Reprises des élections municipales à Grand-Bassam : Le PDCI-RDA exige la reprise des élections dans les ''lieux exclus''
lebanco.net - Publié le: 19-12-2018 - Mise-à-jour le: 19-12-2018 - Auteur: larissa Gbaguidi
Reprises des élections municipales à Grand-Bassam :  Le PDCI-RDA exige la reprise  des élections dans les ''lieux exclus''
 
 
Le Secrétaire exécutif du Parti Démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), Maurice Kacou Guikahué a exigé,  ce 18 décembre  2018 lors d'une conférence de presse animée à la maison du parti à Abidjan Cocody, la reprise des élections locale acte 2 dans la commune de Grand Bassam. La raison, cette élection qui avait en lice pour le PDCI, Georges Philippe Ezaley,  a été une fois de plus entachée de dysfonctionnements.
 
Maurice Guikahué, en veut pour preuve de ces irrégularités, les résultats proclamés par la Commission Electorale Indépendante (CEI) qui indique un collège électoral de 35.474 inscrits. Alors que, précise-t-il, le décret convoquant le collège électoral annonce plutôt 42.051 inscrits dans la circonscription de Grand-Bassam.
 
Des confusions qui amènent le représentant du parti d'Henri Konan Bédié à dire que, de façon délibérée, la CEI a pris la décision d'exclure de la liste électorale 6577 électeurs et de déclarer élu Jean Louis Moulot, le candidat du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) avec 900 voix de différence.
 
'' Le nombre dlecteurs exclus pas  la CEI (6577) correspond curieusement à la population électorale dans les trois (3) lieux de vote où l'agressivité des partisans du camp adverse a conduit à la destruction des urnes et du matériel électoral'', a-t-il expliqué.
Le collège moderne de Grand-Bassam (avec 3028 inscrits pour 7 bureaux de vote), le groupe scolaire Bassam 1 et 2 (pour une population de 1770 inscrits avec  4 bureaux de vote) et Petit paris et le centre FDFP (pour une population totale de 1339 inscrits avec trois bureaux de vote), sont les trois lieux de vote concernés.
 
Maurice Kacou Guikahué évoque donc une ''exclusion ciblée'' dans cette zone où lors de la première élection du 13 octobre 2018, sur 2500 électeurs, 2025 s'étaient exprimés en faveur du candidat du PDCI-RDA.
 
''Toutes ces casses et violences se sont opérées sous les yeux d'une escouade des forces de l'ordre qui se sont comportées comme des spectateurs. Ces agissements sont de nature à semer les germes d'une crise sociale dans des communautés vivant, jusque là, en parfaite harmonie'', a-t-il poursuivi.
 
Avant de condamner ces agissements de la CEI qui, selon lui, n'a fait que publier des résultats partiels des élections à Grand Bassam vu que 6777 électeurs,  inscrits dans les lieux de vote vandalisés ont été exclus.
Larissa Gbaguidi
 
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Vendredi 21 Décembre 2018
Erratum : il fallait lire "A Port Bouet, le résultat a été net et franc..."
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Jeudi 20 Décembre 2018
Le RHDP (derrière lequel se cache le RDR, car l'étiquette RDR n'est plus "vendeuse") est incapable de gagner une élection "à la régulière", c'est pourquoi il se livre à des manoeuvres d'intimidation et de violence comme on a vu à Port Bouet et à Bassam. A Port Bouet, le résultat a été né et franc et la "greffe" Siandou n'a pas pris. Il faut dire qu'elle était vraiment trop grossière. Mais Bassam étant "stratégique", il faut absolument que le candidat RDRHDP soit élu, quelle que soit la méthode. Personnellement, j'approuve le PDCI et je demanderais que l'élection à Bassam soit reprise autant de fois qu'il faudra pour qu'elle soit propre et indiscutable à 100%. Je connais très bien Bassam, Ezaley a plutôt été un bon maire et les populations bassamoises sincères (non achetées) n'ont pas de raison particulière de le chasser. Je pense aussi qu'il est prêt à reconnaître sa défaite si elle est parfaitement établie sur des bases légitimes, ce qui n'est toujours pas le cas après cette reprise du vote, qui ressemble effectivement à un hold up électoral à la sauce Yao n'Dre.
Rédigé par: Bismark   le: Mercredi 19 Décembre 2018
Chritian, l'intérêt de faire reprendre les élections ou à défaut dans les centre de vote vandalisés, c'est de décourager la méthode du RDR déguisé en RHPD et de toutes personnes ou parti politique qu'il soit dans l'opposition ou au pouvoir à l'avenir. Juridiquement, on ne reprend pas les élection quand il n'y a pas d'enjeu. Mais quand le nombre de voix homis est susceptible d'entacher la sincérité du vote, dans les pays vraiment démocratique, on reprend. L'écart de voix entre les deux candidat est de 900 alors que plus de 6000 personnes se voient refusées leur expression démocratique. Ce n'est pas pour faire plaisir à Azalé. C'est l'apprentissage de la démocratie. Autrement, il n'y a plus d'avantage à organiser les élections si une partie qui se croit fort peut envoyer des loubards casser les urnes dans les zones qui ne lui sont pas favorables, à la barbes des nombreux corps habillés déployé au frais du contribuable pour veiller sur le bon déroulement des élections. On a l'impression finalement que ces forces ont été déployé pour éfrayer l'opposition plutôt que de veiller sur les élections. IL FAUT QUE L'ELECTION SOIT REPRIS. Ainsi désormais, les candidats comprendront que c'est peine perdu de casser les bureaux de vote. JE CROIS QUE LA REPRISE NOUS AIDERA A RENDRE LES ELECTIONS PLUS APAISES? PUISQUE VOUS CASSEZ MILLE FOIS, ON REPREND MILLE FOIS. IL NE FAUT PAS QUE PAR LA VIOLENCE ON PRIVE LE PEUPLE DE SON DROIT CIVIQUE. QUE DIEU NOUS AIDE.
Rédigé par: Ivoiro-usa   le: Mercredi 19 Décembre 2018
L'union européenne à déjà tout dit de ce gouvernement.Rien ne n'étonne encore. La peur à encore changé de camp. Le RHDP à très peur. L'art d'un gouvernement totalitaire est la tricherie. Nous ivoiriens attendons la réforme de la commission électorale. La CEI de Youssouf Bagayoko est corrompue,totalitaire et foiré.
Rédigé par: ami   le: Mercredi 19 Décembre 2018
N'importe quoi PDCI exige,vous êtes qui? Pour exiger,des vieux comme ça qui changent pas quelle éducation vous donner aux jeunes avec le comportement de ce maire sortant faites vous respecter vous les anciens ça devient ridicule,arrêter de pourrir la vie aux Ivoiriens
Rédigé par: CHRISTIAN   le: Mercredi 19 Décembre 2018
BEUGRE JULIEN . IL FAUT COMPARER CE QUI EST COMPARABLE . VOUS PARLEZ DE YAO N'DRE QUI A ANNULÉ DES VOIX DANS DES RÉGIONS ET MAINTENANT VOUS PARLEZ DE LA CEI QUI A ANNULÉ DES VOTES À BASSAM .J'AI FINI PAR COMPRENDRE QUE TANT QUE EZALE NE GAGNE PAS , IL VA CONTNUER À CONTESTER .N'MPORTE QUOI.
Rédigé par: Beugré Julien   le: Mercredi 19 Décembre 2018
En 2010 GBAGBO (Paul Yao N'dré) avait exclus plusieurs régions pour se proclamer Président. Il avait échoué. En 2018 Watra(CEI) copie le travail de GBAGBO. Watra échouera également.