La nouvelle constitution fait-elle régresser politiquement la Côte d'Ivoire?
Dr Alexis Dieth - Publié le: 17-10-2016 - Mise-à-jour le: 17-10-2016 - Auteur: Dr Alexis Dieth
La nouvelle constitution fait-elle régresser politiquement la Côte d'Ivoire?
Pour répondre objectivement à cette question, il faut tenir compte de la réalité historique et politique de la Côte d'Ivoire, de l'hétérogénéité originelle de sa population, du projet de société fondateur qui  présida à sa naissance en 1960. Il faut raisonner par induction. Il faut argumenter à partir de la signification des notions de « République », de « Démocratie », de « Constitution », de « Politique ». Il ne faut pas argumenter à partir des présomptions arbitraires et des ambiguïtés volontairement entretenues par certains acteurs politiques  pour semer la confusion dans l'esprit des ivoiriens. Il faut avoir en vue les continuités et les ruptures qui relient les constitutions du 3 Novembre 1960, du 1er Août 2000 et du 5 Octobre 2016. Il faut mettre ces constitutions en corrélation avec les régimes politiques respectifs qui s'y rapportent, pour induire une réponse objective à la question de la pertinence politique du nouveau projet de constitution.
 En procédant selon cette méthodologie la réponse est que la nouvelle Constitution ne fait pas régresser politiquement la Côte d'Ivoire. Elle restaure la République au sens où elle protège constitutionnellement l'égalité de tous les Ivoiriens et rétablit la citoyenneté. Elle préserve la démocratie au sens où elle garantit constitutionnellement l'hétérogénéité de la société ivoirienne et la liberté politique de toutes ses composantes. En renforçant le pouvoir de l'exécutif, la nouvelle constitution ivoirienne se situe dans la continuité de la  tradition constitutionnelle africaine d'obédience jacobine. (Cf Yves Fauré « Les constitutions africaines et l'exercice du pouvoir »). Dans la Côte d'Ivoirepost-2010, ce renforcement ne saurait cependant être interprété comme relevant d'une dérive autocratique.
La réforme constitutionnelle proposée par le chef de l'Etat ivoirien obéit à un impératif de cohérence logique et politique. Il était institutionnellement nécessaire et urgent d'accorder le régime politique ivoirien consacré par les élections présidentielles de 2010 et de 2015 avec la Loi fondamentale de l'Etat. Le maintien de la constitution du 1er Août  2000 était donc, d'un point de vue politique et d'un point de vue logique, anachronique. En la conservant,  le régime démocratique sous lequel vivent les Ivoiriens aurait été en contradiction  avec la loi fondamentale de l'Etat. L'hétérogénéité sociale du pays aurait été une anomalie. L'égalité formelle qui réunit ses habitants dans la similarité et la citoyenneté aurait été illégale. La liberté politique dont se prévalent les Ivoiriens aurait été une excentricité. Depuis 2010 et surtout après 2015 la Côte d'Ivoire vivait en porte-à faux avec sa Loi Fondamentale.
Il était donc constitutionnellement nécessaire et vital de répondre à l'urgence de  cohérence politique et logique. Abroger la constitution du 1er Août 2000 et la remplacer par une Constitution républicaine, dès l'élection présidentielle de 2015, afin d'accorder la Loi fondamentale avec le régime et le type d'Etat sous lequel vivent les Ivoiriens, était un impératif politique et logique.
Du point de vue de la forme et du fond, on ne saurait alors parler de régression. Il faut plutôt parler d'une mise en cohérence de la Loi fondamentale avec le régime politique choisi par le peuple souverain depuis décembre 2010. En personnalisant le problème de la réforme de la Constitution, certains hommes politiques ivoiriens tentent d'occulter cette dimension essentielle de la question constitutionnelle ivoirienne. Ils s'inscrivent sciemment ou inconsciemment dans une logique de stratégie politique malsaine, d'intoxication et de confusion destinée à tromper l'électorat ivoirien. La clarté de l'argumentation et la publicité des projets partisans que la République et la démocratie demandent, desservent toujours les ambitions personnelles des imposteurs désireux de confisquer le pouvoir.
La réforme qualitative de la Loi fondamentale exige le consensus de tous les acteurs politiques ivoiriens dans les valeurs fondamentales de la République et de la démocratie. Le double langage, les ambiguïtés résilientes de certains acteurs politiques ivoiriens appellent nécessairement, de ce point de vue, une clarification des choix partisans et une autocritique citoyenne en Côte d'Ivoire. C'est en ce sens qu'il serait important de convoquer, à terme, des Etats généraux de la République en vue d'élaborer collectivement le consensus républicain et démocratique qui permettra de clarifier les positions de toutes les parties prenantes du contrat social ivoirien afin de préserver la stabilité politique de la Côte d'Ivoire.
Dr Alexis Dieth
Professeur de philosophie
Rédigé par: Abou Touré   le: Mardi 18 Octobre 2016
Je vois tout le Rassemblement Des Rebelles tirer à l'unisson sur l'anti-rebelle Abou Touré. Tous en choeur débitent le même discours de la haine, pour la grande faute d'Abou Touré de refuser la pensée unique comme la Candidature unique. Tout doit être unique. On doit donc applaudir même sur leurs crimes massifs. Ainsi, Grah Jonas le Bison dans sa fureur, de ses sabots soulève une tempête de poussière les naseaux pleins de rage et de bave, prêt à bondir sur Abou Touré pour le déchiqueter. Si tu y tiens, je t'attends à Bouaké rebelle sanguinaire, buveur de sang, éventreur de femmes enceintes. Tu n'échappera pas au feu de la géhenne qui t'attend. Ce n'est pas ta soumission éphémère ici bas qui te sauvera des flamme. ces démonstrations aussi simples choquent alors les suiveurs et ADOrateurs comme le très Gras Grah mangecrate, Martine Ahou et N'dofou le fou qui tirent à boulets rouge sur Abou Touré parce qu'il
Rédigé par: Loethiers Mackan   le: Mardi 18 Octobre 2016
Le malheur de ce pays est qu'il est plein d'intellectuels qui servent des causes bien précises. Quand un intellectuel acceptent ce rôle, il ne peut être utile à la recherche et à la manifestation de la VERITE indispensable à la coexistence pacifique. Abou Touré de ce point de vue n'a pas tort. On a ébloui le peuple avec de très fallacieux arguments, comme celui de la stabilité. Et naïvement la multitude y a cru comme des moutons.Depuis quand la Côte a-t-elle été instable parce qu'il lui manquait ce que lui apporte le projet de constitution en cours? La succession telle que voulue par la Constitution de 1960, bien que décriée a été respectée et appliquée. C'est le premier ministre d'alors qui faillit créer la zizanie.Dieu merci Bédié et les autres "garantistes"furent vigilants.Et c'est lorsque le même premier ministre s'est résolu à utiliser les armes que la constitution de 2000 fut foulée au pied et que d'une façon ou d'une autre,plus ou moins indignement, nous nous alignâmes tous. Alors de ce scénario seulement deux leçons à retenir, pas plus. *Aucune constitution ne peut empêcher qu'on la viole . *C'est la culture civique qui garantit le respect des institutions et donc leur stabilité. La ruse ou la dictature qui sont le lot des dirigeants africains ne peuvent qu'alimenter l'instabilité.
Rédigé par: Grah Jonas   le: Mardi 18 Octobre 2016
@Abdou Touré. Ce texte s'adresse à l'intelligence et manifestement vous n'en avez pas! Ce texte s'adresse à la raison et manifestement vous en êtes dépourvu. On parle avec l'esprit! Vous parlez avec votre estomac et vos pulsions! Dommage pour vous et les gens de votre espèce qui appellent à l'insurrection, qui en veulent aux étrangers mais vont pourtant ensuite se planquer dans les pays étrangers au premier coup de feu!
Rédigé par: MOMO   le: Mardi 18 Octobre 2016
@Abou Touré-Bien vrai que je puis etre d'accord avec toi sur certains points. Mais s'il te plait, le mot 'monoclore' n'a pas sa place dans cette discussion. Le FPI pouvait participer aux dernieres elections legislatives. Oui, on se rappelle que ce fameux parti a dit NON. Et sans doute qu'il ferait autant aux prochaines. Comme je le dis le FPI manque a toutes les occasions de prendre ses propres responsabilites. Il est dans l'attitude de 'la faute c'est les autres. On dit que les gens aiment parler du passe, lorsqu'ils voient que ton present et ton future sont reluisants. La phrase 'n'aie pas peur' est ecrit 365 fois dans la bible. Cette phrase est un rappel de DIEU qu'il ne faut pas vivre avec la peur. Et le comble avec ces opposants, est qu'ils pensent toujours que leurs mots ou phrases auront des oreilles pour entendre. Ce qui est certainement NON. Notre createur n'aime pas le mal, mais aime toujours l'auteur du mal.
Rédigé par: Martine Ahou   le: Lundi 17 Octobre 2016
@Abdou Touré! décidément il est en verve le Abdou Touré! 3 commentaires coup sur coup pour débiter des propos confus!!! On attend le quatrième et d'autres de la même verve! Monsieur Adou Touré! respirez un grand coup! Buvez un verre d'eau douchez vous avec la raison si possible et revenez avec des propos raisonnables! En réalité bouffi de slogans creux et de certitudes vous ne comprenez rien de rien à ce qui se passe en Côte d'Ivoire! le milicien que vous êtes, vous chefs et vos "intellectuels" organiques ridicules êtes déconnectés du peuple ivoirien que vous méprisez et qui vous le rend bien! Vous serez surpris dans les jours à venir!
Rédigé par: Pierre Ndoffou   le: Lundi 17 Octobre 2016
@ Abdou Touré. Ainsi vous pensez que le peuple ivoirien est plongé dans les ténèbres!! Pauvre homme! Vous feriez mieux d'allez vous instruire auprès du peuple vous et vos "intellectuels" intellectueurs ceux que vous encensez ! C'est bel et bien la frange minoritaire d'"intellectuels" ivoiriens aveuglés par leur suffisance de demi-lettré malgré leur agrégations et doctorats ronflant qui est plongée dans les ténèbres. Quand on ne sait pas ce qu'est une "République", une "démocratie constitutionnelle ce qu'est "une assemblée constituante" on la boucle! Quelqu'un disait que le malheur de l'Afrique Noire ce sont ces demi-lettré qui malgré leur diplôme ronflant ne savent en réalité rien.
Rédigé par: Affidoskas   le: Lundi 17 Octobre 2016
Franchement, une telle célébration me surprend quand il faut, au contraire, faire preuve d'esprit critique. Ce n'est pas parce que l'on soutient un système qu'il faut systématiquement approuver ce qu'il fait. Trop de généralités, rien de concret. Le jacobinisme c'est une centralisation excessive qui met en place un pouvoir exécutif qui a toutes les cartes en main. Une constitution qui consacre un pouvoir présidentiel trop important n'est pas propice à l'exerice des contre-pouvoirs. Il s'agissait de débarrasser la loi fondamentale des ferments de la division par l'ivoirité politique dont Henri Konon Bédié qui n'a jamais demandé pardon pour cela est bien le géniteur. Au lieu de cela, on nous impose un texte écrit à huis-clos, sans vraie consultation, un texte truffé de nouvelles institutions sans qu'on comprenne pourquoi cela est utile. Enfin, c'est franchement dommage d'avoir mis en place un mode de révision qui permet un passage en force par voie parlementaire, sans referendum. Et que dire d'un sénat dont des membres (1/3) sont nommés par le president. Notre pays n'a pas besoin d'une constitution qui consolide un pouvoir hyperexécutif avec capacité de nomination extraordinaire
Rédigé par: Abou Touré   le: Lundi 17 Octobre 2016
Dr Dieth Alexis, au lieu d'apporter un éclairage, à un peuple aveugle plongé dans les ténèbres politiques, comme le fait ton collègue Dr SOUMAREY Pierre Aly, que je félicite au passage pour ce travail appréciable qu'il fait, tu as fait le choix d'abrutir davantage les ivoiriens qui ont du mal à discerner le faux du vrai, à cause de la mangecratie à laquelle tu es abonné.
Rédigé par: Abou Touré   le: Lundi 17 Octobre 2016
Le fait de cette précipitation à faire adopter l'avant-projet de Constitution par une Assemblée monocolore et en fin de vie est en soit même une très grave régression, alors qu'on aurait pu attendre la nouvelle législature multicolore composée de plusieurs parties politiques. Cela prouve qu'il y a avait une légitime suspicion qui balaie tous les amphigouris avancés.
Rédigé par: Abou Touré   le: Lundi 17 Octobre 2016
Parler de régression, c'est presque du pléonasme. Car à l'évidence l'âge illimité sans aucun examen médical préalable, tout comme la désignation d'un vice-Président et de ses successeurs suivants ne participent pas à la consolidation de la démocratie. Il n'y a pas meilleur moyen de prendre la démocratie en otage, à la Poutine. Ainsi à 3 mois des élections le Président démissionne en faveur de son vice-Président qui aussitôt désignera le Président démissionnaire comme vice-Président. Comme les ivoiriens traumatisés ne connaissent pas la honte dans ce pays, alors on suivra le tour de passe-passe entre deux individus. Pendant ce temps les Présidents de la CEI et du CC sont bien callés dans leur fauteuil. Tous ces habillages grotesques ne lui donnent pas l'onction démocratique, notamment dans la procédure d'élaboration également. Dans tous les cas, inutile de se creuser les méninges. Qu'on le veuille ou pas, que seulement 10 personnes ou pas votent, nous savons tous que la seule super-voix de Bakayoko Youssouf suffit pour obtenir au moins 93% de voix, avec un taux de participation de 99,99999%. Donc ce ne sont que de futiles polémiques. Au fait, je commence à percer le jeu de Dr Dieth Alexis qui consiste à construire un discours paralogique pour permettre aux non-alignés de tirer à boulet rouge sur son soit disant mentor, lui se contentant dans son rôle de laudateur mangecrate. C'est bien malin ça!
Rédigé par: MOMO   le: Lundi 17 Octobre 2016
Il faut comprendre que nous vivons dans un systeme de causation et d'effect (c'est tout simplement la loi d'harmonisation). S'il ya une nouvelle constitution, c'est parcequ'il ya des raisons qui demandent la venue de cette constitution. Le FPI n'a pas su que c'est elle qui a cree la venue de cette constitution. Rien n'existe en isolation. Lorsque nous faisons quelque chose, nous impactons une autre chose. Certainement qu'un autre gouvernement apportera aussi des changements a cette nouvelle constitution, que sais-je? C'est comme la loi de polarite. Les gagneurs dans la vie s'associent aux gagneurs et les perdants font la meme chose. Le FPI a par ignorance sans doute, installe des maux dans notre societe qui doivent disparaitre. Sans doute que je supportes cette nouvelle constitution, mais il ya des points auxquels suis completement oppose, comme le SENAT et la VICE-PRESIDENCE. Le future nous en dira plus.