Alternance au Gabon et défis pour l'opposition
lebanco.net - Publié le: 08-12-2018 - Mise-à-jour le: 08-12-2018 - Auteur: Pierre Nzoghé à Libreville
Alternance au Gabon et défis pour l'opposition
Face aux défis de l'alternance au Gabon, l'opposition gabonaise peine à se renouveler et à convaincre malgré l'extraordinaire prouesse qu'elle a réussi lors de la présidentielle d'août 2016 de désigner un candidat unique Jean Ping face au président sortant Ali Bongo Ondimba  battu dans les urnes mais déclaré vainqueur par la Cour Constitutionnelle du Gabon le 23 septembre de la même année.
 
Pourtant elle ne manque pas de cadres compétents qui ont pour beaucoup une expérience politique obtenue auprès des leaders politiques comme Pierre Mamboundou, Zacharie Myboto, André Mba Obame, et d'autres qui viennent de la maison PDG comme Alexandre Barro Chambrier ancien ministre, président du RHM .Il n'est plus à présenter.
 
Certains sont peu ou pas connus sur la scène politique internationale et pourtant ce sont des valeurs sûres au plan national. On les retrouve à l'Union Nationale comme Paul-Marie Gondjout. C'est un ingénieur pétrolier qui s'est révélé au monde entier en sonnant la charge le 31 août 2016 pour s'opposer à la décision de la commission électorale du Gabon de donner la victoire à Ali Bongo. Il est le secrétaire exécutif de l'Union Nationale dont il dirige avec maitrise l'administration. Dans le renouvellement de la classe politique il a l'avantage de n'avoir participé à aucun des gouvernements d'Omar et d'Ali Bongo. Ils bénéficient de nombreux réseaux forts autour de lui qui sont de puissants atouts à son crédit. Notre avis est qu'il fera certainement parler de lui très bientôt.
 
Une autre valeur montante dans l'opposition gabonaise est Richard Moulomba  Mombo président de l'Arena. C'est un ancien secrétaire général de l'UPG sous la présidence de Pierre Mamboundou auprès de qui il a fait ses premières classes en politique. Richard Moulomba Mombo est informaticien, il enseigne à l'université Omar Bongo. Il s'est distingué dernièrement avec un groupe de notables dont Louis Gaston Mayla dans une proposition pour la réconciliation nationale qui peine à prendre corps au sein de l'opinion publique gabonaise. Comme Paul-Marie Gondjout il n'a jamais été dans un gouvernement d'Omar ou Ali Bongo. Notre avis est qu'il est ambitieux et saura le faire valoir.
 
Un autre cador de l'opposition pour parler de ceux qui vont l'incarner dans un avenir proche, c'est Séraphin Akouré Davain transfuge du PDG et ancien maire de Lambaréné. Il a fait alliance avec Guy Nzouba Ndama pour créer le parti les Démocrates dont il est le président d'honneur. Il a longtemps souffert de ses alliances avec les grandes personnalités du PDG mais il a su montrer son engagement dans l'opposition en rompant définitivement avec le parti au pouvoir. Aucun poste gouvernemental avant ce jour et il n'a jamais caché son ambition d'une grande fonction politique d'envergure nationale. Notre avis est qu'il s'y prépare.
 
 
Une correspondance particulière de Jean -Pierre Nzoghé à Libreville