Affaire Bemba : la Chambre de première instance VII ordonne la mise en liberté provisoire de M. Bemba suite au jugement de la Chambre d'appel
CPI - Publié le: 12-06-2018 - Mise-à-jour le: 12-06-2018 - Auteur: CPI
Affaire Bemba  : la Chambre de première instance VII ordonne la mise en liberté provisoire de M. Bemba suite au jugement de la Chambre d'appel
 
Aujourd'hui, le 12 juin 2018, la Chambre de première instance VII de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour ») a ordonné la mise en liberté provisoire sous conditions spécifiques de M. Jean-Pierre Bemba après avoir tenu ce matin une audience et reçu les observations des parties sur le maintien en détention de M. Bemba dans l'affaire Le Procureur c. Jean-Pierre Bemba Gombo, Aimé Kilolo Musamba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, Fidèle Babala Wandu et Narcisse Arido du fait de sa condamnation définitive pour des atteintes contre l'administration de la justice.
 
Cette audience a été tenue suite à la décision du 8 juin 2018 de la Chambre d'appel, à la majorité, acquittant M. Bemba des charges de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité prétendument commis en République centrafricaine (RCA). Dans son arrêt, la Chambre d'appel a indiqué qu'il n'y avait pas lieu de maintenir M. Bemba en détention dans le cadre de l'affaire concernant les crimes allégués en RCA et qu'il revenait à la Chambre de première instance VII de déterminer si sa détention demeurait justifiée en vertu de sa condamnation pour des atteintes à l'administration de la justice.
Rédigé par: Lago Tape   le: Jeudi 14 Juin 2018
Condamné en première instance à 18 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, Jean-Pierre Bemba a été acquitté en appel et attend sa remise en liberté provisoire par la CPI, après dix ans de prison. Dix ans de prison pour rien. Ce verdict décrédibilise beaucoup la CPI...Beaucoup de Congolais et d'Africains ont désormais beaucoup de raisons de douter de l'indépendance et de l'impartialité des magistrats du parquet, comme du siège de la CPI. On peut aussi se demander si les arrêts rendus par la CPI contre Germain Katanga, Thomas Lubanga, Mathieu Ngudjolo étaient assis sur des faits irréfutables. Bref!
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mercredi 13 Juin 2018
Je pense que les cas de Bemba et Gbagbo sont très différents et qu'il ne faut pas voir dans le traitement de l'un ce qui pourrait arriver à l'autre. Les GOR sont tellement aveuglés par leurs illusions qu'ils sont en dehors de tout entendement et de toute réalité.
Rédigé par: Jupiter Ygué   le: Mardi 12 Juin 2018
Avec la libération de jean Pierre Bemba,se profile l'éventuelle acquittement de Laurent Gbagbo,en septembre prochain.Dans cette hypothèse,la récente déclaration du PRADO sur la possibilité d'un troisième mandat en 2020 offert par la nouvelle constitution,s'éclaire d'un angle nouveau !...L'élection Présidentielle de 2020,pourrait voir la présence dans l'arène des candidats Gbagbo et Ouattara....Cette élection pourrait ainsi apparaître, comme le troisième tour de l'élection Présidentielle de 2010 !... Laurent Gbagbo,n'ayant jamais reconnu sa défaite en 2010!...Ça promet!...