Législatives à Cocody: Affoussiata Bamba Lamine fait l'unanimité des populations
lebanco.net - Publié le: 14-12-2016 - Mise-à-jour le: 14-12-2016 - Auteur: Emélis Gooré
Législatives à Cocody: Affoussiata Bamba Lamine fait l'unanimité des populations
Depuis le top départ de la campagne des législatives, les candidats sur l'ensemble du territoire sont au contact des populations. A Cocody , la liste RHDP conduite par la candidate Affoussiata Bamba Lamine multiplie les rencontres pour expliquer aux habitants ses perspectives pour ladite commune. Mardi 13 décembre, la candidate Affoussiata Bamba Lamine a successivement visité les sous quartiers de riviera Faya, palmeraie gare, cocody centre  avant de mettre le cap sur Akouédo. Là comme ailleurs, la candidate du rassemblement des houphouetistes qui reflète son slogan de campagne ''Votre voix, ma voie'' s'est mise à l'écoute des populations avant de les rassurer de demeurer une fois de plus  leur  mécène à l'hémicycle. Affoussiata a par ailleurs rencontré les membres de la coordination de campagne du RHDP de Cocody. Un échange au cours duquel le Coordonnateur et superviseur général, Mathias Ngouan a appelé les uns et les autres à une cohésion sur le terrain aux fins de permettre à la liste ABL -NDJ de rafler les deux sièges au soir du 18 décembre. A l'occasion,  un organigramme a été établi au niveau de la coordination générale de campagne.
Emélis Gooré
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Jeudi 15 Décembre 2016
Voilà bien une chose qui prouve de manière éclatante que les ministres ne travaillent pas et qu'ils ne font rien. Leur poste ne suffisant pas pour les occuper, ils veulent aussi être députés, maires, président de conseils régionaux, etc. Voilà pourquoi l(Afrique ne se développe pas.
Rédigé par: papus   le: Mercredi 14 Décembre 2016
A Cocody on ne vote pas comme a ABOBO, Mme La Ministre.
Rédigé par: jamed   le: Mercredi 14 Décembre 2016
comment appelle t-on la réaction des populations qui a la même coloration? partout ou est passée cette candidate,sans doute les populations l'ont rassuré de lui accordé leur suffrage total.
Rédigé par: gbè   le: Mercredi 14 Décembre 2016
Yasmina est une enfant gâtée qui croit que tout Cocody doit être a ses pieds non une effrontée de ce type là doit être sanctionnée dans les urnes.
Rédigé par: Lago Tape   le: Mercredi 14 Décembre 2016
Le comportement de l'électeur ne devient réalité qu'avec cette proclamation du scrutateur « a voté ! ». Jusque-là, les declarations de l'électeur, même les plus sincères, sur ce qu'il fera dans l'isoloir ne relèvent que du possible. (En mathématiques, on parle de "probabilité". Une probabilité n'est pas une certitude. Le rappel de cette évidence n'est pas inutile lorsque certains candidats annoncent qu'ils ont 100% de l'électorat qui leur est acquis. La vérité est que l'on constate, d'une élection à l'autre, une forte variabilité des comportements électoraux de ceux qui votent. Le niveau de participation électorale est aussi un paramètre important à estimer, dans l'absolu mais aussi en évolution dans le temps, puisqu'il témoigne des dynamiques de mobilisation du corps électoral. 100% de participation et 100% du vote pour un seul candidat (qui soi-disant fait l'unanimité), alors qu'il y a plsuieurs candidats, c'est impossible.
Rédigé par: Stelle Diatta   le: Mercredi 14 Décembre 2016
Yasmine Ouegnin (ex madame Guessend) a plus de moyens (sinon autant de moyens financiers) que la candidate du Rhdp, la candidate du pouvoir Afoussiata Bamba. J'ai vu lundi soir (le jour du Maouloud) Yasmine en campagne à Las Palmas (2 plateaux-aghien) et son convoi de plus de 60 voitures et 4*4 a créé un embouteillage monstre. Bref rien ne permet d'affirmer que c'est affoussiata qui est populaire à Cocody et plus encore, qu'elle fait l'unanimité. J'en doute fort !
Rédigé par: Aya de Yopougon   le: Mercredi 14 Décembre 2016
N'importe quel ministre en Côte d'Ivoire veut de nos jours à la fois se faire élire député, ensuite président de conseil regional, maire et cumuler tous ces postes...(sans pour autant être un homme ou une femme d'exception ). Le seul avantage qui lui assurera les succès dans les différents scrutins, c'est son statut de ministre (riche des deniers publics collectés chez les contribuables-électeurs ivoiriens). L'ensemble des contribuables étant lui-même si appauvri qu'il devient "admiratif" et/ou envieux de la "richesse" soudaine du ministre qui deviendra aussi député, maire, président de conseil régional. Cette situation cumulative de ministre ou directeur général d'EPN avec les postes de député, maire et président d'une collectivité décentralisée compromet fortement la démocratie (ivoirienne), car il n'y a plus du tout de séparation des pouvoirs entre ceux d'une part qui votent les lois, et ceux qui les exécutent. Qu'est ce qui autorise donc le ministre à utiliser avantageusement (pour soi) les ressources publiques et son statut particulier (de membre du gouvernement) pour entrer en compétition avec les "autres" contribuables (candidats) dans des joutes électorales qui sont supposées démocratiques, justes, transparentes et ouvertes à toutes et à tous ? Rien d'autre que la "dictature" par les moyens inégaux que lui ont fourni son statut de ministre, de DG d'EPN, directeur de Cabinet... Soit la réglementation et le code des élections deviennent suffisamment équitables pour tout le monde, au point d'interdire au ministre, directeur général d'un EPN et société d'Etat d'atteindre un certain niveau de campagne (contrôle systématique des budgets de campagne et instauration d'un strict plafond des dépenses de campagne électorale), soit la loi devient catégorique pour interdire aux cadres de l'Exécutif de briquer certains postes électifs, car le cumul des mandats et des postes, c'est un abus, une absurdité et un paradoxe qui tuent la démocratie ivoirienne.
Rédigé par: Sarah Konate   le: Mercredi 14 Décembre 2016
Le cumul des mandats éloigne les citoyens ivoiriens de leurs élus et véhicule l'idée désastreuse de "l'homme/la femme politique providentiel(le)". C'est le principe du toujours plus : ceux qui ont le plus de mandats (Ministre, Maire, PR de Région, Député) sont présumés (au sein de nos partis politiques et du Rhdp) les meilleurs candidats pour la prochaine élection. Tout cela jette un discrédit sur l'action politique et sur les partis politiques. Le cumul des mandats engendre la confusion des rôles, la concentration des pouvoirs, la création de baronnies locales, les courtisans autour du cumulard, l'affaiblissement du parlement. Les débats politiques sont pollués par des enjeux externes au sujet traité, les décisions en sont faussées. Le cumul des mandats inscrit en son sein le renouvellement de la classe politique. Le non-cumul des mandats est nécessaire si nous voulons vivre un renouvellement profond des responsables publics et l'accession aux responsabilités d'une nouvelle génération d'ivoiriens, avec des profils et des origines différents. Notre démocratie représentative a besoin de cette révolution. Le cumul des mandats empêche le renouvellement de la classe politique ivoirienne
Rédigé par: Arthur Koffi   le: Mercredi 14 Décembre 2016
On ne peut être partout à la fois, et on ne peut pas bien accomplir plusieurs fonctions et missions en même temps. Si je suis minister et porte-parole du gouvernement, ensuite maire, en tant que maire, je me dois 100% à ma commune et à ses administrés. Je dois être présent et/ou joignable à tout instant et cela est difficile, voire impossible si je suis ministre et porte-parole adjoint du gouvernement. Si je suis seulement président d'un Conseil regional ou maire, c'est pour m'occuper uniquement des affaires de la region ou de la commune. Si je suis député, c'est pour voter les lois après y avoir travaillé sérieusement en commission. Pour cela, je dois être présent à Abidjan au parlement au moins quatre jours par semaine, la fin de semaine suffit alors pour rencontrer les électeurs de ma circonscription. Le non-cumul des mandats inscrit en son sein le renouvellement de la classe politique. Le non-cumul des mandats est nécessaire si nous voulons vivre un renouvellement profond des responsables publics et l'accession aux responsabilités d'une nouvelle génération d'ivoiriens, avec des profils et des origines différents. Notre démocratie représentative a besoin de cette révolution.
Rédigé par: Moussa Kankan   le: Mercredi 14 Décembre 2016
Cette histoire de ministres qui veulent aussi être Député, PR de Conseil Régional, Maire et occuper toutes les hautes fonctions, n'arrange pas du tout la démocratie ivoirienne...Le cumul des postes et des mandats est absurde parce qu'on a beaucoup de talents au pays. Il y a beaucoup de femmes et d'hommes "capables" pour occuper tous ces divers postes de Maire, PR de Conseil Régional ou de Député. Un ministre (tout seul) ne peut pas occuper (lui seul) tous ces postes et bien travailler pour la population. C'est une tromperie. A Abobo par exemple qui est une commune, non une "poubelle à ciel ouvert", on voit bien que cela ne marche pas avec le "ministre" Toungara qui est le "député-maire" d'Abobo et Madame Afoussiata Bamba était élue sur la liste de Toungara à Abobo en 2011-2016. Maintenant elle veut venir à Cocody, pour faire quoi??? Quelle est son bilan à Abobo ??? Abobo est la commune la plus sale et la moins bien entretenue du district d'Abidjan. On ne veut pas de cela à Cocody !
Rédigé par: CHRISTIAN   le: Mercredi 14 Décembre 2016
EMELIS GOORÉ . VOUS AVEZ DIT UNANIMITÉ DES POPULATIONS POUR AFFOUSSIATA BAMBA LAMINE ? UNANIMITÉ : CONFORMITE DE SENTIMENTS , ACCORD COMPLET DE SUFFRAGES . RESULTAT D'UN VOTE OÙ LA TOTALITÉ DES VOTANTS EXPRIME LE MÊME SUFFRAGE. DONC À COCODY , LES AUTRES LISTED N'ONT AUCUN PARTISAN. MÊME LE GRAND HOUPHOUET BOIGNY NE FAISAIT PAS L'UNANIMITÉ.