Mutinerie à Bouaké: Un couvre-feu décrété par les insurgés
lebanco.net - Publié le: 06-01-2017 - Mise-à-jour le: 06-01-2017 - Auteur: Bosco de Paré
Mutinerie à Bouaké: Un couvre-feu décrété par les insurgés
On en sait un peu plus désormais sur l'identité des insurgés. Il s'agit des huit milles (8.000) soldats qui ont été recrutés en 2007 après la signature de l'accord politique de Ouagadougou signé entre Laurent Gbagbo, alors président de la République de Côte d'Ivoire et Guillaume Soro, ex patron de la rébellion. Et de quelques militaires qui ont participé à la force de l'ECOMOG au Mali en 2014. 
 
Une négociation entreprise ce vendredi au 3ème bataillon militaire de Bouaké par les autorités militaires de la cité de la paix auprès des mutins semble avoir accouché d'une souris. Puisque l'aéroport est tombé dans leurs mains. Plusieurs véhicules de l'administration ont été emportés. Selon des témoins sur place, des tirs à l'arme automatique s'intensifient. Et un couvre-feu vient d'être décrété par les insurgés à Bouaké. Ce, à partir de 21 heures (heure locale). La situation est toujours tendue dans cette partie du pays. Pour mémoire, ce contingent est composé de 4.000 gendarmes et 4.000 policiers issus des rangs des forces armées des forces nouvelles et des forces régulières et formés en Afrique du Sud. 
 
Bosco de Paré
 
Rédigé par: Le vrai maçon se voit au pied du mur   le: Samedi 7 Janvier 2017
Hummmm, ça sent le coup d'Etat on dirait ! Sauve qui peut .... Ah Ouatta tu es toujours dans l'auto satisafaction, voilà ça mène de croire aux racontars de tes ministres qui te flattent et engrangent dans ton dos, maintenant que ça chauffe on va voir si tu peux vraiment ! Parce que tu as en charge la sécurité des ivoiriens, le peuple attend et veut comprendre pourquoi depuis que tu as été élu (enfin car tu courais après depuis longtemps) il y a encore des attaques, et des problèmes de tous ordres dans ce pays que tu as dit savoir pouvoir gouverner et pourtant on voit que cela ne va pas du tout. Si tu es fatigué mieux vaut le dire et assumer que tu ne peux plus... La vice présidence va pouvoir te sauver en faisant vite vite afin que le pays ne se trouve pas sans être gouverné... LE MONDE ENTIER NOUS OBSERVE ET LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE TES ALLIES SONT FÉBRILES car ils t'on soutenu, maintenant il ne faut pas les avoir fait mentir n'est ce pas !
Rédigé par: moham   le: Samedi 7 Janvier 2017
les militaire ons raison pour aller jouer une coupe d`afrique ons decaise 4 milliaire alors que la caf meme donne dejat de l´argent a chaque pays califier. Donne leur argent Djo depuit 2007 il ya longtent .
Rédigé par: HYVOIRHIENOUVO   le: Samedi 7 Janvier 2017
Quand est ce que le médiateur de la république intervient dans les négociations ? Je ne comprends pas pourquoi cette institution existe ?Les crises surviennent et on ne voit nul part les actions concrètes menées par le grand médiateur,je veux comprendre cette situation. Si un sachant peut m'éclairer.
Rédigé par: Loethiers Mackan   le: Samedi 7 Janvier 2017
De grâce pour la première fois il faut avoir la sagesse d'éviter les accointances avec le nom de Gbagbo dans cette affaire. Ce serait malicieusement lui attribuer des responsabilités et rien ne serait plus ignoble et irresponsable que ça. Je dirais même malhonnête. Les Accords de Ouaga ne sont pas un programme politique de Gbagbo mais un prix que ceux qui gouvernent aujourd'hui le pays lui ont imposé pour sortir de la crise. Bien sûr il l'a accepté c'est pourquoi c'est un Accord. Mais avait-il une alternative puis qu'il avait perdu la bataille militaire. Si Soro et Ouattara(surtout) n'arrivent plus à gérér leurs hommes dont ils ont imposé l'enrôlement, c'est eux qui seront obligés de dire un jour comme Gbagbo dit aux ivoiriens en 2004.Lui, il avait dit"Je vous demande pardon au nom de l'Etat parce que je n'ai pas su garantir votre sécurité".Quant à eux ils devront alors avouer qu'ils ont été incapables de maîtriser le monstre qu'ils créé.Et en payer le prix politique et moral pour la postérité.
Rédigé par: Fouss   le: Samedi 7 Janvier 2017
Je ne suis pro personne, mais pense simplement que tout excès nuit et surtout quant il est accompahné de frustration. Notre pays semble émergé sans ces citoyens et ce n'est pas cette minorité béneficiaire qui changera mon verdict.Je me demande où sont les: Cissé Djiguiba- Aboubakar Fofana, bref pour dire poliment ou spirituellement la santé du pays. Nos parents ont faim
Rédigé par: Loethiers Mackan   le: Samedi 7 Janvier 2017
Pendant tout le règne du président Houphouët, les FANCI( Forces Armées Nationales de Côte-d'ivoire)on le sait, étaient auxiliaires à la base militaire française de Port-bouet, appelée aujord'hui 43°BIMA mais s'appelait déjà RIAOM ( Régiment Interarme d'Outre-mer). La défense de la Côte-d'ivoire était leur affaire. Mais pour ne pas mécontenter les Fanci, Houphouet les enrichissait financièrement. Aussi l'ascension de presque tous les officiers supérieurs avaient des mobiles plutôt politiques que militaires. Bref Houphouët savait endormir les causes des potentielles perturbations de son règne.Cela, c'était avant.Aujourd'hui malheureusement les héritiers d'Houphouët savent bien promettre mais peu enclins à tenir parole. Du maître aux disciples, il y a sûrement quelque chose qui cloche et qui n'est pas encore maîtrisé.Et les ivoiriens paient.Et jusqu'à quand paieront-ils encore?
Rédigé par: toure   le: Samedi 7 Janvier 2017
c'est a l'epreuve des flammes qu'on voit la difference entre le bois et l'or.Mon president traitez cette affaire sans tenir compte de l'avis de certaines personnes qui ne savent que denigrer les autres.1999 c'est hier.
Rédigé par: papus   le: Samedi 7 Janvier 2017
Nos politiciens sont tous responsables, tant qu'ils ne resoudront pas la situation de ces 8000 desoeuvres qu'ils ont injecte dans l'armee reguliere a la faveur de l'accord de OUAGA,ces mutineries pourraient debouchees sur autre chose. Des promesses ont etees faites pour assouvir des ambitions politiques, il faut maintenant les assumer au nom de la continuite de l'ETAT, SORO et GBAGBO en perte de vitesse, les tenants du pouvoir actuel doivent regler ces problemes et non faire du saupoudrage.
Rédigé par: Loethiers Mackan   le: Vendredi 6 Janvier 2017
Écoutez il faut arrêter de faire la diversion quand la vie du pays est en danger.Une négociation à été entamée ? Sur quoi portait-elle et pourquoi a-t-elle accouché d'une souris ? Qui dans ce pays ne se souvient pas des revendications de 1999?
Rédigé par: Lago Tape   le: Vendredi 6 Janvier 2017
A-t-on jamais vu les militaires au sein de nos forces armées se satisfaire du niveau des crédits militaires ? Rarement, il faut bien le reconnaître. Il n'y a jamais assez d'avions de combat, jamais assez d'armes et de munitions ou de tanks, jamais assez de bâtiments, de logements, de carburant...pour assurer la crédibilité de la dissuasion militaire ivoirienne, bref, jamais assez de moyens pour adapter l'outil de defense de la CI aux menaces en cours ou à venir. La paix ne va plus de soi, nous avons changé d'époque, c'est la fin de l'insouciance. Le pays doit faire face à plusieurs importantes menaces: le terrorisme et les insurrections/rebellions. Il y a aussi la cyberguerre. Sans faire d'impasse, avec des moyens budgétaires en baisse, comment peut-on satisfaire les militaires ivoiriens ? Telle est l'urgence du moment pour tout le pays.
Rédigé par: Lago Tape   le: Vendredi 6 Janvier 2017
Pourquoi Donvahi n'est-il pas à Bouake en train de négocier avec les "insurgés" ex-(nouveaux rebelles) au lieu de pontifier à Abidjan ? Pourquoi est-ce que le dir-Cab de Donvahi qui vient de "la cellule de lutte contre la pauvreté" dont il était le coordonnateur, n'a-t-il aucune expérience ni militaire, ni dans le domaine de la sécurité ? Pourquoi choisir un tel profil pour la Défense Nationale ? En effet, il y a beaucoup d'ivoiriens (bi-nationaux) qui travaillent pour les services secrets français, britanniques et américains auxquels le pays pourrait faire appel. Il faut en finir avec un certain amateurisme, lorsqu'il s'agit de la sécurité de l'Etat...