Katumbi veut importer du maïs pour le Katanga
BBC - Publié le: 17-03-2017 - Mise-à-jour le: 17-03-2017 - Auteur: BBC
Katumbi veut importer du maïs pour le Katanga
L'opposant congolais Moise Katumbi en exil en Afrique du Sud a annoncé son intention d'importer des milliers de tonnes de maïs pour venir en aide aux populations de la province du Haut-Katanga qui souffre de la faim.
Il a demandé une licence au gouvernement central de Kinshasa pour importer cent mille (100.000) tonnes de maïs pour la province du Haut Katanga.
Moise Katumbi est un ancien gouverneur du Katanga.
Il précise que ces tonnes de maïs viendraient d'Afrique du Sud.
Rédigé par: Akissi Delta   le: Vendredi 17 Mars 2017
Ils ont de l'or, du diamant, du cuivre, du manganèse, du Coltan et bien d'autres minéraux rares au Katanga, mais aussi la pluie et la forêt dense équatoriale, mais ils n'y a rien à manger. C'est la tragédie de la RDC qui est un "scandale géologique" comme disait Sékou Touré aussi à propos de la Guinée ...C'est un comble et c'est scandaleux qu'on doive importer du maïs pour tenter de nourrir le Katanga...
Rédigé par: Lago Tape   le: Vendredi 17 Mars 2017
Le Katanga est le coeur minier de la RDC. Le Katanga est aussi au coeur de tensions politiques croissantes qui agitent la République démocratique du Congo (RDC). Le Katanga est un élément central de l'histoire politique tumultueuse de la RDC, d'abord en tant que siège d'un mouvement sécessionniste qui a cependant échoué au moment de l'indépendance, puis en tant qu'important champ de bataille durant la deuxième guerre du Congo (1997-2003). Sous Kabila père, puis sous son fils Joseph qui lui a succédé à sa mort en 2001, les Katangais ont occupé de nombreuses positions clés aux seins du gouvernement et des forces de sécurité. Le mécontentement envers Joseph Kabila n'a cessé de croître depuis les élections de 2011, au Katanga et ailleurs. L'échec, à travers le pays, à financer correctement les administrations provinciales, est venu exacerber, au Katanga, un sentiment d'ayant-droit né de l'immense contribution de ses exportations minières au budget national. Tout ceci a pris un tournant politique en 2014 lorsque Katumbi et des membres importants de l'élite locale, anciens alliés de Kabila pour la plupart, se sont exprimés contre le projet manifeste de ce dernier de rester au pouvoir au-delà de la fin de son deuxième - et, selon la constitution, dernier - mandat prévu en décembre 2016.