La chronique de David Eboutou: « Il va falloir compter compter sérieusement avec Guillaume Soro! »
David Eboutou - Publié le: 14-02-2019 - Mise-à-jour le: 14-02-2019 - Auteur: David Eboutou
La chronique de David Eboutou: « Il va falloir compter compter sérieusement avec Guillaume Soro! »
S'il est une phrase expressive, subliminale qui pourrait trahir non seulement les réelles ambitions politiques mais surtout le postulat idéologique de l'ancien rebelle et désormais ancien président de l'Assemblée Nationale ivoirienne, c'est bien cette phrase qu'il lâche au lendemain de sa « démission  » sur une télévision dédiée à sa propagande: « Ma vie politique ne fait que commencer. C'est le début !.....Aujourd'hui, je vais rendre le tabouret et je vais aller chercher le fauteuil. »
Une profonde psychanalyse de cet extrait révèle toute la profondeur de cet homme qui ,avec une dextérité enviable, aura su troquer son treïs de rebelle avec le costume de politicien qui commence à forcer de l'admiration même de ceux qui étaient encore pour lui il y'a quelques temps , de véritables pourfendeurs.
Soro au final c'est à la fois intelligence et opportunisme politiques à même de sniffer le bon coup politique à de dizaines de kilomètres et fin stratège qui a toujours su capitaliser mêmes les situations les plus politiquement désespérantes en sa faveur au point d'en ajouter à sa besace un important capital-sympathie.
Revenant sur sa « démission » du perchoir de l'hémicycle, on sait pour la plupart qu'il y a été presque contraint par un Alassane Ouattara qui n'a pas digéré ses nombreux rapprochements auprès de certains cadres du PDCI et surtout de son Chef Henri Konan Bédié acquis en chour à la réconciliation nationale au point d'exprimer leur volonté de voir retourner en Côte d'ivoire le Président Laurent Gbagbo et le Ministre Blé Goudé. La goutte d'eau ayant fait déborder le vase étant manifestement le refus de l'ancien « Fils spirituel  » de prendre part au congrès Constitutif du RHDP du 26 janvier dernier. De son côté, Soro n'a certainement pas digéré les multiples manouvres du pouvoir contre certains de ses lieutenants à l'instar de Soûl to Soûl et bien d'autres qui flairaient manifestement des méthodes intimidatoires.
Ajouté à l'impopularité sans cesse croissante du RDR et de son mentor,SORO en bon stratège se devait de marquer ses distances tout en veillant à ne pas se rendre involontairement complice de ces agissements. C'est ce qu'il a donc fait en « acceptant » de « démissionner  » de la tête de l'Assemblée Nationale. Il sait que son aura politique par cet acte engrangera à coups sûr quelques dividendes politiques. Bien que cette démission malgré ses dires ne soit pas de gré de cour!
En s'auto-affranchissant donc de ce strapontin institutionnel qui le liait encore à Ouattara, il est désormais libre de se projeter librement et sans contraintes. Il doit désormais compter sur son réalisme et surtout son intelligence politique qui lui impose de remarquer que le RDR de son ancien « mentor » n'est autre que le second nom du RHDP qui, malgré sa « victoire » d'octobre 2018 ne pèse plus grand chose sans lui et surtout depuis le retrait du PDCI.
 
Or, le PDCI qui est de fait, le parti le mieux structuré et le plus implanté en ce moment en Côte d'ivoire est celui qui logiquement, avec quelques alliances de formations politiques de seconde zone, gagnerait sans coup férir à l'élection présidentielle de 2020. Guillaume Soro de par son intelligence politique le sait. le RACI, un mouvement politique acquis à sa cause n'a pas encore un véritable encrage politique. Laurent Gbagbo et Blé Goudé sont techniquement disqualifiés pour 2020 mais pourraient tisser une alliance objective par un mot d'ordre pour le PDCI. Soro sait par conséquent que son avenir politique passe par une alliance stratégique avec Bédié qui pourrait lui octroyer la vice-présidence à l'issue de l'élection de 2020.De là, une attente pourrait se nouer pour lui ouvrir les vannes présidentielles pour 2025 ou alors 2000. Ça dépendra!. Toujours est-il que malgré la météorite des événements politiques en Côte d'ivoire, les ivoiriens doivent indéniablement compter avec Guillaume Soro qui malgré tout, qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas, est l'un des rares politicien en Côte d'ivoire qui aujourd'hui, tient un discours de véritable homme d'État.
David Eboutou
Analyste Politique panafricain et Internationaliste.
 
 
Rédigé par: Fognon.   le: Samedi 16 Février 2019
Qui a achete cet analyste pour promouvoir et promoter Soro? SOro moi-meme ou Niamsy? Notre analyste n'a rien a dire ni suggerer aux ivoiriens a propos de Soro. Kpakpato ! A+
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Vendredi 15 Février 2019
"Tuo" c'est normal, l'auteur est "panafricain et Internationaliste", la Côte d'Ivoire ne l'intéresse pas.
Rédigé par: Tuo   le: Vendredi 15 Février 2019
C'est malheureux des gens s'autoproclament analystes politiques mais à les lire on sent tout simplement la haine transpirer de leurs écrits. On se demande si ces gens-là savent de quoi ils parlent. Dans le cas présent on voit que celui-ci ne connaît en rien de la scene politique ivoirienne. Il ignore totalement les forces des différentsles hommes politiques ivoirins
Rédigé par: Ivoiro-usa   le: Jeudi 14 Février 2019
Très bien dit Mr David Eboutou mais sache que le patron de notre président Allassane s'appel GEORGE SOROS le philanthrope. Pour vaincre GEORGE SOROS notre Soro national doit appliquer la stratégie de Donald Trump c'est à dire plus de dialogue directs avec la population sinon tout est bouclée tout est calé. 2020 arrive ABIDJAN TREMBLE.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Jeudi 14 Février 2019
avec "son treïs de rebelle", le très fin et perspicace "Analyste Politique panafricain et Internationaliste" voulait peut-être parler de son treillis ?