Déforestation en plein Abidjan: Qui a autorisé ce scandale?
Alain Lobognon - Publié le: 01-09-2018 - Mise-à-jour le: 01-09-2018 - Auteur: Alain Lobognon
Déforestation en plein Abidjan: Qui a autorisé ce scandale?
1. Non, Bouygues, très attaché à la protection des espaces vert, ne peut s'évertuer à détruire une partie de la forêt du Banco pour un train dont le tracé est connu.
2. Je tiens à rappeler aux ingénieurs encagoulés que l'étude d'impact environnemental pour la réalisation de ce projet a longtemps été faite au moment où je siégeais encore au Gouvernement. 
3. À cette époque, le Conseil des Ministres avait également adopté une communication visant à faire reboiser plusieurs hectares de forêt indûment accordés à un promoteur immobilier. 
Bref! 
4. Hier, j'ai vu la publication d'un jeune Ivoirien qui s'inquiétait de la destruction d'une partie de la forêt du du Banco. Dans mon post, j'ai cité l'auteur de l'image et de l'information.
5. J'ai également vérifié l'information avant de la relayer. Il s'agit bel et bien d'une partie de la forêt du Banco. 
J'ai toujours milité pour la défense de la flore et de la faune en Côte d'Ivoire. Je dénonce au quotidien la destruction de la forêt ivoirienne. 
6. Avant-hier, en tant que simple citoyen ivoirien, j'ai dénoncé la déforestation à outrance dans le Sud-ouest où la politique étatique a consisté à classer les forêts devenues par la suite des aires de cultures de cacaoyers, de palmiers à huile et d'hévéa-culture. 
7. Hier, en tant que Ministre, j'ai dénoncé la destruction continue de la forêt au profit d'une course effrénée au record de la production cacaoyère en Côte d'Ivoire. Au sein du Gouvernement, j'ai milité pour une réduction des aires culturales de cacao. J'ai été mis en minorité. Mais je n'ai jamais renié ma position. 
8. Aujourd'hui, en ma qualité de Député, à chaque occasion, je dénonce la déforestation en Côte d'Ivoire, car rien ne justifie que l'on puisse sacrifier en 2018, le peu de forêt qui nous reste.
9. Dans tous les cas, j'ai toujours accusé ceux qui sont chargés de la protection de la forêt ivoirienne d'être les responsables de sa destruction. 
10. En conclusion, j'invite les sachants à apprécier le tracé du train. Il ne traverse pas la forêt du Banco. Alors qui a autorisé la destruction de la forêt qui protège encore Abidjan? 
Rédigé par: FdL   le: Dimanche 2 Septembre 2018
Et les pleurnicheries sur la forêt classée de Port-Gauthier ? Nous avons proposé un projet de réhabilitation et d'aménagement en pôle touristique au début de 2014. La Sodefor a tout fait pour nous y faire renoncer (en fait il aurait fallu leur donner des milliards...). Alors on fait quoi ?
Rédigé par: Brou   le: Dimanche 2 Septembre 2018
Bien écrit monsieur. Qu'est ce que vous aviez fait des forêts sacrées, des forêts classées comme à l'entrée de Bouaké quand vous avez le costume de rebelle ? C'est facile pour Satan de se faire passer pour l'Ange Gabriel.
Rédigé par: Vérité   le: Dimanche 2 Septembre 2018
Mais bon Dieu ! Existe-t-il réellement en Côte d'ivoire des amoureux de la nature ? Existe-t-il une conscience responsable de l'avenir de nos enfants ? Partenaire de la forêt, malgré toutes les réunions, séminaires, communications et autres gesticulations ( dont les coûts de réalisation sont en plusieurs dizaines de millions payés par----les blancs !) personne n'arrive à réveiller les consciences ! Nous voulons augmenter notre production cacaoyère, notre production d'hévéa, d'anacarde, de palmier à huile, sans prendre en compte la protection de notre environnement ! Ok ! mais plus on augmente nos productions, plus les prix chutent et moins on s'enrichit ! La richesse d'un pays et d'une population, c'est la qualité de service du pays---> ( écoles-hôpitaux-administration au service réel de la population - éducation morale - respect du bien public - hygiène publique et privé de qualité.). Chaque jour, je me rends compte du peu de valeur que nos responsables donnent à l'environnement et à la prise en compte d'une gestion rationnelle de notre forêt et de ses ressources. Je suis un opérateur du secteur bois, en faillite, juste parce que je persiste à prôner une gestion équitable, un reboisement réel et rationnel ( aujourd'hui un échec patent du ministère des eaux et forets !!!!). La SODEFOR est devenu "le business" d'un groupe dirigeant de cette structure, où à l'époque, il lui était assigné un reboisement de 25.000 Ha/an, mais aujourd'hui on peine à faire 2.500 Ha/an ! Aucune réelle "volonté" d'avoir un programme pour transformer les ressources forestières en produits finis, comme déclaré dans les discours et à la télévision ! La politique en Côte d'Ivoire, c'est "je suis fonctionnaire à ce poste, je m'enrichis sans état d'âme, et pour le reste je m'en balance!" Nos enfants ne feront que réparer les nombreux dégâts que nous aurons, consciemment, provoqués ! Je ne crois plus ! Nous avons une âme gangrenée !!!!! Vérité
Rédigé par: Kakou Ananzé   le: Samedi 1 Septembre 2018
Hier,on a ni entendu,ni vu l'Adjudant Antoine Beugré,ancien Directeur de la communication du MPCI,lorsque la rébellion détruisait allègrement,la faune et la couvert végétal ivoirien,alimentant des trafics en tout genre d'espèces animales protégées ainsi que de bois de vène et autres, exportés,via les pays voisins!..
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Samedi 1 Septembre 2018
Oui, si cela est avéré, c'est parfaitement scandaleux. Nous allons nous enquérir auprès des responsables. Par ailleurs, si M. Lobognon s'est vraiment penché sur la politique environnementale du gouvernement ivoirien, il aura certainement compris qu'elle est faite uniquement de gesticulations et de communication, mais qu'en réalité, tout le monde s'en fout complètement, comme en France, où elle a provoqué la démission de M. Hulot qui en avait marre d'avaler des couleuvres à longueurs de journées. On décrète la reforestation comme on a décrété l'"émergence", mais il n'y aura pas plus d'effet dans un cas comme dans l'autre. Ce ne sont que des mots pour citoyens bien-votants décérébrés et pour bailleurs de fonds (perdus) irresponsables. Pour le prochain mandat, le pays recherche un Macron (mais il ne l'a pas encore trouvé), mais il semble qu'il ait trouvé son Hulot !
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Samedi 1 Septembre 2018
Tout cela est scandaleux et criminel !
Rédigé par: Lago Tape   le: Samedi 1 Septembre 2018
La déforestation en Côte d'Ivoire en plus de faire avancer le désert, fait des victimes collatérales. Les espèces sauvages en voie d'extinction voient leur habitat s'évaporer. Jamais les espèces animales, surtout celles en voie d'extinction n'ont été aussi menacées de disparition comme ces dernières années. (Ebola leur avait donné un répit avec l'interdiction de consommer de la viande dite de brousse. mais cela est fini maintenant) L'une des causes, sinon la cause principale est la destruction exponentielle des forêts de manière générale en Afrique subsaharienne, mais plus particulièrement en Côte d'Ivoire. Les espèces protégées voient leur habitat passer de 16 millions d'hectares en 1900, à 6 millions en l'an 2000 selon les chiffres publiés à cette époque par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, FAO. Mais d'après le programme d'investissement forestier, PIF publié en 2016, la Côte d'Ivoire dénombre aujourd'hui environ 2,5 millions d'hectares. Les causes liées au déclin des forêts en CI sont légions : exploitation illégale du bois, le charbon, non-respect des textes règlementaires, exploitations minières, et l'agriculture industrielle grandissante. D'après la FAO et le PIF, l'agriculture industrielle de café, hévéa et bien sûr le cacao sont les plus dangereuses pour la survie de nos forêts ivoiriennes. Et ce n'est pas tout, à côté de celles-là, les occupations anarchiques et illicites de populations allogènes venues principalement du Burkina Faso, du Mali, du Niger et autochtones sont un poison pour les forêts de Côte d'Ivoire.