Soulèvement militaire:Man et Akouédo tombent aux mains des mutins
lebanco.net - Publié le: 07-01-2017 - Mise-à-jour le: 07-01-2017 - Auteur: Bosco de Paré
Soulèvement militaire:Man et Akouédo tombent aux mains des mutins
Dans la nuit du jeudi 05 janvier, les populations de Bouaké ont été tirées de leur sommeil par des tirs à l'arme lourde de militaires insurgés. L'hémorragie s'est propagée dans les villes de Katiola, Daoukro, Korhogo, Ferkessédougou. Daloa est rentrée dans la danse vendredi. Encore est-il besoin de rappeler que ces insurgés revendiquent des primes liées à leur participation à ECOMOG au Mali en 2014 et à de meilleures conditions salariales et d'hébergement. Alors que le ministre délégué auprès du ministre de la défense, Alain Donwahi est attendu à Bouaké ce samedi 7 janvier 2017 pour discuter avec les militaires mécontents, la métastase armée continue sa progression. Ce samedi, c'est le camp d'Akouédo à Abidjan qui est tombé aux mains des militaires. Des officiers ont été séquestrés. Apprend-on. Man, à l'ouest du pays n'échappe pas à la furia de ces soldats. Désormais seuls maîtres des lieux, ils intiment à l'heure même ordre aux populations de rentrer chez elles. Des mutins lourdement armés procèdent à des tirs de sommation. Ils arrachent des véhicules appartenant aussi bien à l'administration publique que privée. Et parfois, à des particuliers sous la menace des armes. Autorités préfectorales et militaires se sont retranchées chez elles également. 
 
Ouattara au Ghana, une grosse erreur de communication
Le feu couve en la demeure. Le président Ouattara s'est envolé ce samedi pour Accra au Ghana pour prendre part à la cérémonie d'investiture du nouveau président Ghanéen. Geste dont certains observateurs politiques qualifient de « grosse erreur » de la part du président Ouattara. De son dispositif administratif, il ressort que le chef de l'Etat Ivoirien a eu une communication vendredi avec des insurgés. Il est difficile de le confirmer. Mais ce qui est certain, une réunion du conseil national de sécurité s'est tenue vendredi. Alors qu'ils n'ont pas d'interlocuteurs précis. Et dans ce cas, il est difficile de les canaliser. Une information faisant état de ce que presque tous « les officiers de l'ex rébellion ont replié sur Bouaké » circule. Il faudra faire attention à c que Bondoukou ne rentre en scène. Car la stratégie avec laquelle procèdent les mutins et l'artillerie utilisée est le spectre d'une rébellion. De l'avis d'un politologue, il faudra se méfier d'une instrumentalisation contre la nouvelle constitution. Qui saute le verrou de la limitation d'âge et de la création d'une vice-présidence qui règle la question de la succession. Pendant ce temps, les prix des denrées alimentaires augmentent à Bouaké. Les populations, dans le désarroi appellent les autorités gouvernementales à la rescousse.
 
Bosco de Paré
 
Rédigé par: Vous m'en direz tant !   le: Mardi 10 Janvier 2017
A moins que ce soit lui même qui ait aidé les gars à se soulever d'où son flegme face à la situation ! Je force volontairement le trait mais on n'en est pas loin.... Je me souviens du Vieux qui s'abstenait du pays très longtemps et qui adorait faire remarquer qu'il était le seul à pouvoir se targuer d'aussi longues absences de son pays sans coup d'État ! Mais n'est ps FHB qui veut bien entendu, même la copie n'est jamais conforme totalement à l'original surtout en noir et blanc....
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 9 Janvier 2017
"Quand le chat n'est pas là, les souris dansent !'
Rédigé par: Bonébo   le: Dimanche 8 Janvier 2017
Quelle erreur de communication !? Au contraire, il aurait été maladroit de ne pas être présent à cette investiture, et pour Ado et pourla CIV .
Rédigé par: ettien   le: Dimanche 8 Janvier 2017
c est raisonnable