Législatives à Agboville : Bictogo Adama gate les populations
RHDP - Publié le: 14-12-2016 - Mise-à-jour le: 14-12-2016 - Auteur: RHDP
Législatives à Agboville  :  Bictogo Adama gate les populations
40 tricycles d'une valeur totale de vingt deux millions de F cfa, réprofilage des artères dans les quartiers de la commune. Le député Adama Bictogo ne fini pas de gâter ses sympathisants . Pour la mandature prochaine, Adama Bictogo a décidé de faire don de son salaire de député aux parents d'élèves. « Je fais don  de mon salaire de député. Cet argent est le votre, il va servir à offrir une bourse d'étude aux meilleurs élèves de la commune. Je vous ai dit et je le dis partout ou je passe. Certains veulent être député pour avoir un salaire, moi je veux être député pour vous donner mon salaire » a t il lancé à Erymakouguié. Face à des milliers de femmes qui ont envahi la salle des fêtes de la commune, il a pris l'engagement d'ouvrir un fonds avec l'aide d'une banque de la place. Ce fonds d'un montant de 50 millions devrait permettre aux femmes de faire  leurs activités.  « Je l'ai déjà fait une fois. Je  ferais  encore. Pour vous, les femmes parce que vous êtes mes mamans je vous engage dans ce pari. Organisez vous, je mets à votre disposition  la somme de 50 millions pour vos activités», a t il déclaré face aux femmes. Depuis l'ouverture de la campagne, le ministre Adama Bictogo multiplie les rencontres de proximité et les meetings dans les villages et les quartiers de la commune. De Moutcho à Gbanguie en passant Laoguie , Amankebou, Dioulakro, Obodjikro, le candidat Adama  Bictogo rappelle ses ambitions et affiche ses convictions pour sa commune,  sans langue de bois. « Il n'y a pas de candidat de chefs, ou de candidats Abbey, nous sommes tous les fils d'une même mère. Nous sommes tous des enfants d'Agboville. Il nous faut construire l'union et non la division. Pour ma part, il n'y a de place pour la haine et la méchanceté. Je me dévouerais  toujours à la cause d'Agboville et de tous les candidats je suis le seul qui peut plus pour Agboville et vous le savez » a t il déclaré . En attendant l'apothéose le vendredi à la place Henri Konan Bedie, le candidat Adama Bictogo continue ses tournées dans la commune. 
Rédigé par: Aminata Doffou   le: Jeudi 15 Décembre 2016
@remi Abé: On ne peut pas d'après la loi ivoirienne être marié légalement et officiellement avec deux femmes. Soit Bictogo a des concubines, soit il n'y a qu'une seule de ses deux femmes qui est son épouse légale et légitime. Avec l'autre, il a dû faire un mariage coutumier ou/et religieux qui n'est pas un mariage officiel et légal au regard de la loi ivoirienne.
Rédigé par: Remi Abé   le: Jeudi 15 Décembre 2016
ERRATUM/ Bictogo Adama a 54 ans. Il est né en 1962
Rédigé par: Quelqu'un d'avant   le: Jeudi 15 Décembre 2016
Seul le titre devrait être cohérent et de lire à la place de ce qui présenté : "Législatives à Agboville : Bictogo Adama achète les populations"
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Jeudi 15 Décembre 2016
Une chose est claire: ce type est là pour s'acheter une circonscription et rien d'autre. Les problèmes du peuple ivoirien, il s'en fout complètement, et une fois élu, il retournera vaquer tranquillement à ses juteuses occupations et oubliera bien vite les promesses qu'il aura faites. Quant aux marchés d'état qu'il collectionne, on peut se demander quelle est l'expérience de sa structure (snedai) dans le domaine de la construction pour qu'il ait eu celui de la construction des logements des participants aux jeux de la Francophonie. C'est probablement un obscur sous-traitant qui fait le travail, et, compte tenu de l'urgence, surfacturation, pots-de-vin et bénéfices honteux sont certainement au rendez-vous.
Rédigé par: Akissi Delta   le: Mercredi 14 Décembre 2016
Est-ce que Bictogo finira comme Bakou? Bakou a commencé sa carrière en 1984 dans le négoce de riz. Une activité où il aurait, dit-on, fait fortune. Suffisamment en tout cas pour racheter en 1993 Jean-Abile-Gal(JAG), le deuxième exportateur de café-cacao de CI, à la barbe de Tardivat et Cargill. A moins qu'il n'ait trouvé, comme le colportait un moment la rumeur un « généreux bailleur de fonds ». L'homme d'affaires ivoirien l'a emporté à la surprise générale sur les deux grands groupes qui se livraient une farouche bataille sur fond de guerre diplomatique franco-américaine...« C'est le joker du président Houphouët-Boigny », désireux de trouver une issue à la crise, avait ­on dit à l'époque , « un homme de paille », ce que niait farouchement l'intéressé aujourd'hui. « Le chef de l'Etat n'est pas intervenu en ma faveur », assurait François Bakou dans un entretien accordé aux « Echos ».L'appétit venant en mangeant, François Bakou a repris dans la foulée 45 % de la SAPH en 1994 lors de sa privatisation. Une belle affaire (17.000 hectares de plantations d'hévéas), dont il prendra le contrôle total en 1995, à la suite du rachat de 60 % de la SIPH (actionnaire à 35 % de la SAPH) à Suez. Le 30 Aout 2016, on pouvait lire dans la presse de France ceci: [François Bakou, vient de verser un milliard Cfa, à titre d'indemnisation, à la dame Elisabeth Altounian qui le poursuivait en justice,( pour abus de biens sociaux, faux et usage de faux). Mieux, il a promis de verser deux autres milliards de francs Cfa pour racheter les actions de Mme Altounian dans la société, avant le 31 décembre 2016, pour éviter qu'elles soient vendues à d'autres par la dame. L'affairiste François Bakou, vient de sauver de justesse sa peau, dans le contentieux judiciaire l'opposant, depuis une dizaine d'années, à la dame Elisabeth Altounian. Suite à d'intenses négociations menées à Paris où sont logées des actions de la société à la Bourse, l'homme d'affaires a payé cash, à titre d'indemnisation...]
Rédigé par: Lago Tape   le: Mercredi 14 Décembre 2016
Avec chaque président (qui passe) APPARAIT toujours un "Golden Boy" à qui tout réussit. Au temps de FHB et de Bédié surtout, il y eu l'ascension fulgurante de François Bakou à qui tout réussissait et qui bénéficiait aussi de "juteux" contrats de l'Etat, pour s'enrichir plus vite et plus facilement que les autres. Bizarrement il a disparu depuis que Bédié n'est plus au pouvoir. Sous Gbagbo, il y avait les Stéphane Kipré et autres "entrepreneurs hors pairs" soi-disant, à qui tout réussissait tant qu'on leur donnait des monopoles de l'Etat et de la commande publique (sans aucun appel d'offres rigoureux). Bizarrement ils ont disparu depuis que Gbagbo n'est plus au pouvoir. Avec ADO on voit BICTOGO (les 2 frères Adama et Lassina) et bien d'autres...qui s'enrichissent des monopoles de l'Etat et de la commande publique (dans des conditions presque douteuses). Le prochain président en 2020 nous révèlera sans nul doute, un autre ou plusieurs autres hommes d'affaires « providentiels ». C'est ainsi que les choses se passent au pays. Ce qui me frappe est que, bien souvent, ce ne sont que des milliardaires "éphémères", pour la plupart d'entre eux. En effet, une fois que le PR en question (Bédié ou Gbagbo) n'est plus au pouvoir, et que la commande publique n'alimente plus leurs caisses personnelles, ces soi-disant milliardaires « entrepreneurs de génie ».redeviennent "pauvres". Car, la plupart d'entre eux ne sont que de simples "jouisseurs" qui vivent au jour le jour, polygames, avec en plus de nombreuses maitresses, et avec aussi de nombreux enfants à droite et à gauche...
Rédigé par: Remi Abé   le: Mercredi 14 Décembre 2016
Adama Bictogo n'a pas que des défauts. Il a aussi des qualités et c'est tant mieux. Adama Bictogo est diplômé d'une Ecole Supérieure de Commerce en France, plus précisément de l'Institut supérieur de gestion de Paris (ISG Paris) grâce à son frère Lassana, qui a financé ses études. Avant cela, il avait obtenu son DEUG en Economie de l'Université de Paris Créteil et son BAC B. Sa double appartenance aux sphères publique et privée (que d'aucuns qualifient de mélange des genres) est devenue l'une de ses forces. Quand on lui oppose ce mélange des genres, l'homme ne se dérobe pas : « Oui, j'ai un solide réseau, y compris à l'étranger, et je me donne beaucoup de mal pour cela. Je suis (moi-même) le VRP de mon groupe quand les multinationales engagent des sociétés de relations publiques. Ce grand patron doit aussi sa réussite à sa capacité à renforcer les ressources humaines de ses entreprises. Il recrute les meilleurs diplômés (Ingénieurs et Managers ESCA) de l'Institut National Polytechnique FHB entre autres. À Abidjan, sa proximité avec le palais irrite jusqu'aux barons du Rassemblement des Républicains (RDR), le parti au pouvoir. Mais elle a rendu Adama Bictogo, 52 ans, intouchable. Dominique Ouattara, la première dame, est sa « grande soeur » ; le secrétaire général de la présidence, Amadou Gon Coulibaly, un ami fidèle. Et c'est une relation quasi filiale qui le lie au président Alassane Ouattara depuis leur première rencontre, le 14 février 1994. Adhérent de la première heure du RDR, Adama Bictogo a été de toutes les batailles, de tous les rapprochements, de tous les compromis. Lors de la crise postélectorale de 2010, il a su trouver des soutiens internationaux. Négociateur habile, il avait déjà été en 2007 l'un des artisans des accords de Ouagadougou, qui ont permis de renouer le dialogue entre l'ex-président Laurent Gbagbo et le chef rebelle Guillaume Soro. Adama Bictogo est polygame, officiellement marié avec deux femmes.
Rédigé par: Aya de Yopougon   le: Mercredi 14 Décembre 2016
Le seul avantage qui lui assure les succès dans les différents scrutins, c'est son statut d'ancien ministre et d'homme d'affaires ayant eu et ayant toujours des monopoles de l'état (enrichi ainsi donc par les deniers publics collectés chez les contribuables-électeurs ivoiriens). L'ensemble des contribuables (d'Agboville) étant lui-même si appauvri qu'il devient "admiratif" et/ou envieux de la "richesse" soudaine de cet ex-ministre qui est aussi devenu député-maire, président de conseil régional. Qu'est ce qui autorise donc cet ex-ministre à utiliser avantageusement (pour soi) les ressources publiques "détournées" et son statut particulier pour entrer en compétition avec les "autres" contribuables (candidats) dans des joutes électorales qui sont supposées démocratiques, justes, transparentes et ouvertes à toutes et à tous ? Rien d'autre que la "dictature par les moyens financiers inégaux" que lui ont fourni son statut de ministre et les monopoles d'état dont il a bénéficié.Soit la réglementation et le code des élections deviennent suffisamment équitables pour tout le monde, au point d'interdire au ministre, directeur général d'un EPN et société d'Etat, homes d'affaires... d'atteindre un certain niveau de campagne (contrôle systématique des budgets de campagne et instauration d'un strict plafond des dépenses de campagne électorale ... sinon c'est un abus, qui va tuer la démocratie ivoirienne.
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mercredi 14 Décembre 2016
Ce type ferait mieux de nous dire combien il a pris d'argent à l'Etat, c'est à dire au Contribuable (celui à qui il prétend distribuer des cacahuètes) au lieu d'aller faire le malin dans une pauvre circonscription. Ce genre d'attitude me fait gerber.