Tchad : pourquoi Aziza Mariam Al Bechir a-t-elle été débarquée du gouvernement ?
tchadinfos. - Publié le: 13-02-2019 - Mise-à-jour le: 13-02-2019 - Auteur: WAL MOUSSA ACHITELA
Tchad : pourquoi Aziza Mariam Al Bechir a-t-elle été débarquée du gouvernement ?
L'ancienne ministre du Pétrole et de l'Énergie a été éjectée du gouvernement pour avoir refusé de donner suite favorable à une instruction de sa haute hiérarchie. Voici les détails : 
Aziza Mariam Al Bechir vient de céder 1erfévrier 2019 son fauteuil à son successeur Mahamat Hamid Koua, nommé par décret n°O102/PR/2019 du 31 janvier 2019. Ainsi, Aziz Mariam Al Bechir n'aura travaillé à la tête du ministère du Pétrole et de l'énergie que sept jours soit 52 heures de travail (samedi et dimanche ne sont pas des journées ouvrables). Un record !  
Son décret ne donne pas des détails sur les raisons de limogeage, comme d'ailleurs plusieurs autres décrets mettant fin aux fonctions des membres du gouvernement. Après 24 heures de son départ, l'on en sait un peu plus sur les motifs de limogeage d'Aziza Mariam Al Bechir. 
D'après des sources concordantes, la jeune dame a payé pour son refus d'obtempérer à une injonction de la plus haute autorité. Nos sources nous renseignent la présidence aurait instruit à la désormais ex ministre du pétrole et de l'énergie d'engager une procédure pour transvaser les frais de formations versés par les sociétés pétrolières exerçant au Tchad, au compte du Trésor public. Car, depuis plus de dix ans, le ministère du Pétrole et de l'Énergie ne fonctionne qu'avec ses fonds et aucune subvention ou crédit de l'État ne lui a été affecté. 
Aziza Mariam Al Bechir aurait répondu qu'elle a besoin de temps pour étudier la possibilité de verser ces fonds au Trésor public. Mais, une fiche serait envoyée de la présidence aussitôt lui ordonnant de s'exécuter. Elle a refusé de céder. Le « Boss » aurait piqué une colère et instruit qu'elle soit remplacée séance tenante.  
 
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Jeudi 14 Février 2019
Au moins cette dame a "les cuisses propres". Elle n'allait pas se rendre complice de détournements de fonds dès les premières heures suivant sa prise de fonction !
Rédigé par: kokobliko   le: Mercredi 13 Février 2019
refus d'obtempérer, donc retrait du tabouret. Point. Et au suivant, mister JAK , c'est comment!!!!
Rédigé par: Lago Tape   le: Mercredi 13 Février 2019
Cette femme africaine courageuse et compétente pourra se faire mieux valoir ailleurs, au lieu de suivre des instructions stupides pour tout juste garder un poste de ministre, comme beaucoup l'aurait fait.