Burkina : La Haute cour de justice annonce le jugement de Blaise Compaoré
Burkina24 - Publié le: 15-02-2017 - Mise-à-jour le: 15-02-2017 - Auteur: Burkina24
Burkina : La Haute cour de justice annonce le jugement de Blaise Compaoré
La Haute cour de justice burkinabè procédera bientôt à l'ouverture du procès sur le dossier de l'insurrection populaire d'octobre 2014. L'ancien président Blaise Compaoré est poursuivi. N'ayant pas répondu aux convocations, il sera jugé en son absence, annonce le parquet.
« La Haute Cour de Justice va statuer dans les semaines à venir sur le dossier de l'insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014« , informe  le Parquet général près la Haute Cour de Justice dans un communiqué parvenu à Burkina24, sans préciser de date exacte. 
 
34 personnes sont poursuivies dans le « cadre de la répression sanglante des manifestants » les 30 et 31 octobre 2014. Il s'agit des membres du dernier gouvernement de l'ancien président Blaise Compaoré.
Cependant, 7 n'ont pas répondu aux convocations.  Il s'agit de Kaboré Lamoussa Salif, ancien ministre des mines, Bembamba Marie Lucien de l'économie, l'ancienne ministre de l'éducation nationale Barry/Boly Koumba, l'ancien ministre chargé de missions Kouanda Assimi, Ouédraogo Salif ancien ministre de l'environnement et Ouédraogo Tinga Jérémy, ancien ministre des ressources animales.
La septième personne est Blaise Compaoré, en exil en Côte d'Ivoire depuis le lendemain de l'insurrection populaire d'octobre 2014. A noter que ce dernier n'est pas poursuivi  dans ce dossier en tant que Président du Faso, mais plutôt en tant que ministre de la défense à l'époque des faits. Le parquet avait annoncé qu'il ne serait pas poursuivi pour haute trahison et attentat à la Constitution parce que ces infractions n'ont pas été clairement définies par les textes. 
Le parquet a indiqué que  les sept absents « seront jugés en leur absence« .
 
Pour rappel, le 16 juillet 2015,  tous les membres du gouvernement présents au  Conseil des ministres du 21 octobre 2014 ayant adopté le projet de loi portant modification de la Constitution en son article limitant les mandats présidentiels, ont été mis en accusation devant la Haute cour de justice par  le Conseil national de la transition  pour « faits de coups et blessures volontaires, complicité de coups et blessures, assassinats et complicité d'assassinat ». 
Burkina24
Rédigé par: kouassi   le: Jeudi 16 Février 2017
L'acharnement des Diallo et autre kabore contre l'ex-president compaore va les perdre . Car a trops chercher a coince un lion blesse...do au mur il risquerai de se retourner et vous affronter pour sa survie !! donc attention cher Burkis .
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Jeudi 16 Février 2017
Un procès sans qu'aucun des mis en cause soit présent, c'est quoi ?
Rédigé par: Beugré Julien   le: Jeudi 16 Février 2017
Le régime Kaboré veut déplacer ses problèmes: endormir les burkinabés avec ce procès.