Sur le Chemin du Pardon et de la Réconciliation inter-ivoiriens
Franklin Nyamsi - Publié le: 07-05-2017 - Mise-à-jour le: 07-05-2017 - Auteur: Franklin Nyamsi
Sur le Chemin du Pardon et de la Réconciliation inter-ivoiriens
Parce qu'ils ont pris sur eux la lourde responsabilité des pionniers, Guillaume Soro et ses compagnons savent que l'oeuvre de Pardon et de Réconciliation qu'ils ont entamée ne sera pas un long fleuve tranquille. Un espoir titanesque s'est levé, comme la force de l'amour divin qui soulève les montagnes, Le Discours du 3 avril 2017 avait annoncé toutes les couleurs. Certains, indécrottablement sceptiques, n'y voyaient mordicus qu'un pur flatus vocis. Une promesse politique de plus. Mais c'était mal connaître le Père de la Dignité des Ivoiriens. Guillaume Soro, animé d'une bonne volonté intrépide et obnubilée de conviction,  a mis en mission, sur tous les fronts, ses hommes et femmes de mission, qui engrangent chaque jour sur le chemin du rassemblement des Ivoiriens, des récoltes extraordinaires de fraternité retrouvée. On a vu le festival culturel AYO Paris, où des populations du pays bété, autour de la musique ivoirienne, ont rejoint le choeur de Guillaume Soro pour la nouvelle grandeur ivoirienne. On a vu ensuite Guillaume Soro, après de longues heures de dialogue avec un frère ennemi d'hier, Alain Toussaint, le plus brillant porte-parole de l'ex-Président Laurent Gbagbo, se réjouir avec lui de pouvoir oeuvrer désormais en convergence pour que toutes les filles et les fils de Côte d'Ivoire, dans un acte de transcendance collective, bâtissent consensuellement un avenir assuré et rassurant pour tous.  Et bien sûr, on n'a pas fini de voir cette philosophie du Pardon et de la Réconciliation inter-ivoirienne porter ses fruits.
 
Evidemment, une loi karmique bien connue veut que chaque action déclenche des réactions contraires. Au moment même où Guillaume Soro a projeté dans la conscience collective de son peuple, cet appel à l'acceptation mutuelle du Pardon et de la Réconciliation dans l'hémicycle du Parlement ivoirien, des forces obscures se sont mises en mouvement pour contrecarrer son oeuvre de bonne volonté. Ces forces des ténèbres sont de trois sortes: 1) IL y  a les esprits négationnistes et révisionnistes, qui persistent à nier que le poison qui a failli tuer la Côte d'Ivoire, c'est la doctrine discriminatoire et criminelle de l'ivoirité. Ces gens sont essentiellement disséminés entre le PDCI-RDA et le FPI actuels, où leurs cellules dormantes n'en continuent pas moins d'être actives, dans l'espoir ténu de reconstituer un front identitaire commun à l'élection présidentielle de 2020. 2) IL y a aussi certains esprits jaloux et ingrats tapis dans certaines franges du RDR, qui promeuvent l'idée infondée que Guillaume Soro en fait un peu trop, et qu'il ne peut s'octroyer la primeur du combat sur la réconciliation sans vouloir par là accélérer ses ambitions successorales dans le parti de la case. 3) IL y a enfin les esprits rompus au pessimisme et au désespoir, qui ne croient plus en la Côte d'Ivoire, et se sont résolus à vivre dans la torpeur des jours amers et aigres, où le spleen l'emporte largement sur l'idéal, si l'on nous permet une métaphore poétique à la Baudelaire.
Quelles réponses de principe peut-on faire à ces trois entités déterminées à oeuvrer contre le pardon et la réconciliation en Côte d'Ivoire? 
 
Aux négationnistes et révisionnistes ivoiriens: remember make free
 
Au groupe des négationnistes et révisionnistes ivoiriens de tous bords, qui s'obstinent à ne pas reconnaître que la guerre civile ivoirienne est exclusivement née des théories et pratiques néfastes  de l'ivoirité, Guillaume Soro et ses compagnons de lutte répondent par un formidable travail de vigilance mémorielle. A partir du livre de 2005, publié par Guillaume Soro à Paris pour expliquer les raisons légitimantes de la rébellion du 19 septembre 2002, une kyrielle de travaux de références, sous formes de livres, de colloques et conférences, de documentaires et de confrontations avec les intelligentsia concurrentes. Dans la compagnie Soro, nul ne craint, sur le plan de l'épistémologie de l'histoire politique ivoirienne, la joute dialectique avec le camp ivoiritaire, dont les idées sont incontestablement devenues risibles, au fur et à mesure que nous en avons dévoilé et démontré la hideur criminelle. Ce n'est pas parce que Guillaume Soro campe aujourd'hui sa mission de rassembleur, de pardonneur et de réconciliateur inter-ivoirien qu'il renonce à la légitimité et à la fécondité de son combat d'antan pour le rééquilibrage des forces politiques en Côte d'Ivoire. Quand des flagorneurs de foire du type Tibeu Briga, planqué dans une galère sans nom à Paris, croient se faire un nom en se spécialisant dans la diffamation et le dénigrement du Président Guillaume Soro, nous sommes là pour leur rappeler qu'on ne joue pas avec le combattant de la reconstruction démocratique ivoirienne. Et le poltron de Tibeu Briga comme ses pareils, ont bien raison de se le tenir pour dit. Nous avons choisi la voie du Pardon et de la Réconciliation, non point par faiblesse, mais par sagesse. Et nul ne nous en démordra par ses rodomontades.
 
A certains de nos Frères et Soeurs du RDR qui douteraient encore de la démarche actuelle.
 
Nous disons que la marque déposée du leader du RDR, le Président de la République Alassane Ouattara, a été dès 1994, de s'imposer comme le Chef de file du combat des Ivoiriens pour l'inclusion citoyenne et contre l'exclusion ivoiritaire. Un grand leader politique se place toujours, d'emblée, au service d'une grande cause, et non de sa propre cause. C'est donc dans l'esprit bien compris du leadership de la nouvelle génération politique, que Guillaume Soro fait sienne les nécessaires pardon et réconciliation sans lesquels l'émergence de la Côte d'Ivoire, au triple plan socioéconomique, culturel et politique ne serait pas envisageable.  Au point que la kyrielle des déclarations convergentes ou divergentes qui fusent çà et là de certaines voix plus ou moins autorisées nous laisse malgré tout sereins et imperturbables dans la voie tracée par le Discours historique du 3 avril 2017. IL importe en réalité que le Camp du Rassemblement des Républicains de Côte d'Ivoire se rassemble réellement autour d'une grande idée collective, transcendant tout arrangement clanique, transcendant les bornes des partis, pour reprendre avec force et vigueur, les travaux de la marche promise à la Côte d'Ivoire pour sa grandeur. C'est à cette hauteur de vue, en tout cas, que se tient, me semble-t-il, le Président de l'Assemblée Nationale de Côte d'Ivoire. 
 
Enfin, à ceux qui ont perdu goût et espoir en la Côte d'Ivoire.
 
Nous disons que l'espoir n'est véritablement permis qu'à ceux qui sont sans espoir. Quand on a touché le fond du trou, on ne peut que se relever et en remonter. Y demeurer est sans enjeu. IL y a une jeunesse ivoirienne formidable, en demande d'éducation et d'emplois durables. IL y a une paysannerie robuste, en demande de renforcement de ses capacités et de stimulation progressiste de son cadre de vie. IL y a une classe moyenne ivoirienne, pleine de talents prêts à booster toujours davantage, dans la lancée de l'oeuvre architecturale du Président Ouattara, la force de la socioéconomie ivoirienne, dans un environnement où la globalisation ne pardonnera aucune impréparation. IL y a une formidable technocratie de bâtisseurs d'entreprises, de gestionnaires étatiques, d'intellectuels, d'artistes et de religieux visionnaires, qui peuvent oeuvrer à doper l'envol positif de la Côte d'Ivoire vers les cimes de ce siècle.  L'engagement de Guillaume Soro pour le Pardon et la Réconciliation s'inscrit donc dans la trame d'éveil continu de la Côte d'Ivoire comme « terre d'espérance, pays de l'hospitalité. »
 
Et de tout ce qui précède, il ressort que rien, rien ni personne ne fera démordre Guillaume Soro et ses Compagnons du Devoir de rassemblement transpartisan, transethnique, transreligieux, transculturel des citoyennes et citoyens ivoiriens. Telle est la voie d'un grand destin national. Quand la volonté est éclairée par un entendement rigoureux, comme le disait Descartes, elle produit la vraie liberté. Pour cela, pour la grande Côte d'Ivoire, nous sommes prêts à subir tous les quolibets, toutes les farces, tous les chantages, toutes les désillusions, mais nous ne changerons pas de cap, car nous le savons, l'Histoire du monde ne marche vers le  succès que sous les pas des gens doués d'idéal et de lucidité active. 
 
Franklin Nyamsi
Professeur Agrégé de Philosophie
Paris, France
Rédigé par: Bahi Zohohaa   le: Mardi 4 Juillet 2017
@Nyamsi: Le panafricanisme passe nécessairement par le nationalisme. On ne peut pas s'autoproclamer insolemment panafricain, sans toutefois être nationaliste. C'est d'ailleurs la défense des intérêts d'une nation qui implique celle du continent (Afrique). C'est ainsi donc qu'à juste titre, Thomas Sankara disait en 1984 à l'ONU : "L'Afrique aux Africains, et le Burkina aux Burkinabé." Cela n'était pas non plus une phrase pour l'incitation à la haine, mais tout juste une pure vérité. Quant à toi Franklin Nyamsi, quelles sont les actions à caractère nationaliste menées par toi, dans ton pays d'origine, le Cameroun ? Oses-tu seulement critiquer le roi Biya 1er de ton pays ? Ton nationalisme est-il stérile, lorsqu'un triste et diabolique individu comme Biya fait de ton pays CAMEROUN sa maison de retraite ? Souffrez que nous disons ceci: Ton pays natal est sur un volcan en ébullition. La partie Anglophone camerounaise veut son indépendance, entre temps, tout le nord de ton pays natal est «enculé» sans lubrifiant, et bien «défoncé» par la secte terroriste (BOKO HARAM), et, le «trou» «s'élargit» tous les jours, avec la multiplication des attentats terroristes au Cameroun. Alors, Nyamsi, vas d'abord faire profiter de tes théories et doctrines philosophiques tout le peuple camerounais, et ensuite, tu pourras faire profiter le reste de l'Afrique et enfin, les ivoiriens...
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Jeudi 29 Juin 2017
Non, Soro, pardon GKS n'est pas du tout le Macron ivoirien. Loin s'en faut ! Pour les "suiveurs" de Soro ou pour les escrocs de camerounais tels que Nyamsi, Macron a fait des émules sur les bords de la lagune Ébrié, allons Soroment! Mais comparaison n'est pas raison. Soro après plus de 10 ans à la Fac d'anglais de l'université FHB de Cocody à Abidjan est sorti sans aucun diplôme universitaire. Pire, avant la rébellion de 2002, Soro à 29 ans n'avait encore jamais travaillé de sa vie non plus. Par contre, Emmanuel Macron lui, est allé à l'école et il a eu un brillant parcours universitaire (DEA de philosophie à l'Université de Paris X- Nanterre, Sciences po (IEP de Paris), ENA (Ecole Nationale d'Administration), alors que Soro n'allait pas en classe à la Fac, occupé qu'il était à fomenter les grèves sauvages et sans fin de la violente FESCI (ce qui explique bien pourquoi le niveau de Soro ne dépasse pas le niveau de 2e année du Duel d'anglais, et en plus de cela Soro ne parle même pas bien anglais alors qu'il a fait la Fac d'anglais pendant plus de 10 ans, ce qui est un comble!)...Comparaison n'est vraiment pas raison quand on regarde Soro et Macron. Macron a travaillé à l'Inspection des finances en France qui est un grand corps de l'Etat. Puis Macron a aussi travaillé pour la Banque d'affaires Rothschild où il a gravit tous les échelons pour devenir Partner, puis Macron a été nommé ministre, par son travail et son mérite (sans les armes de guerre et sans aucune terreur, ni violence...) Alors, de comparer un cabri(soro alias GKS) à un pur-sang(Macron), c'est de la bêtise sans aucune limite ! "Soroment"
Rédigé par: yao kouassi yao   le: Mercredi 21 Juin 2017
toi franklyn je sais quel nom là règle le problème de ton pays avant de t'inrèsser au autres
Rédigé par: Lago Tape   le: Samedi 10 Juin 2017
(1) Soro (en tant qu'ex chef de la rébellion, puis ex premier-ministre et en tant que PR de l'Assemblée Nationale) peut-il nous expliquer pourquoi les ex-rebelles n'ont pas (encore) désarmé depuis 2011 (malgré le programme de DDR qui a pris fin en 2015-2016) ? (2) Soro peut-il aussi expliquer à toute la nation pourquoi les ex-rebelles se réapprovisionnent à nouveau en armes de guerre via Soro(selon le rapport des Nations Unies) ? (3) Et enfin, Soro peut-il expliquer aux Ivoiriens pourquoi aussi retrouve-t-on une partie des 300 tonnes d'armes cachées jusque dans la maison des proches de Soro, tels que par exemple chez ce Souleymane Kamagaté Koné, alias SoulToSoul (ex Protocole de Soro) ? --- ) Ce sont cela les questions pertinentes auxquelles Soro doit répondre: ()au lieu de vouloir nous tromper avec une réconciliation factice que vantent les Nyamsi et Lobognon à laquelle Soro ne croit pas, vu qu'il s'arme en cachette... (4) En effet, est-ce qu'on se réconcilie et fait la paix avec des armes de guerre qu'on cache ?
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Samedi 10 Juin 2017
C'est à l'Etat de stocker les armes et non pas aux politiciens comme Soro de détenir des armes de guerre et de les stocker chez leurs plus proches collaborateurs. Dans quel but ? Pourquoi est-ce que Soro devrait-il détenir des armes militaires (en tant que Président de l'Assemblée Nationale) d'un pays qui n'est plus en guerre depuis 2011 ? Est-ce pour faire la guerre en 2020, contre ses adversaires politiques ? Est-ce que Soro voudrait-il prendre le pouvoir en 2020 par les armes, au lieu de le gagner par les urnes ? C'est d'ailleurs ce que dénonce le rapport des Nations Unies repris par Jeune Afrique. Cela est totalement injustifiable et irresponsable de la part de Soro et indigne de quiconque aspire à devenir un homme d'Etat et de paix pour la Côte d'Ivoire. Soro est donc une menace pour la paix et la réconciliation en Côte d'Ivoire et c'est ce qui est dévoilé maintenant au grand jour. Nen déplaisent aux suiveurs de Soro !
Rédigé par: Diarrasse   le: Samedi 10 Juin 2017
Quelle est donc la crédibilité de quelqu'un comme Soro qui prétend vouloir réconcilier la CI d'une part, mais qui d'autre part (en cachette) fait rentrer des armes de guerre dans son pays en toute illégalité, alors que son pays n'est plus en guerre depuis 2011 (voir le rapport des Nations Unies)???... Armes de guerre dont on retrouve une partie au domicile du chef de protocole de Soro, un certain Souleymane kamagaté Koné dit Soul-to-soul. Soro le soi-disant homme de paix ment-il aux Ivoiriens ? C'est qui on veut blaguer ainsi en parlant de paix tout en s'armant avec des armes de guerre ? Prend-on les Ivoiriens pour des incultes et des idiots ?
Rédigé par: Bonébo   le: Mercredi 10 Mai 2017
Merci Professeur !!! Que ceux qui ont des oreilles pour entendre entendent ! Si cette CIV est devenue vivable aujourd'hui, c'est bien parce qu'un jeune Soro a pris sur lui de se lever contre les dérives qui amenaient ce pays nôtre tout droit dans le mur. L'histoire est têtue. En dehors de Bandaman Maurice, qui a osé interpeler le pouvoir Bédié sur les ravages de l'ivoirité ? Quand gbagbo et sa clique s'organisaient pour faire l'hold-up du millénaire sur la CIV, qui s'est levé contre ? C'est le petit Soro !!! Alors qui mieux que lui peut mériter de la CIV et défendre les intérêts de la mère patrie CIV !? Soyons sérieux. C'est bien par humilité et grandeur que Soro se déploie pour la Réconciliation et le Pardon. Sinon, tous nous avons failli par irresponsabilité, par peur, pour nos prébendes. La paix, la fraternité et la concorde si chères à Houphouet ont été vilipendées par ceux-là mêmes du Pdci-Rda qui devaient les défendre. Ceux qui se réclament géniteur de la démocratie en CIV (fpi et consorts) ont causé le plus de torts aux valeurs de la démocratie et au peuple ivoirien et africain. Baladez-vous dans toutes les villes, tous les villages de CIV de nos jours, les gens ne sont pas tous riches, mais à tout le moins, ils sont libres, moins crispés, plus sereins, chacun se battant pour s'assurer un mieux-être. Le discours a changé, le ton n'est plus agressif et mortifère, il n'y a plus d'agora, ni de parlements. MERCI SORO ! MILLE MERCIS ET BON VENT A VOUS
Rédigé par: Bonébo   le: Mercredi 10 Mai 2017
Merci Professeur !!! Que ceux qui ont des oreilles pour entendre entendent ! Si cette CIV est devenue vivable aujourd'hui, c'est bien parce qu'un jeune Soro a pris sur lui de se lever contre les dérives qui amenaient ce pays nôtre tout droit dans le mur. L'histoire est têtue. En dehors de Bandaman Maurice, qui a osé interpeler le pouvoir Bédié sur les ravages de l'ivoirité ? Quand gbagbo et sa clique s'organisaient pour faire l'hold-up du millénaire sur la CIV, qui s'est levé contre ? C'est le petit Soro !!! Alors qui mieux que lui peut mériter de la CIV et défendre les intérêts de la mère patrie CIV !? Soyons sérieux. C'est bien par humilité et grandeur que Soro se déploie pour la Réconciliation et le Pardon. Sinon, tous nous avons failli par irresponsabilité, par peur, pour nos prébendes. La paix, la fraternité et la concorde si chères à Houphouet ont été vilipendées par ceux-là mêmes du Pdci-Rda qui devaient les défendre. Ceux qui se réclament géniteur de la démocratie en CIV (fpi et consorts) ont causé le plus de torts aux valeurs de la démocratie et au peuple ivoirien et africain. Baladez-vous dans toutes les villes, tous les villages de CIV de nos jours, les gens ne sont pas tous riches, mais à tout le moins, ils sont libres, moins crispés, plus sereins, chacun se battant pour s'assurer un mieux-être. Le discours a changé, le ton n'est plus agressif et mortifère, il n'y a plus d'agora, ni de parlements. MERCI SORO ! MILLE MERCIS ET BON VENT A VOUS