Torturé par son oncle à N'Douci : Foua Bi Emmanuel pris en charge par la Première Dame
lebanco.net - Publié le: 11-06-2018 - Mise-à-jour le: 11-06-2018 - Auteur: Fatou Sylla
Torturé par son oncle à N'Douci : Foua Bi Emmanuel pris en charge par la Première Dame
La Première Dame de Côte d'Ivoire, a, à travers sa Fondation Children of Africa, pris en charge le petit Foua Bi Emmanuel qui avait été torturé et maltraité par son oncle, à N'Douci.
Il vient d'intégrer le Centre d'accueil ''La Case des enfants''.  Depuis  le début du mois de juin, le petit Foua Bi Emmanuel qui avait été torturé et maltraité, en avril, dernier, par son oncle, à N'Douci, a, à la demande  spéciale de  la Première Dame, présidente fondatrice de Children of Africa rejoint, cet établissement pour enfants en difficulté, situé au Plateau. Il est désormais, entièrement pris en charge médicalement par l'Hôpital mère-enfant de Bingerville où il subit une série d'examens.
A la suite de l'examen dentaire d'Emmanuel, réalisé, l'on a découvert, qu'en réalité le petit  a entre 4 et 5 ans et non 8 ans. Selon l'un des éducateurs spécialisés du centre d'accueil, le petit garçon se remet peu-à-peu de son traumatisme psychologique et a retrouvé son univers d'enfants fait de jeux et de camaraderie. « Il a un esprit vif et une intelligence au-dessus de la moyenne », a indiqué l'éducateur spécialisé.
En effet, après  les examens et les soins appropriés, Nadine Sangaré, directrice de la Fondation, a assuré que la structure fera en sorte qu'il prenne le chemin de l'école comme ses autres camarades. ''Madame Dominique Ouattara a été choquée par la torture que Emmanuel a subi. Elle nous a donc instruits afin que l'enfant soit totalement pris en charge", a-t-elle confié.
En effet, selon les faits rapportés par l'Agence ivoirienne de presse (AIP), Emmanuel a été victime de sévices corporels. Sur les photos montrées aux journalistes, on pouvait voir  le  petit garçon avec ses membres attachés. Sur son dos et son ventre également, des traces de sévices très nettes.  Le petit Emmanuel a été lacéré pendant plusieurs jours et brûlé au feu à l'aide de la lame d'une machette chauffée, par son oncle.  Toujours selon des sources, des voisins ont rapporté au service social et à la brigade de gendarmerie de Tiassalé que l'oncle a brûlé les fesses de son neveu pour une histoire de tête de cabri qu'il aurait mangé. Pris de colère, l'oncle a séquestré le petit Emmanuel pendant deux jours et deux nuits et l'a bastonné, avec à la clé, des brûlures sur le corps.
L'enfant a eu la vie sauve grâce à l'intervention des voisins. Il a été ensuite conduit au centre  de santé rural du village, où il a été admis à l'hôpital général de Tiassalé. Des témoignages confirmés par le petit Emmanuel dans un langage approximatif. Rappelons que l'oncle tortionnaire du petit Emmanuel est toujours en fuite.
 
Fatou Sylla 
Rédigé par: Seydou Soro   le: Lundi 11 Juin 2018
En matière de mauvais traitements des enfants, d'inceste et de pédophilie, certaines familles ivoiriennes sont «pathogènes» car le climat familial (du secret de famille) favorise le « prédateur sexuel incestueux » et le sadique qui torture sous prétexte de corriger un enfant. On a ainsi beaucoup d'exemples de familles ivoiriennes où on va mettre du piment fort dans le vagin et l'anus de la petite fille qui a commis une faute et, où les cas d'incestes sont répétés, parce que le «prédateur incestueux» peut ainsi violer plusieurs so-eurs (de la plus grande à la plus petite) qu'il s'agisse d'un père, d'un beau-père ou grand-frère incestueux, peu scrupuleux. Le fait que les agissements du «criminel incestueux et/ou sadique» soient considérés comme un «secret de famille» constitue ainsi donc ce qu'on peut appeler « famille pathogène », puisque le criminel incestueux ou sadique est en quelque sorte « protégé » par la famille, et ne va ni en prison, ni se faire soigner (si cela peut se soigner). et il continue ainsi d'abuser les enfants, ses filles et/ou ses so-eurs, tout en faisant semblant d'être un individu décent au plan professionnel et religieux. On le voit ainsi se pavaner dans les églises ou les mosquées et mêmes dans les pèlerinages à Rome ou à la Mecque. Quelle hypocrisie !