Décès de l'académicien français Jean d'Ormesson
BBC - Publié le: 05-12-2017 - Mise-à-jour le: 05-12-2017 - Auteur: BBC
Décès de l'académicien français Jean d'Ormesson
Elu en 1973 à l'Académie française, éditorialiste et ancien directeur du Figaro (1974-1977), il est l'auteur d'une quarantaine d'ouvrages.
En 1971 avec La Gloire de l'Empire, il est récompensé par le Grand Prix de l'Académie française.
En 2015, il avait reçu la récompense suprême de tout écrivain français, être édité dans la collection La Pléiade des éditions Gallimard.
Plusieurs personnalités françaises comme le président Macron lui ont rendu hommage.
 
 
Il était le meilleur de l'esprit français, un mélange unique d'intelligence, d'élégance et de malice, un prince des lettres sachant ne jamais se prendre au sérieux. L'oeil  le sourire, les mots de Jean d'Ormesson nous manquent déjà.
 
 
Il est l'auteur de plusieurs romans: Au Plaisir des Dieux, L'Amour est un plaisir, Jean qui grogne et Jean qui rit, L''Histoire du Juif errant (1991), La Douane de mer (1994) et Presque rien sur presque tout (1996)
Fils d'ambassadeur, Jean d'Ormesson, normalien et agrégé de philosophie, est né à Paris le 16 juin 1925.
Il entreprend une carrière de haut fonctionnaire.
Après avoir été membre de délégations françaises à plusieurs conférences internationales (1946-48), il entre à l'Unesco, où il est secrétaire général (1950-1992), puis président du Conseil international de philosophie et des sciences humaines.
Il appartient parallèlement à plusieurs cabinets ministériels de 1958 à 1965.
Président du directoire de la société de gestion du Figaro et directeur de ce quotidien de 1974 à 1976, il est ensuite directeur général du Figaro jusqu'à sa démission en juin 1977.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mardi 5 Décembre 2017
Une intelligence supérieure, une culture immense, un esprit d'une vivacité extraordinaire, même dans son quatrième âge, et surtout une désarmante simplicité et une sorte d'autodérision qui, malgré sa grande distinction, rendaient ce grand monsieur tout à fait abordable... en un mot, une perte irréparable pour la francophonie. Voilà quelqu'un qui va nous manquer.