Côte d'Ivoire :2017, année de l'environnement ?
Frat mat - Publié le: 31-12-2016 - Mise-à-jour le: 31-12-2016 - Auteur: Venance Konan
Côte d'Ivoire :2017, année de l'environnement ?
Les deux images qui illustrent cet article ont été prises à deux entrées de la ville de Katiola. Mais elles auraient pu être prises dans n'importe laquelle de nos villes, à Bingerville où je vis, à Cocody où vivent les plus hautes personnalités de ce pays, à Bassam, ville patrimoine de l'UNESCO, partout dans ce pays. C'est le spectacle que nous offrons à l'entrée de toutes nos villes, dans les rues de nos villes et villages, à côté de nos habitations, derrière les maisons dans lesquelles nous vivons. Nous nous y sommes accoutumés, et elles ne gênent plus aucun habitant, aucune autorité. Plus personne ne les remarque encore. Nous les avons intégrées dans notre normalité. Personne ne se plaint d'un maire parce qu'il laisse vivre ses administrés au milieu des ordures. La propreté de nos cités ne fait pas partie des arguments de campagne des femmes et hommes politiques. Lors de nos premiers contacts avec les Européens, ils ont appelé notre pays la « Côte des Mal-Gens », tellement nous les accueillions mal. Puisque bientôt nous n'aurons plus d'éléphant, ayant été incapables de protéger l'animal emblème de notre pays, pourquoi ne choisirons-nous pas comme nouveau nom « la Côte des Gens sales » ? Parce que contrairement aux éléphants, les ordures et la saleté, ça, on les voit partout. Peut-on nous dire ce qu'il y a de si compliqué ou de si cher dans le fait d'enlever et détruire les ordures que nous produisons ? Partout ailleurs dans le monde on y arrive, sauf chez nous en Côte d'Ivoire. Comment font les villes dont le nombre d'habitants dépasse la population de notre pays pour enlever leurs ordures ? Comment font les petits villages dans les pays auxquels nous voulons ressembler ? Cela fait des années que nous déplorons ce fait d'être envahis par les ordures, mais cela laisse totalement indifférentes nos autorités à tous les niveaux ? Il y a plusieurs années de cela, nous vivions dans des environnements propres et sains, et puis, petit à petit nous avons laissé les ordures nous envahir. Avons-nous ou non conscience de ce que le fait de vivre au milieu des ordures nous donne des maladies ? Nos autorités l'ignorent-elles ? Mesdames et messieurs les membres du gouvernement, mesdames et messieurs les élus, quel est notre problème pour que ce pays qui se veut émergent à l'horizon 2020 ne songe pas un seul instant à trouver les moyens de se débarrasser de ses ordures ? La santé des populations vous préoccupe-elle ? Pensez-vous à l'image de notre pays ? Pensez-vous à notre environnement, au moment où l'on parle de Cop 21 ou 22 ? Nous avons un ministère du tourisme qui fait ce qu'il peut pour faire venir des touristes chez nous. Que voulons-nous leur montrer, en dehors de nos ordures, lorsque nous nous acharnons à détruire tous nos lieux de mémoire, toute notre culture ? Devons-nous être fiers de cette image que nous donnons de notre pays et de nous-mêmes ? Que fait le ministère de l'environnement ? Que font nos maires ?
Soyons honnêtes. Il ne sert à rien de parler d'émergence lorsque l'on n'est pas capable de vivre dans un environnement salubre. Vivre dans des villes et villages propres est le minimum. Si nous en sommes incapables, il ne sert à rien de se fatiguer et de fatiguer le reste du monde pour le reste. Et puis, même si, pour des raisons financières ou autres, nous ne sommes pas capables de détruire nos ordures, sommes-nous pour autant obligés d'accueillir les visiteurs de nos villes avec elles ? Pourquoi les laisser aux entrées de nos villes ?
Espérons que la nouvelle année nous apporte l'inspiration nécessaire pour que nous trouvions solution à ce problème qui ne nous fait vraiment pas honneur. On peut être pauvre et vivre dans un environnement propre. Mais lorsque l'on s'accommode de vivre au milieu des ordures, cela traduit un esprit sale et négatif qui n'est absolument pas tourné vers le progrès. Bonne année à tous !
Venance Konan
 
 
 
Rédigé par: Kiquiriki   le: Lundi 2 Janvier 2017
Personnellement je vous admire tous ici les commentateurs, car moi j'ai plu foi en quoi que ce soit sur ce sujet de l'insalubrité en CI. Année de l'environnement qui est 2017 ah bon ! Les ivoiriens vont comprendre quoi dans ce nouveau slogan ? C'est bien que VK fasse un article dessus, mais c'est pas un ADO ni ses ministres qui vont lire ou s'y intéresser, les populations baignent dans la saleté, les ordures, et la puanteur depuis que FHB est décédé, et même un peu avant son départ comme il était devenu faible donc moins regardant, ça avait déjà commencé à se gâter. Je me souviens de nos rues avant, les gens balayaient, on ne jetait pas de l'eau sale partout pour ruiner le goudron, les caniveaux n'était pas vide ordures (serviettes sales hygéniques, couches bébé pleine usagées, sauces, bois, ciment, feuillages, objets de tous les genres, produits toxiques, seringues, armes, pipi et caca, j'en oublie excusez moi). Les immeubles ne montraient pas au balcon du linge étendu ! L'entretien des façades étaient fait, les gens aimaient repeindre pour le nouvel an... Jardins où l'on se promenait (draguer les gôs là bas hé hé hé le bon vieux temps, maintenant si tu vas dans un lieu dit "jardin" on t'égorge très vite, les microbes sont trop plein ah ! Le ramassage des ordures se faisait normalement à partir de 5 h du matin déjà et ça se passait bien, mais ... La belle lagune Ebrié fleuron de notre capitale dit "la Perle des Lagunes" humm maintenant la Puanteur des lagunes c'est ça l'évolution de notre belle CI qui va émerger dans le merdia de la pourriture qui est notre capitale aujourd'hui. On crache, jette partout feuilles d'attiéké poisson et autres, mais on s'en fout la mort, ça fait quoi ? Est ce que ça tue africains ? Alors....
Rédigé par: Beugré Julien   le: Lundi 2 Janvier 2017
Pour y arriver, il faut : ======1. Interdire l'importation de vieux véhicules. ====2. Obliger les maires à ramasser les ordures. ==== 3. Inculquer la notion de salubrité aux ivoiriens.......
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Dimanche 1 Janvier 2017
"papus" le jardin botanique a été placé sous la responsabilité du Ministère des Eaux & Forêts et le Maire, hélas, y est pratiquement "persona non grata", ainsi que certains botanistes de haut vol que je connais. Ce qui se passe dans ce lieu est absolument scandaleux. Il est géré comme une "forêt classée", c'est à dire que de nombreux spécimens ont été abattus sans raison et vendus comme bois d'ouvre. Dans cet espace, la compétence est totalement bannie.
Rédigé par: papus   le: Dimanche 1 Janvier 2017
Mr le MAIRE de BINGERVILLE, notre cite est tres sale et je me demande bien le role de votre service technique et j'aimerais etre tres precis. Faites un tour devant le LYCEE de jeunes filles, les eaux usees venant de l'EMPT sont deverseees devant etablissement, les poubelles geantes du QT sans loi et du college des arts sont debordes obligeant les riverains a jetter les ordures a terre. Devant le college des arts, la semaine derniere un vehicule 4X4 s'est couche dans ce caniveau geant a ciel ouvert du a l'erosion du sol, au marche malgre les taxes preleves, les immondices s'accumulent faute d'enlevement, inutile de parler de la voie qui mene a GBAGBA extension. Quant au jardin botanique elle a perdu de la splendeur qui faisait sa fierte d'atan. Bref MR le MAIRE alias DJO DJO, la cite a besion d'une bonne toilette.
Rédigé par: HYVOIRHIENOUVO   le: Dimanche 1 Janvier 2017
Bonne et heureuse année 2017. Voici le genre d'articles que nos journalistes et communicateurs devraient nous proposer dans les médias. Il est urgent que les politiques se saisissent de ce dossier car la situation est catastrophique, comme l'a dit V.K.la vie des habitants de ce pays est un vrai cauchemar partout on vit au milieu d'un environnement insalubre. C'est un véritable cri du coeur, on cite toujours en exemples le Rwanda et le Ghana à côté. Quelle malédiction fait que nous sommes incapables de copier les bons exemples. Moi à mon avis, plus l'environnement est propre,il y aura moins consultations médicales et une incidence positive sur le niveau de vie de tous. Quand tu fais des observations à un individu qui s'est malheureusement mal comporté, il vous rit au nez car pour lui la mairie doit faire son travail.Souvent, il faut faire preuve de fermeté et de rigueur sans état d'âme pour obtenir des résultats escomptés sinon rien ne va changer.
Rédigé par: papus   le: Dimanche 1 Janvier 2017
L'heure est grave en matiere d'insalubrite de nos villes,il s'agit meme d'un probleme de SANTE PUBLIQUE. Il faut une relle volonte politique pour sanctionner ces Maires qui font chaque annee electorale des promesses pour l'enlevement des ordures dont elles percoivent pourtant des subventions de l'ETAT. Concernant BINGERVILLE,je croyais avoir ete bien inspire en venant y resider pour profiter de la quietude et de l'air pur de son front lagunaire, helas j'ai vite dechante. Merci a toi Venance K.cette ville ploie sous ses tas immondices et ses canniveaux a ciel ouvert sans aucune preoccupation de l'autorite municipale.
Rédigé par: Malcom Luther   le: Samedi 31 Décembre 2016
Les bailleurs de fonds (américains surtout) ont terrorise la ministre de la salubrité qui faisait du bon travail en disant qu'elle expulsait les "déguerpis" des quartiers précaires trop brutalement et c'est ainsi qu'elle avait perdu son poste de ministre une première fois. Ayant retrouvé le même portefeuille ministériel une seconde fois, cette fois-ci, elle joue la prudence et ne fait plus rien d'autre que d'organiser des consultations et des campagnes d'éducation à la propreté, ce qui plait beaucoup aux donneurs, mais au fond, cela ne donne aucun résultat sur le terrain... Les villes et les villages de Côte d'Ivoire sont de plus en plus sales et insalubres. Tout cela est de la foutaise. Même aux USA, pays de la liberté (mais surtout pays de l'ordre et de la loi / Law and Order), on ne peut pas jeter les ordures sur les voies publiques sans conséquences ou bien occuper illégalement les trottoirs... Mais quand en CI on sanctionne et on déguerpit, il se trouve toujours des gens de l'Ambassade US de CI pour se plaindre de la Ministre Ouloto!
Rédigé par: Dengele   le: Samedi 31 Décembre 2016
Merci venance voila ce que nous attendons de la presse ,je propose une emission satirique pour denoncer .
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Samedi 31 Décembre 2016
Cela fait des années que je me bas pour l'environnement, mais nous passons pour des empêcheurs de tourner en rond et des mauvais coucheurs quand nous faisons remarquer à notre voisinage qu'un peu de propreté et de salubrité ne ferait pas de mal. Chez nous (Bingerville), les gens malpropres laissent trainer leurs ordures dans les couloirs, qui finissent par être envahis de cafards et de rongeurs. A Grand Lahou, la municipalité répand les ordures le long de la route, sur les bas-côtés, dans les friches, sur plusieurs kilomètres. Les riverains voient leurs terrains envahis par ces saletés répandues sans aucune gêne. EN ce qui concerne les COP21, 22 et consorts, la plupart des acteurs africains y participent parce qu'ils sentent qu'il y a de l'argent à récupérer, mais personne ne prend l'initiative de lancer de véritables ACTIONS (je veux dire pas du bavardage ou de l'autosatisfaction) environnementales sur le terrain (per exemple reforestation). Les gens de Bingerville comme moi savent bien combien la commune a été dévastée, et à quelle bande d'ignares incompétents le jardin botanique a été confié.
Rédigé par: ami   le: Samedi 31 Décembre 2016
Les Ivoiriens sont sales, il n'y a pas de mots c'est triste mais c'est la réalité, ça donne pas envie d'aller dans ce pays,j'avais mis mon espoir sur la Ministre de la salubrité jusque là rien,si ce n'est pas venir se montrer à la télévision Ivoirienne avec les balais, les seaux et des pelles et nous montrer son sourire le résultats des courses tout le pays est sale.
Rédigé par: Aya de Yopougon   le: Samedi 31 Décembre 2016
Les premières impressions de Kigali - 1 million d'habitants à 1.400 mètres d'altitude - confirment tout ce qui se dit sur cette capitale africaine pas comme les autres. La ville est propre. Nette et carrée, malgré les rondeurs de ses collines. Ici, les piétons traversent sur les passages cloutés. Les sacs en plastique sont interdits depuis 2006, comme dans tout le pays. Ils ont été remplacés par des sacs en papier biodégradables. Pas l'ombre d'une ordure par terre, hormis deux ou trois bouteilles en plastique, mais il faut bien chercher. Il y a des espaces verts, des arbres et des fleurs partout dans la ville. Il y a de l'ombre et c'et beau. Les taxis-motos qui sillonnent la ville portent tous le casque règlementaire - de même que leurs passagers. Exemplaire, Kigali a été déclarée « meilleure capitale africaine » depuis 2008 par l'ONU Habitat. Kigali fait rêver, à travers le continent, d'une « autre Afrique » qui serait fonctionnelle et ordonnée. Kigali se pose en modèle de développement, avec ses routes bitumées et ses bidonvilles transformés en quartiers salubres ... ( Le député-maire d'Abobo "Toungara" devrait sans nul doute aller faire un stage à Kigali...)
Rédigé par: MOMO   le: Samedi 31 Décembre 2016
On devient propre bien avant que la richesse ne vienne a vous et pas le contraire. Merci Venance pour l'article.
Rédigé par: Lago Tape   le: Samedi 31 Décembre 2016
Dans le petit Rwanda : Kigali (qui est grand comme un ou deux quartiers d'Abidjan) est la ville la plus propre d'Afrique. L'Onu a déclaré la capitale du Rwanda « meilleure capitale africaine » en 2015. Modèle de développement, avec ses routes bitumées et ses quartiers salubres, Kigali proper (avec des fleurs, des arbres et de la verdure partout) fait rêver d'une « autre Afrique ». C'est l'effort et le patriotisme de toute la population rwandaise qui est récompensée. Tous les derniers samedis du mois, les citoyens de plus de 16 ans sont censés participer aux travaux communautaires, de huit heures à midi. Sous peine d'amende de 5000 francs rwandais (8 dollars), en cas d'absence non justifiée. Les travaux sont organisés par le plus petit degré de l'administration, le "village". Le terme "village" désigne un ensemble de dix maisons, aussi bien dans les campagnes que dans les villes. Les uns débroussaillent, les autres nettoient des canalisations ou creusent des trous pour recueillir l'eau de pluie. Après les travaux, une réunion se tient entre les résidents du même quartier, pour parler des problèmes - et surtout, des solutions. ... Un exemple à suivre, même si les ivoiriens sont très indisciplinés si on les compare aux Rwandais...