Que veut Franklin Nyamsi en Côte d'Ivoire ?
Dr Alexis Dieth - Publié le: 30-09-2017 - Mise-à-jour le: 30-09-2017 - Auteur: Dr Alexis Dieth
Que veut Franklin Nyamsi en Côte d'Ivoire ?

Mr Franklin Nyamsi, tu es un ivoirien et un frère en citoyenneté. Mais que recherches-tu réellement en Côte d'Ivoire ? Cherches-tu à reconstruire et sauvegarder l'unité nationale, à défendre l'intérêt général et le Bien commun dans notre pays ? Cherches-tu au contraire à conquérir la Présidence de la République et l'Etat ivoirien pour les afficher, comme trophées personnels,  sur  le blason de ton ego démesuré en fusillant à cette fin par tes bordées d'injures et de grossièretés, les officiels ivoiriens et les simples citoyens qui s'opposent à cette OPA ?

Comme il fallait s'y attendre suite à mon interpellation tu m'as, conformément à ton caractère, agoni de grossièretés, de propos orduriers, d'injures et de mensonges destinés à salir mon honorabilité. Je t'interpellais pourtant simplement en qualité de citoyen pour te demander de désarmer ta parole et ta plume dans cette situation socio-politique délicate  potentiellement dangereuse pour la Côte d'Ivoire car je te connais personnellement. Je t'interpellais en qualité de citoyen ivoirien responsable de son gouvernement et préoccupé par  tes attaques contre  les institutions de notre République, par les tombereaux d'injures que tu déverses quasi-quotidiennement sur l'honorabilité  des autorités qui les incarnent. Je t'interpellais en cette qualité  pour tenter de te raisonner et t'empêcher d'entraîner la Côte d'Ivoire encore une fois de plus vers l'abîme de la guerre en divisant le personnel politique ivoirien par les bordées constantes d'injures et de grossièreté. Tu déverses ces grossièretés et ces propos orduriers sur les dirigeants du RDR en lesquels tu vois des ennemis et des obstacles dressés devant ta volonté boursouflée d'accéder à tout prix au poste de conseiller spécial à la Présidence de la République de Côte d'Ivoire en grimpant sur le dos de l'acteur politique ivoirien dont tu sers comme une échelle.

 Nous n'avons pas toi et moi, le même problème. Mon problème à moi, c'est la stabilité politique de la Côte d'Ivoire, l'harmonie entre nos dirigeants, la saine compétition politique dans le respect des valeurs de la République. Mon problème à moi c'est mon souci de  la sécurité de mes concitoyens  et la paix sociale en Côte d'Ivoire. Ton problème à toi, au contraire, est un problème d'ascension sociale personnelle, une volonté de prendre en Côte d'Ivoire une revanche sur la vie en dévoyant et en piétinant les institutions et les acteurs politiques qui les servent et qui contrecarrent tes plans. Cette démoniaque obsession de revanche sur la vie t'a fait perdre toute capacité de penser : tu ne parles plus que pour injurier ou pour encenser. Ton problème personnel a trait à ta volonté pestilentielle de satisfaire par la captation privée de l'Etat ivoirien ton ego boursouflé et démesuré. Cette volonté obsessionnelle démesurée et maladive me fait penser avec raison que le candidat du PDCI sera la prochaine cible de tes injures, de tes grossièretés, de tes propos orduriers. Tu verras immanquablement en ce candidat un obstacle à l'avancée de celui que tu utilises comme une échelle dans ton assaut éperdu et fou vers les cimes ivoiriennes. Comme la grenouille de la fable de la Fontaine qui explosa à force de vouloir se faire plus grosse qu'un bouf, tu exploseras bientôt sous le poids de ton enflure pestilentielle et démoniaque. Tu n'as pas su utiliser ton équerre pour t'imposer une limite.

A l'attitude normale du parvenu qui venu de très bas s'attache à écraser et piétiner tout ceux qui se trouvent en dessous de lui pour prendre une revanche sur la vie s'ajoute la perversion du bout d'homme qui a un besoin irrépressible  s'enfler pour faire illusion, d'afficher ses parchemins et de les renforcer par l'imposture et la tricherie pour se donner de l'allure et pour dominer.

Je dois te rappeler ceci : la Paix, la pondération, le respect de l'Autre et surtout de l'Etranger, les mots d'ordre du Père de la Nation ivoirienne Félix Houphouët Boigny sont, pour nous, des principes sacrés. Ils le demeurent et le demeureront malgré la parenthèse honteuse des années 2000 à 2010 que nous nous évertuons à fermer, un engagement national auquel tu avais prétendu prendre part. Tu es en réalité le frère jumeau de ceux qui agressèrent ces principes, comme en témoigne l'extrême violence récurrente de tes propos qui divisent, clivent, séparent et incitent à la guerre fratricide au RDR et entre le RDR et le PDCI. Par tes propos injurieux et tes actions vindicatives et bellicistes, tu es l'incarnation de l'antithèse radicale cette paix, de cette considération et de ce respect de l'Autre. Tu es devenu un ennemi de la Côte d'Ivoire. Ton objet ultime est de prendre le pouvoir d'Etat par devers autrui et par devers le peuple pour imposer sur la Côte d'Ivoire la domination de ton ego boursouflé. Tu n'as pas su utiliser ton équerre pour t'imposer une limite. Crois-moi, Monsieur Franklin, la Côte d'Ivoire parviendra à se débarrasser démocratiquement de toi et tu lui rendras des comptes judiciaires.

Dr Alexis Dieth

Professeur de philosophie

Rédigé par: Bonébo   le: Dimanche 8 Octobre 2017
Francklin, Alexis Dieth et autres n'engagent que leurs propres personnes dans leurs différents écrits. Les textes ou si vous voulez les positions officielles sont celles portées et dites par les officiels. Francklin n'est pas Soro. Dieth n'est pas Dagri ou Ado. Il appartient à chacun de ces officiels de la République ou du Rdr, d'endosser librement un texte ou une position à eux SUGGERES par leurs conseillers. Autrement dit, pourquoi Dieth se montrerait si frileux devant les propos d'un citoyen qui veut s'exprimer... comme lui du reste. Je ne vois pas en quoi Dieth serait plus soucieux de la paix en CIV que Francklin. C'est bien des ivoiriens multiséculaires qui ont mis le feu dans ce pays, tous des fervents convertis au woody-ya
Rédigé par: Fognon   le: Jeudi 5 Octobre 2017
Le cabri explore toujours le visage du proprietaire avant de mettre son museau dans la poudre de mais. C'est xa ! A+
Rédigé par: Lago Tape   le: Dimanche 1 Octobre 2017
Décidément, il est des silences plus parlants que tous les discours. Les défenseurs camerounais du despote Gbagbo pendant la dernière crise postélectorale ivoirienne, nous auront habitués à bien d'étranges mutismes, chaque fois que leur propre pays natal, le Cameroun est au coeur du débat démocratique et de l'actualité africaine. Nous devons ausculter ce patriotisme africain suspect, à tête chercheuse, à allumage alternatif et à objectifs semi-invisibles. BIYA musèle le Cameroun: Kelman et Beyala se taisent, tandis que Nyamsi loue Soro, renie son Cameroun natal et s'autoproclame "Ivoirien". Que pensent nos anticolonialistes de Biya et de leur Cameroun natal ? Notre propos est précisément de nous interroger: Où sont-ils passés, nos anticolonialistes dogmatiques, passés maîtres dans l'art de pérorer sur la Côte d'Ivoire et la Lybie, maintenant que Biya s'affiche résolument comme candidat à la présidence à vie au Cameroun ? Où sont passés les Beyala et les Kelman ou Nyamsi quand Biya martyrise les Anglophones du Cameroun, les seuls à pouvoir encore contester la mascarade électorale de Biya à chaque élection ? Comment comprendre qu'il existe une intelligentsia critique de la domination internationale dans un pays comme le Cameroun, mais que la même intelligentsia soit aux abonnés absents ? Le silence des charognards camerounais vient de leurs ventres pleins: Venons en donc aux raisons de cet anticolonialisme dogmatique et osons une hypothèse explicative: Vraisemblablement, le silence de la bande des anticolonialistes d'opérette du Cameroun a partie liée avec celui des pseudo-démocrates du FPI. Au fond, les Kelman, Beyala, et leurs suiveurs donneurs de leçons de patriotisme en Côte d'Ivoire ne sont ni des patriotes, ni des démocrates africains, mais bel et bien des pourvoiristes. L'enjeu de leur soutien à Gbagbo fut le soutien de Gbagbo à leur projet d'insertion politico-diplomatique et à leurs quêtes de strapontins opportunistes. Nyamsi avec Soro en est l'illustration.
Rédigé par: Diarrasse Napié   le: Dimanche 1 Octobre 2017
Que fait donc le natif du Cameroun "Nyamsi" dans la réconciliation en Côte-d'Ivoire ? C'est vraiment de la plaisanterie et aussi de la pure provocation. Le vrai panafricanisme doit être réciproque et non pas unilatéral (uniquement du Cameroun vers la Côte d'Ivoire). Les Camerounais veulent s'ingérer dans la politique ivoirienne, mais les mêmes camerounais ne reconnaissent pas aux ivoiriens le droit de s'ingérer dans les affaires camerounaises. Dans le panafricanisme véritable et sincère, le droit d'ingérence doit être partagé autant par les ivoiriens que par les camerounais. C'est pour cela que l'ingérence camerounaise (dans la politique ivoirienne) ne doit pas être acceptée par les ivoiriens. C'est de la foutaise et c'est tout juste un exutoire pour les Camerounais qui évitent ainsi de critiquer leur roi fainéant Biya 1er, président à vie du Cameroun.