PDCI-Man : Rififi dans les rangs de la Délégation départementale
lebanco.net - Publié le: 17-03-2017 - Mise-à-jour le: 17-03-2017 - Auteur: Bosco de Paré
PDCI-Man : Rififi dans les rangs de la Délégation départementale
La délégation départementale du PDCI à Man (à l'ouest de la Côte d'Ivoire) est dans une corrida politique. En effet, afin de mettre à exécution la décision de sanction de son président, Henri Konan Bédié contre les deux (02) délégués départementaux, plusieurs secrétaires de sections ont investi le vendredi 17 mars 2017, le siège du parti septuagénaire de Man. Objectif, récupérer les clés du temple.
 La décision N° 0198-2016/PP/CAB du 06 décembre 2016 portant nomination du délégué de Man du PDCI-RDA prise par le président Henri Konan Bédié met fin aux fonctions de Gba Daouda et Diabaté Vassidiki. Ainsi est-elle libellée : « Le président du parti décide- Article 1 : Monsieur Leroux Diallo est nommé délégué de Man en remplacement de Messieurs Gba Daouda et Diabaté Vassidiki. Article 2 : le secrétaire exécutif, chef du secrétariat exécutif charge des sections des délégations départementales et communales sont charges chacun en ce qui le concerne de l'exécution de la présente décision qui prend effet à la date de sa signature. Article 3 : la présente décision qui abroge toute décision antérieure sera publiée et communiquée partout où besoin sera.  Fait à Abidjan le 06 décembre 2016 signé Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA ». La colère de la hiérarchie du PDCI remonte aux législatives du 18 décembre 2016. Au cours desquelles les mis en cause sont allés contre la volonté du parti en se présentant en candidats indépendants. « Nos délégués sortants que sont Gba Daouda et Diabaté Vassidiki ont bravé la décision du parti pour aller en candidats indépendants aux dernières législatives à Man commune. Ce qui leur a valu une sanction » révèle le porte-parole du nouveau délégué, Soumahoro Adama Decampos. « Nous avons décidé depuis quelques jours de nous réunir pour  faire le bilan des législatives passées, mais aussi pour activer la base  dans la perspective des prochaines  échéances. Mais depuis que les législatives sont finies, le siège nous est hermétiquement fermé. Et ce qui est sidérant, c'est que ceux qui ont en leur possession les clés, ne sont pas les délégués reconnus par la base. Le président Bédié a décidé de confier le sort du PDCI à Man à M Leroux Diallo. Et c'est lui que nous reconnaissons » situe de prime à bord, Méfamo Diomandé, porte-parole des secrétaires de sections. Avant de se montrer très menaçant vis-à-vis des secrétaires déchus en leur accordant un délai de sept (07) jours pour rendre les clefs du siège. Auquel cas, ils feraient recours à la loi. Joint par un confrère depuis son séjour parisien, Diabaté Vassidiki a donné sa version des faits. « Nous avons fait une liste indépendante aux dernières législatives. Et la direction nous a annoncé notre suspension et qu'un intérimaire devrait gérer les affaires courantes » s'est-il exprimé. A l'en croire, il est loin de s'imaginer qu'il  a été  évincé. «  On  ne nous a jamais dit que nous étions destitués, ce à quoi nous nous en tenons jusqu'ici. Le PDCI est notre parti, c'est vrai. Mais nous ne sommes pas là pour être seulement délégué. Si nous sommes destitués,  qu'on nous le dise pour que nous fassions une passation avec le nouveau délégué. Moi je suis le 5ème délégué et avant de prendre fonction, j'ai fait une passation avec mon prédécesseur ». Ajoutant que sa destitution ne saurait altérer sa posture de membre du bureau politique du parti.
 
Bosco de Paré
Rédigé par: Fatou Diagne   le: Vendredi 17 Mars 2017
Le PDCI-RDA est géré comme une petite chefferie Baoulé et les statuts du parti sont souvent foulés au pied. C'est le problème !