxique" ne va pas se retrouver vendue sur nos marchés, dans nos maquis et restaurants ? (2) et (3) Combien de temps cela prendra-t-il au gouvernement pour détruire ce riz "toxique" et aussi, combien cela coûtera à la Côte d'Ivoire, pour détruire ce riz avarié (impropre à la consommation) ? 18 000 tonnes, c'est beaucoup de riz "toxique" à détruire ? (4) Qui va donc payer pour détruire ce riz "toxique" ? (L'importateur ou l'Etat ?) (5) La Côte d'Ivoire est-elle une "poubelle" pour les déchets "toxiques" des autres continents ? (6) Qui donc a autorisé le débarquement de ce riz avarié en Côte d'Ivoire, alors même que le Ghana, le Togo et la Guinée (Conakry) ont refusé que ce riz "toxique" ne débarque chez eux ? (7) Qui donc a voulu importer et vendre ce riz avarié en Côte d'Ivoire ? Il est grand temps de situer les responsabilités de chacun dans cette affaire de riz "toxique".
Rédigé par: papus   le: Mardi 2 Avril 2019
@ Daouda Sanogo, face a la corruption les Ivoiriens se ressemblent tous peu importe qu'ils soient PDCI,RDR RHDP,FPI etc...
Rédigé par: Daouda Sanogo   le: Mardi 2 Avril 2019
Forestier: CORRUPTION semble bien encore une fois de plus et malheureusement, le maître-mot de ce scandale des 18 000 tonnes de riz avarié débarqué au Port d'Abidjan, alors que ce riz (impropre à la consommation) avait déjà été refusé dans les ports de Guinée, du Ghana et du Togo.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 1 Avril 2019
"Daouda Sanogo" c'est probablement parce que quelqu'un de haut placé dans l'administration du port a perçu de l'argent pour permettre cela. Je te laisse le soin de trouver le nom de ce genre d'action en français facile.
Rédigé par: Daouda Sanogo   le: Lundi 1 Avril 2019
Pourquoi ne pas avoir tout simplement refusé (de débarquer au port d'Abidjan) ce riz avarié en provenance de Birmanie, tout comme la Guinée, le Ghana et le Togo ?
Rédigé par: papus   le: Lundi 1 Avril 2019
Felicitations aux associations des consommateurs des pays voisins et celles de CI pour cette mobilisation et cette solidarite. Maintenant il faut que des sanctions tombent tant au niveau du ministere du commerce,des services sanitaires du Ministere de l'agriculture et meme du Port. En effet voila bientot 4 mois que ce bateau avec son chargement erre de port en port,comment nos autorites qui ont toutes ces informations a ce sujet ont pu laisser ce navire decharger ce riz a Abidjan? Nos autorites exploitent-elles vraiment les informations internationales de securite alimentaire existants dans le cadre de la CEDEAO?
Rédigé par: Lago Tape   le: Dimanche 31 Mars 2019
Je suis d'accord avec "Forestier de Lahou", il aurait fallu ne pas décharger cette cargaison de riz avarié au port d'Abidjan et dire maintenant que c'est le problème de la Côte d'Ivoire de détruire ce riz avarié impropre à la consommation. (1) Qui peut garantir qu'une partie de ce riz ne va se retrouver vendue sur nos marchés, dans nos maquis et restaurants ? (2) Combien est-ce que cela va coûter à la Côte d'Ivoire pour détruire ce riz avarié (18 000 tonnes, c'est beaucoup de riz à détruire) ? (3) Qui va payer pour détruire ce riz ? (4) Qui a autorisé le débarquement de ce riz avarié en Côte d'Ivoire alors que le Ghana, le Togo et même le Nigeria ont refusé que ce riz avarié ne débarque chez eux ? (5) Qui a voulu importer et vendre ce riz avarié en Côte d'Ivoire ? Il est grand temps de situer les responsabilités de chacun dans cette affaire de riz avarié.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Dimanche 31 Mars 2019
Il ne faut pas détruire cette cargaison avariée en Côte d'Ivoire, il faut la renvoyer d'où elle vient. On a déjà suffisamment de problèmes avec nos propres ordures pour ne pas prendre en charge celles que d'autres viennent déverser chez nous. Les autorités doivent se montrer suffisamment énergiques pour ne pas risquer un autre drame du genre "déchets toxiques"... à moins que certaines personnes bien placées aient envie de glaner les fruits de l'indemnisation des victimes (en plus des pots de vin perçus pour avoir laissé décharger la cargaison tout en sachant qu'elle était pourrie). Mais ce genre de plan serait trop machiavélique, j'espère que les populations concernées se montreront suffisamment vigilantes pour le dissuader.