Réponse à Mr Boga Sako Gervais, président la FIDHOP et sympathisant actif du FPI.
Dr Alexis Dieth - Publié le: 02-11-2016 - Mise-à-jour le: 03-11-2016 - Auteur: Dr Alexis Dieth
Réponse à Mr Boga Sako Gervais, président la FIDHOP et sympathisant actif du FPI.
 
A Monsieur Boga Sako Gervais. Suite  à la lettre de désinformation  que vous avez postée dans ma boîte aux lettres ce matin du 1er novembre 2016, pour m'informer  de la victoire du  « NON » au référendum constitutionnel ivoirien, je vous adresse cette réponse. Monsieur Boga Sako Gervais : Votre parti, l'extrême droite identitaire,  le FPI  a perdu son  pari insensé de voler le référendum au peuple citoyen majoritaire de Côte d'Ivoire. Le Oui massif à 93,42% du peuple citoyen ivoirien au référendum consacre l'échec de l'opération commando intitulée « opération désert électoral »,  montée par votre parti le FPI et son « front du refus » pour tenter d'empêcher, par la désinformation, par l'intoxication mentale et par le boycott actif,  la déclaration électorale de son choix. En qualité « d'expert et consultant en Droits de l'homme et de résolution des conflits », un véritable euphémisme dans votre cas, vous êtes fait complice de cette opération sulfureuse. Président de La FIDHOP (Fondation Ivoirienne pour l'observation et la surveillance de la Démocratie, des Droits de l'Homme et de la vie Politique), vous surveilliez pourtant  la démocratie et les droits de l'homme pour le compte du Front Populaire Ivoirien, un parti d'extrême droite, identitaire, antidémocratique et négateur des droits de l'homme.
Monsieur Boga Sako Gervais vous incarnez donc en votre personne,  l'imposture FPI et la duplicité des ONG construite pour accompagner la prise du pouvoir de Laurent Gbagbo et de son FPI en 2000 et tout au long de sa gouvernance calamiteuse. Vous incarnez la confusion des  genres, la contradiction, le mensonge et l'insincérité. Comment pouvez-vous en tant qu'Expert et Consultant en Droits de l'Homme et Résolution de conflits*Ex-Membre de la Commission Nationale des Droits de l'Homme de Côte d'Ivoire*Président-Fondateur de la Fondation Ivoirienne pour les Droits de l'Homme et la Vie Politique (FIDHOP) d'après les titres que vous affichez sur votre carte de visite tenter de nier sans vergogne le droit des peuples, à se prononcer par référendum sur l'adoption ou le refus d'une nouvelle  constitution qui engage leur vie ?  Comment pouvez-vous être partie prenante d'une opération commando partisane intitulée « opération désert électorale » destiné à empêcher par l'intoxication mentale, par l'excitation des affects des masses, par  l'appel au boycott électoral actif  et par des manoeuvres  d'empêchement sur le terrain, la déclaration du suffrage dans une démocratie?
De manière contradictoire vous avez posté dans ma boîte à lettres électronique, un message où vous félicitiez, en qualité de président de la FIDHOP, le peuple ivoirien  d'avoir, par le boycott électoral autant dire par l'empêchement actif du vote,  dit non à ce que vous appelez, dans votre jargon partisan  caractéristique, la « IIIème République du monarque Ouattara » ? Vous n'êtes donc pas impartiale ? Cf« COMMUNIQUE : LA FIDHOP SALUE LE PEUPLE IVOIRIEN AYANT DIT NON A « LA IIIème RÉPUBLIQUE DU MONARQUE OUATTARA » ! »
De quel peuple parlez-vous donc, puisque le peuple majoritaire ivoirien a répondu OUI à 93,42% à la constitution de 2016 qui restaure en Côte d'Ivoire la République démocratique en lieu et place de l'Etat communautaire que la constitution identitaire de l'assemblée constituante ethno-nationaliste de l'an 2000  avait élaborée ?
 Vous parlez donc de l'électorat captif de votre parti : le peuple ethnique manipulé par des mensonges, intoxiqué par un discours identitaire pestilentiel qui n'a rien à envier au discours identitaire raciste du Front National Français dont le FPI est la succursale ivoirienne. Vous ne pouvez pas prétendre vous adresser aux 174.714 citoyens ivoiriens (6,58%), le peuple minoritaire qui a dit NON, et aux 2.480.287 citoyens ivoiriens (93,42%), le peuple majoritaire qui a dit OUI, qui s'est bouché le nez et les oreilles pour ne pas entendre ni sentir les propos nauséabonds de vos chefs. Vous ne pouvez pas prétendre vous adresser à ce peuple qui a fait échouer l'opération commando de votre parti, visant à opérer par la désinformation et le mensonge, un hold-up référendaire  au moyen du taux de participation.
Vous réorganisant désormais en « Coalition du non » pour mettre en ouvre le plan B de votre opération commando, soyez convaincu d'une réalité démocratique tangible que vous ignorez en raison de la culture autocratique et totalitaire de votre extrême droite identitaire. Cette réalité tangible irréductible, consacre d'emblée l'échec de votre plan B. Le peuple démocratique qu'est devenu le peuple ivoirien est un peuple divers et pluriel. Etant un parti  politique, c'est-à-dire étymologiquement, une partie du système partisan ivoirien, donc une partie censée représenter politiquement une portion de ce peuple pluriel, votre extrême droite identitaire ne peut représenter la totalité du peuple ivoirien. Vous ne représentez, au mieux, que la partie minoritaire de ce peuple qui demeure par, votre faute, hors du jeu électoral démocratique que votre parti, l'extrême droite identitaire a décidé de boycotter parce qu'il s'est situé volontairement et par choix idéologique, en dehors de la République.
Votre nouvelle « Coalition du non » demeurera donc toujours une coalition minoritaire hors-jeu,  dont les choix ne pourront jamais prévaloir sur les choix de la majorité conformément  au principe démocratique de la majorité du vote. Au pire, vous ne représentez rien du tout,  d'un point de vue strictement démocratique  parce qu'au lieu de représenter les intérêts et les besoins concrets de votre électorat, vous l'utilisez comme ressource politique des appétits de pouvoir de vos chefs et de leurs intérêts particuliers. Vous mobilisez les identités primordiales et vous vous posez en défenseurs de la terre et du sang pour en faire les boucliers de la politique de prédation de vos chefs.  Le rapport votre parti d'extrême droite identitaire au peuple et à la société, est un rapport  de consignes transmis de haut en bas, de contrôle totalitaire, de directives impératives assorti de sanctions, autant dire, un rapport  d'asservissement,  de manipulations et d'instrumentalisation quasi-esclavagiste.
 La majorité citoyenne du peuple ivoirien soucieux de liberté, d'ouverture au monde, d'égalité, de stabilité politique et économique, gage de progrès, reprouve votre vision du monde. Elle ne consentira jamais à suivre les aventuriers d'une coterie oligarchique d'intellectuels organiques et de politiciens irresponsables dont elle a déjà expérimenté la gouvernance amère. Ne vous faites donc pas d'illusions quant à la faillite, institutionnellement programmée, de votre plan B. Ravalez vos lubies de parti autocratique et stalinien qui pense, toujours, avoir le peuple ivoirien à sa botte et à son service. 
Ce peuple ivoirien majoritaire qui regarde avec amusement et dégoût vos manoeuvres pitoyables de hold-up électoral constamment renouvelées, de manière somnambulique,  à chaque épisode électoral,  vous a jeté, pour de bon, depuis 2010  dans les poubelles de l'histoire de la Côte d'Ivoire. Enivrés par vos pulsions de domination politiques, vous ne vous en apercevez même pas. Il s'est résolu à ne plus se faire tromper par votre propagande et à ne plus refaire l'expérience amère des dix années de souffrance et de mort qu'il endura entre 2000 et 2011 sous le joug sanglant du pouvoir FPI. Il en sait donc plus que vous en matière de démocratie. Et nous l'aiderons à déconstruire vos mensonges, vos manipulations  et vos intoxications  afin  que votre secte, l'extrême droite identitaire ne puisse plus jamais s'abriter sous le camouflage du socialisme pour faire diversion afin de tenter d'accaparer contre le peuple, le pouvoir d'État ivoirien. J'ose espérer que vous avez entendu et compris ce message.
Dr Alexis Dieth
Professeur de philosophie