Nomination d'un vice -Président et d'un Premier Ministre
Tout le monde est servi en attendant 2020
Le pays - Publié le: 11-01-2017 - Mise-à-jour le: 11-01-2017 - Auteur: B.O
Tout le monde est servi en attendant 2020
 
C'est acté ! L'ancien Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a été nommé premier vice-président de la République de Côte d'Ivoire et Amadou Gon Coulibaly comme Premier ministre. L'annonce a été faite, hier, 10 janvier 2017, par le chef de l'Etat himself. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le président Alassane Dramane Ouattara (ADO) n'a pas déjoué les pronostics. Car, la rumeur courait depuis un bon moment que son choix se porterait sur les deux hommes. En tout cas, en nommant Daniel Kablan Duncan comme premier vice-président, cela, on le sait, participe du souci d'ADO de respecter le pacte qui lie son parti, le RDR, au parti de Henri Konan Bédié, qui veut que la présidence de la République échoie au PDCI en 2020. En le faisant, ADO coupe l'herbe sous les pieds des jeunes loups de son parti, en l'occurrence Guillaume Soro et Ahmed Bakayoko, pour ne citer que ceux-là, qui rongeaient déjà leurs freins. Car, du coup, Daniel Kablan Duncan devient le dauphin constitutionnel du chef de l'Etat. Et à ce titre, il est habilité à achever le mandat de celui-ci, en cas d'empêchement. Or, le président Ouattara, dans son message de nouvel an, n'a pas exclu la possibilité de quitter le pouvoir avant même la fin officielle de son mandat. Simple effet d'annonce ou annonce sans effets ? Difficile d'y répondre. Toujours est-il que Daniel Kablan Duncan, le désormais premier vice-président, est dans l'antichambre, attendant le moment opportun pour installer ses pénates au palais de marbre de Cocody.
Tout le monde est servi en attendant 2020
Reste maintenant à savoir si le tandem PDCI/RDR tiendra jusqu'en 2020. Car, au regard des ambitions que nourrissent certains cadres du RDR d'Alassane Ouattara, il y a fort à craindre que le RHDP (Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix) ne vole en éclats. En tout cas, on voit se dessiner le scénario, même si, pour le moment, les ombres tutélaires de Ouattara et Bédié obligent certains à faire profil bas. Mais d'ici à 2020, beaucoup d'eau pourrait couler sous les ponts, si fait que les cartes pourraient être rebattues. De possibles alliances, parfois même contre-nature, ne sont pas à exclure. Car, en politique comme à la guerre, c'est la fin qui justifie les moyens. On l'a vu avec le tout nouveau président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro qui, pour se faire réélire, n'a pas hésité à pactiser avec le Front populaire ivoirien (FPI), tendance Pascal Affi Nguessan. Et ce n'est pas tout. Car, d'aucuns l'accusent à tort ou à raison, d'être derrière la bruyante sortie de la soldatesque en fin de semaine écoulée, histoire de rappeler aux uns et autres qu'il a encore des soutiens au sein de la Grande muette et qu'il faudra compter avec lui. Ce qui a provoqué l'ire du président ADO qui n'a pas fait dans la dentelle en limogeant tous les chefs de l'armée, de la gendarmerie et de la police. Dès lors, on comprend que la réforme constitutionnelle que ADO appelait de tous ses voux, répondît à un seul objectif : l'équilibre et le partage des pouvoirs entre les différentes forces politiques. Le PDCI à la vice-présidence, le RDR à la primature avec Amadou Gon Coulibaly et l'ex-rébellion représentée par Guillaume Soro au perchoir. Ainsi donc, tout le monde est servi en attendant 2020.
B.O

 
Rédigé par: Bonébo   le: Jeudi 12 Janvier 2017
"...Les ambitions de certains cadres du Rdr ...". Doucement là, B.O !!! Approchez les cadres des autres partis pour vérifier s'ils n'ont pas eux aussi des ambitions. En plus, sortons de nos illusions d'hier, surtout ne donnons pas à Affi et au fpi, le pouvoir qu'ils n'ont point : Soro a sollicité le soutien de Affi, par pure élégance, pour la forme. Sinon, Affi lui-même savait que sa voix n'était pas déterminante pour la re-élection de Soro. Maintenant, cap sur 2020 !!! Les hommes y compris les religieux font les calculs, mais Dieu, le moment venu, disposera selon ce qui Lui plaira. Le temps est l'autre nom de Dieu, dit-on. et donc laissons le temps au temps. En attaquant et ironisant sur Houphouet dans les années 1980, gbagbo était loin de penser que son chemin de vie le conduira à La Haye. Pis aucun de ses hommes de Dieu n'a pu le prévenir. Combien ont dit que Ado ne sera jamais Président de la RCI ? Combien ont en main, le plan de Dieu pour la CIV, pour chacun de nous !! Autrement dit, tous nous nous masturbons avec nos calculs, nos spéculations, nos mesquineries... en attendant que Dieu dispose. Et bien entendu quand vous êtes le choix de Dieu, Il vous accompagne en vous accordant la sagesse et l'intelligence. Que Dieu dispose le meilleur pour notre pays et ses habitants!
Rédigé par: Kauneyt   le: Mercredi 11 Janvier 2017
C'est la foire aux politologues. A chacun son fantasme. C'est ça aussi la démocratie
Rédigé par: Lamine C.   le: Mercredi 11 Janvier 2017
Toujours les mêmes!
Rédigé par: Beugré Julien   le: Mercredi 11 Janvier 2017
Un jeu de dame.