Cameroun : Viviane Ondoua Biwole limogée de l'ISMP après avoir témoigné qu'une femme pouvait succéder à Paul Biya
.lebledparle. - Publié le: 08-03-2019 - Mise-à-jour le: 09-03-2019 - Auteur: François Gaël Mbala
Cameroun : Viviane Ondoua Biwole limogée de l'ISMP après avoir témoigné qu'une femme pouvait succéder à Paul Biya
L'experte en management, directrice générale adjointe de l'Institut Supérieur de Management public (ISMP) Viane Ondoua Biwole a été limogée de son poste de  suite à un décret présidentiel le 6 mars 2019, quelques heures après sa  sortie  au sujet d'une succession féminine à la tete de l'Etat.
 
Dr Viviane Ondoua Biwole n'est plus la directrice générale adjointe de l'Institut Supérieur de Management public (ISMP). Elle est remplacée par Jean Marcel Okeng. C'est en fait, l'économie des décrets signés mercredi dernier par le Président de la République, Paul Biya.
En effet, ce brusque changement arrive juste quelques heures après un poste dans son blog mercredi 6 mars 2019 sur la polémique qui la plaçait comme successeur de Paul Biya à la magistrature supreme. Dans sa sortie, Viane Biwole a estimé qu'il « n'est pas exclu qu'une femme succède à Paul Biya »
Le décret de nomination de Jean Marcel Okeng au poste de directeur général adjoint (DGA) de l'Institut supérieur de management public (ISMP), en remplacement de Viviane Ondoua Biwolé, a fait bouger, et continu de faire bouger l'opinion publique camerounaise. Pour la plupart des internautes qui ont suivi cette actualité, il en ressort de leurs réactions que cet acte de Paul Biya, rendu public au journal de 13 heures de la CRTV (la radio d'État) le 6 mars, est sans doute, la résultante du billet publié plus tôt par l'experte en management public sur son blog intitulé «?une femme camerounaise pour succéder à Paul Biya?».
Ce texte de l'enseignante d'université, écrit à l'occasion de la Journée internationale de la femme, démontre que le Cameroun a une expertise féminine capable de diriger le pays de Um Nyobe. «?Alors, mesdames, sentez-vous capables?!?», a-t-elle encouragé.
Pour Viviane Ondoua, l'on est plus à l'époque où la femme était réduite à la cuisine, à la nutrition des enfants : «?La place de la femme n'est plus à questionner. Si par le passé elle se réduisait à être une bonne femme au foyer et une excellente mère pour les enfants, cette conception est presque révolue. On les retrouve dans toutes les sphères : politique, économique, sociale, armement, etc. Ces présences sont visibles aux postes d'influences telles que : Maires, Directeur général, Présidente de chambre, Gouverneur, ministre, Premier ministre, Chancelière, Capitaine d'armées?; vice-président et le plus important, le poste de Président de la République?», indique Mme Ondoua Biwole.
À ce propos, elle conclut en affirmant que «?Le débat sur la succession féminine du Président Biya est donc digne d'intérêt?». Tout porte à croire que ce limogeage rentre en droite ligne avec la sortie de Viviane Biwole
En rappel, Viviane a obtenu une maîtrise et un DEA à l'université de Yaoundé II à Soa en 1995. En 2004, c'est à l'Université de Ngaoundéré qu'elle soutient sa thèse en Entreprenariat. Si elle a un regret dans son parcours professionnel, c'est bien celui de l'inégalité de sexe qui fait toujours problèmes.
 
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Vendredi 8 Mars 2019
Lèse-majesté ! Le simple fait de laisser subodorer que Biya pourrait avoir, un jour, un successeur vaut comme un arrêt de mort. Avec un président à vie octogénaire, voilà un pays qui a de j'avenir.