Côte d'Ivoire - Bilan de la campagne des élections locales 2018: Malgré quelques troubles, la campagne prend fin de façon apaisée
lebanco.net - Publié le: 12-10-2018 - Mise-à-jour le: 12-10-2018 - Auteur: Larissa Gbaguidi
Côte d'Ivoire - Bilan de la campagne des élections locales 2018: Malgré quelques troubles, la campagne prend fin de façon apaisée
Démarré le 28 septembre 2018 sur toute l'étendue du territoire national, la campagne des élections locales (municipales et régionales) prend fin ce 11 octobre sous le coup de minuit. Mais déjà à quelques heures de la clôture, le Réseau Ouest Africain pour l'Edification de la Paix (WANEP-CI) dresse un bilan de l'atmosphère de cette période de campagne.
« La campagne électorale a été relativement paisible. Néanmoins, on note quelques violences qui ont éclaté le 3 octobre à Lakota pour s'intensifier les 6 et 7 octobre dans d'autres villes.  Et ces troubles sont plus liées aux élections municipales que régionales », a confié la coordinatrice nationale du WANEP-CI Kamara Mylène épse Soro ce 11 octobre 2018lors d'une conférence de presse à Abidjan, Cocody.
C'est l'analyse qui ressort de la collecte d'informations faite durant cette période de campagne et qui se situe dans le cadre du projet : « appui à la participation citoyenne de la population pour des élections locales inclusives et apaisées ». Ainsi plusieurs activités dont la collecte d'informations et des sensibilisations ont été faites pour prévenir les risques de violences.
Nonobstant les sensibilisations faites sur le terrain, quelques troubles ont été constatées à Lakota, Divo, Duékoué, Koumassi, Port-bouët et quelques villes.  Selon l'analyse faite par les experts du WANEP-CI,  plusieurs facteurs sont à l'origine de ces violences.
En première ligne, il faut noter l'enjeu que constitue ces élections locales qui sont déterminantes pour les présidentielles à venir étant donné que les acteurs politiques peuvent déjà se jauger. Aussi, il y a des bastions comme Abobo, Plateau et Port-bouët qui font monter la tension dans chaque camp. A cela s'ajoute le choix des candidats par les partis qui ne répond pas toujours aux aspirations de la base sans oublier les conflits fonciers non négligeables dans l'éclatement des violences.
Passée la campagne, la plateforme de la société civile plaide pour un bon déroulement du vote le samedi prochain.
Les forces de l'ordre qui, jouent un rôle important dans la sécurisation de cette période ont été appelées à ne pas  s'impliquer dans le processus comme il a été donné de le constater.
Toujours au niveau des recommandations, le WANEP-CI invite la Commission Electorale Indépendante (CEI) a publié les résultats dans les délais vu que les longues attentes favorisent les tensions.
Larissa Gbaguidi