Ouattara vraiment victime du débat d'un 3ème mandat ? Réactions au « Prado Yako » d'un cadre du Rdr
Afrikipresse - Publié le: 10-09-2017 - Mise-à-jour le: 10-09-2017 - Auteur: Alice Ouédraogo
Ouattara vraiment victime du débat d'un 3ème mandat ? Réactions au « Prado Yako » d'un cadre du Rdr
Vass Diarrassouba est un jeune cadre Rdr et membre des instances de la jeunesse du parti. Il est totalement pro-Ouattara, et est généralement en phase avec les orientations de son parti.
Ce mardi 22 août , il a écrit ceci sur sa page Facebook : « Demander que le PRADO fasse un 3e mandat, affirmer que le PRADO fera un 3e mandat, se plaindre partout que le PRADO veuille faire un 3e mandat pendant qu'il a lui même dit qu'il n'est pas candidat en 2020 est en fait une COMMUNICATION DESTRUCTRICE tendant à montrer que notre Président a le syndrome des autres présidents africains. Ainsi, il manque de lucidité pour proposer une vision pour 2020 et après. Certainement que ces personnes qui veulent faire passer le PRADO pour un Président mal conseillé ont peur de l'orientation qu'il donnera à 2020, mais la plus grande bêtise serait de présenter notre chef comme un homme sans parole juste pour des calculs de positionnement.  PRADO YAKO ».

Nous trouvons son interpellation pertinente. Pour notre part, nous voyons cela un autre angle. Selon nous PRADO a prêté le flanc : quand on est Président de la République, quand on a quelque chose ( ou quelqu'un ) à proposer pour la Présidence de la République après 2020, on ne cherche pas à redevenir président d'un parti politique. Si le Président Ouattara n'est pas en mesure de laisser la Présidence du Rdr, d'un simple parti politique, comment peut-il laisser la Présidence de la République ? 

Nous savons qu'il y'a encore des gens qui estiment qu'il ne doit pas se mêler de la bataille au Rdr, qu'il ne doit plus chercher à être Président du Rdr, et qui estiment que jusqu'au 9-10 septembre 2017 tout est encore possible. Que de retour de Mougins et de la réflexion en cours, une surprise est possible !!!! 

Autrement sil n'est pas en mesure de renoncer à la Présidence du Rdr , il ne faut pas trouver malsain que le débat fait par les mêmes qui l'ont convaincu de reprendre la Présidence du parti, se fasse pour qu'il reste également à la tête du pays. Pour le parti, ils ont réussi ! Pourquoi renonceront-ils pour la Présidence de la République ? 

L'on peut vouloir dire que le parti est différent de la Présidence de la République, mais l'enjeu est le même : la capacité de partir, la capacité de résister à la tentation de rester , la capacité et la force de désigner une équipe pour préparer l'après, la capacité pour le Rdr de survivre à Alassane Ouattara, et la capacité pour le Président de la République de créer les conditions de faire vivre le Rdr sans lui, de lui éviter le chaos de l'après , qui guette les partis bâtis autour d'un leader charismatique. 

La capacité pour le Président de la République de demander à ses lieutenants de prendre leurs responsabilités et de s'assumer , de refuser de se sacrifier à nouveau pour eux. Oui ! Car même si les sachants savent que Ouattara n'est pas chaud lui-même, et qu'il se présente plutôt pour sauver le Rdr, et les siens , les observateurs sont bien tentés d'y voir autre chose, et de croire qu'il ne se bat que pour lui. 

Pourquoi Alassane Ouattara doit-il donner raison à la même volonté prêtée de son côté à Laurent Gbagbo, de redevenir non seulement Président de son parti, le Fpi, et pourquoi pas,  de rêver d'un comme back historique et extraordinaire à la tête du pays ? 

Depuis 2011, il fallait songer à détacher un cadre et un leader, et lui dire de redynamiser le parti, au lieu d'avoir servi à dessein, un intérimaire comme Amadou Soumahoro. Ce cadre détaché se serait alors consacré à la tâche à 1000% et n'aurait rien fait d'autre, avec la promesse et l'ambition de prendre totalement le contrôle du parti, à son profit. . 

Si c'était par exemple Amadou Gon Coulibaly, après la Présidence et à la Primature pour gagner aussi bien en expérience qu'en envergure , il aurait pu être libéré de tout dès 2015 pour ne gérer que seulement le parti, et pour préparer le congrès et l'après Ouattara, en affirmant son leadership. 

Rien n'a été fait dans ce sens ! 

Aujourd'hui, on pare au plus pressé pour redonner le parti à Alassane Ouattara, pour dit-on éviter le naufrage et la démobilisation, car sans le nom du leader , les militants seraient désabusés. Comment continuer de construire toute la mystique de survie et d'avenir du Rdr, encore autour d'Alassane Ouattara ? Comment des gens qui ne sont pas capables de faire vivre le Rdr sans Ouattara, qui ne sont pas en mesure de diriger le parti, de rassembler autour d'eux, peuvent-ils gagner le combat d'une élection présidentielle ? Alassane Ouattara n'a pas à être un directeur de campagne pour le futur candidat Rdr à la Présidentielle de 2020 ! Il mérite une retraite du juste ! 

Si vous voulez que le débat sur sa troisième candidature cesse, si vous voulez éviter qu'Alassane Ouattara soit encore piégé et entraîné dans le débat d'une troisième candidature, il suffit de le convaincre déjà de renoncer à la Présidence du Rdr. Ce retour à la Présidence du Rdr obéit à la même démarche que le maintien à la Présidence de la République. Ceux qui ont soutenu avec générosité la nouvelle Constitution, ceux qui ont pensé que tout ceci n'aurait pas lieu, et qui ont cru en la parole du Président Alassane Ouattara, peuvent légitimement comme Vass Diarrassouba, se sentir abusés. 

Mais le problème n'est-ce pas finalement Président Ouattara, et personne d'autre !  Oui , pourquoi voir chez les autres, le problème et ne pas comprendre que lorsque PRADO dit que "tous" peuvent être candidats en 2020 s'ils le désirent , selon les dispositions constitutionnelles , il ne s'exclut pas dans "tous" . 

Monsieur Vass Diarrassouba devrait aller plus loin dans son coup de gueule et toucher au fond du problème...: le retour à la Présidence du Rdr, comme volonté de compter même après la Présidence de la République et de peser sur la vie politique nationale , sans prendre une vraie et totale retraite. Avec une telle volonté, il est difficile pour le Président Ouattara de sortir aisément de la tentation d'un troisième mandat. 

Cependant il n'est pas encore tard pour le chef de l'État de dire ceci au congrès : " J'ai compris vos appels non seulement à diriger le Rdr , mais également à briguer un autre mandat. Je vous comprends et je vous en remercie. Toute ma vie je n'ai songé qu'à me mettre à votre service et au service de mon pays. Je sais que je peux toujours compter sur vous. Vous aussi vous pouvez à jamais compter sur moi. Jamais je ne vous abandonnerai. Jamais je ne laisserai mourrir le Rdr, ni ne laisserai tomber la Côte d'Ivoire. Cela dit, je vous demande de me comprendre; oui de comprendre que je ne puisse pas continuer,  car il est temps de passer la main à d'autres générations, il est temps de donner l'opportunité à des plus jeunes que moi de servir. Il est temps de donner l'occasion à ceux qui ont combattu et souffert , à ceux qui ont fait comme vous des sacrifices, de continuer le combat. Je vous ai promis le meilleur après moi à la tête du pays. En attendant je vous propose un des votres , un des nôtres, un jeune frère qui a tout donné pour vous, nous pour le Rdr, et pour la Côte d'Ivoire ; un homme engagé, un homme de loyauté, un homme de conviction, un patriote , un ivoirien comme vous , comme moi, comme tous les autres ivoiriens , qui a la volonté de continuer avec vous, avec nous, ce que nous avons commencé ensemble. Je vous demande de le plébisciter à la présidence du Rdr, pour qu'ensemble nous allions de victoire en victoire au niveau local, législatif et national. Mais je ne vous abandonne pas ! Je serai toujours là à vos côtés , si Dieu me donne la force pour accompagner le combat. Jamais je n'abandonnerai le Rdr aux mains des prédateurs, des adversaires et des faux militants, des militants encagoulés. Restons unis autour de Amadou Gon Coulibaly , et de l'équipe qu'il mettra en place avec l'appui du jeune frère Hamed Bakayoko pour gagner tous les combats à venir. Le combat contre l'exclusion, le combat contre la catégorisation des ivoiriens, le combat contre le refus de la dignité retrouvée, des combats qui ne sont pas terminés. Tous les jours, nous sentons et entendons les menaces. Ces menaces , et cette tentation de retour en arrière, cette tentation du retour des causes de la crise, cette tentation de rassemblement des adversaires de tous les bords, cette tentation de sous-développement et de coup de poignard contre la volonté d'emmergen, exige de la solidarité , de l'unité autour de notre nouveau Président Amadou Gon. Président Amadou Gon, nous ne devons pas nous renier. Ordonnez et nous exécuterons. Je serai disponible à la demande des militants pour vous servir , pour me mettre à votre disposition. Nous ne devons pas oublier d'où nous venons. C'est à ce prix, que nous aurons les moyens, de satisfaire ceux des nôtres , qui n'ont pu l'être à ce jour , et de réaliser avec nos alliés du Pdci et d'autres alliés Houphouetistes, l'émergence tant attendue par tous ». 

Fin de rêve!  Oui c'est un rêve, mais lorsqu'on rêve ensemble , un rêve n'est plus un rêve. Ensuite, puisqu'il faudra bel et bien passer un jour la main, que ce soit  en 2020, ou plus tard, pourquoi ne pas le faire sans aucune pression, alors que tout semble encore contrôlable, pour avoir la possibilité si nécessaire, de rectifier les choses? 

Le Président Alassane Ouattara doit avoir la possibilité d'être Poutine : rester fort et puissant tout en demeurant en retrait, parce qu'il y'a une vie après le pouvoir. Dos Santos tente de le faire, Deby,Sassou Kagamé n'y songent pas encore , Blaise Compaoré ne l'a pas réussi. Alassane Ouattara peut le réussir. Des cadres comme Vass Diarrassouba peuvent l'y inciter en allant plus loin, en ayant plus d'audace. Son entourage proche n'a pas d'autres choix. 

Il ne faut attendre d'Amadou Gon Coulibaly, ni d'Hamed Bakayoko que ce soient eux qui lui disent , comme d'autres , « ôte-toi, retire-toi ». Tant qu'ils auront la possibilité de pouvoir lui succéder, ils ne peuvent rien brusquer. Seuls ceux qui , comme Vass Diarrassouba , ne sont pas concernés par la succession du Président Ouattara, qui n'y ont aucun intérêt personnel,  peuvent, librement , mais courageusement, réfléchir pour l'inciter à renoncer non seulement à un troisième mandat à la Présidence de la République , mais aussi au retour même à la Présidence du parti qu'il a créé, un retour porte ouverte à tout . 

La tentation est grande de rester , de ne pas partir. La peur de l'après pouvoir peut être réelle , mais le Président Alassane Ouattara est plus grand que cela, et n'a pas besoin de cela. Il vaut plus que cela. II est fait pour entrer dans l'Histoire. Aidons ses lieutenants les plus fidèles, à l'aider en ayant nous, cette cette audace qu'ils ne peuvent pas avoir, car ils ont plus que nous, une exigence de loyauté, que de vérité, à son égard. . 

Merci Vass Diarrassouba d'avoir soulevé le débat. 

Alice Ouédraogo 
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 11 Septembre 2017
"Foufou" il y a une telle pression des politiciens de maquis que Ouattara aurait dû faire une déclaration péremptoire dès que le débat devenait trop évident et faisait trop le buzz sur les réseaux prétendus sociaux.
Rédigé par: Foufou   le: Lundi 11 Septembre 2017
@Forestier de Lahou Combien de déclarations doit faire Ouattara pour assainir l'atmosphère? Je me trompe peut-être mais il a déjà à plusieurs occasions indiqué qu'il ne ferait pas plus de deux mandats. Qui vivra verra...
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 11 Septembre 2017
Ouattara aurait pu très facilement et simplement désamorce. Il suffisait de faire une déclaration aux médias pour affirmer clairement que le 3eme mandat, il n'en est pas question. Cela aurait assaini l'atmosphère qui est tout à fait pestilentielle. C'est encore possible, il n'est jamais trop tard pour bien faire !