Comme Pelé en football et comme Muhammad Ali en boxe
Bédié, le roi de la politique ivoirienne !
le nouveau reveil - Publié le: 16-09-2016 - Mise-à-jour le: 16-09-2016 - Auteur: Denis Kah Zion
Bédié, le roi de la politique ivoirienne !
Il y a trois cassettes que j'aime à regarder, particulièrement, ces derniers temps pour la sensation terriblement intense qu'elles procurent au plus profond de mon être. Une qui retrace l'histoire d'un footballeur fabuleux, né Noir, qui aura marqué plus de 1.000 buts en or sur les terrains brésiliens, européens, américains, africains - il était en Côte d'Ivoire en 1966 aux temps glorieux du Stade d'Abidjan avec ses Yéyés - dont la carrière aura ébloui le monde entier et mis tous les commentateurs et chroniqueurs de la chose  footballistique d'accord, et pourtant, ce n'est pas son pays, le Brésil, qui a inventé le ballon rond, au point qu'il a été consacré, unanimement, sur tous les cinq continents, Roi. A 17 ans, 8 mois, il était champion du monde avec son pays, le Brésil.  Il s'appelle Arantes Do Nascimiento, alias Pelé ! Les autres joueurs étaient des as du ballon. Pelé, lui, transformait le ballon rond en boule de cristal !
L'autre cassette dont je ne me lasse jamais de regarder est celle de celui à qui le monde entier a attribué la palme d'or par le nom de « The Greatest », le plus Grand ! Noir comme Pelé, ancien descendant d'esclaves, partis d'Afrique, il aura séduit par sa rupture dans l'art de boxer. Il était la Rupture, tout court ! Lui aussi, très tôt, a été champion du monde de boxe. Il était le seul Noir à avoir refusé de servir sous les couleurs de l'armée américaine, au Vietnam pour ne pas tuer des gens qui ne lui ont rien fait. C'était révolutionnaire comme position dans les années 60 dans une Amérique dont la race blanche dominatrice était fortement raciste.  Mais, ce n'est pas sur ce plan, dirions-nous purement politique, que les hommes vont le juger et le proclamer Roi. C'est dans la boxe. Et l'on se souviendra éternellement du plus grand combat de boxe qu'il aura livré sur la vieille terre d'Afrique de ses ancêtres, au Zaïre de Mobutu Sessé Séko, en 1974. Il s'appelait, puisqu'il a quitté la terre des hommes en juin 2016, Muhammad Ali, the Greatest, le Roi de la boxe !
Ces deux exemples pour rappeler à notre mémoire commune et collective d'Ivoiriens que, depuis la mort du président Félix Houphouët-Boigny, il se trouve, sur le plan, beaucoup plus compliqué de la  politique où des individus sont passés champions des coups bas, il se trouve, dis-je, un homme exceptionnel de la dimension d'Edson Arantes Do Nascimento, dit Pelé et du boxeur Muhammad Ali dit Cassius Clay. Lui aussi a commencé très jeune à montrer ses aptitudes de roi, c'est-à-dire, celui qui est appelé à guider les autres. Né prince, il va devenir Roi et le rester. Frondeur positif et stratège, il aura marqué tous ses concitoyens, y compris le grand Félix Houphouët-Boigny, par la justesse de sa pensée et de ses décisions. Déjà très jeune, le premier président de la Côte d'Ivoire avait détecté le génie qui sommeillait en lui. Aux âmes bien nées. A 32 ans, il est ambassadeur de la Côte d'Ivoire aux Etats-Unis, la grande Amérique des Rockefeller, des Thomas Jefferson, des George Washington, des Malcom X, des Aretha Franklin, des Louis Armstrong, des Duke Ellington, et j'en passe. D'une intelligence, extrêmement aiguisée, il va tirer son épingle du jeu dans un monde  impitoyable où ceux qui ne savent pas manager sont broyés sans commune mesure.
Mais, c'est rentré au pays pour occuper le poste hautement stratégique de ministre de l'Economie et des finances dans un gouvernement d'un jeune Etat qui n'était indépendant que depuis 6 ans seulement que le jeune ambassadeur allait faire montre de ses talents insoupçonnés jusque-là. Henri Konan Bédié, puisque c'est de lui qu'il s'agit, allait allier finesse et sagesse. Et si nous étions en football ou en boxe, il aurait été champion du monde avec son « miracle ivoirien ». Une réussite unique dans une Afrique qui se cherchait et qui se cherche encore, ballottée à gauche et à droite par les ajustements  structurels de la finance internationale de Bretton Woods. Cette réussite d'orfèvre est à jamais gravée dans les annales de la finance mondiale. Sur ce plan, l'un de ses anciens ministres, feu Balla Kéita, disait de lui : « Vous ne savez pas que le président Bédié est un roi de la finance internationale? Au moment où vous dormez, il est sur toutes les Bourses pour chercher de l'argent pour la Côte d'Ivoire ».
Sur le pan politique de sa vie, Henri Konan Bédié aura marqué toutes les consciences. Ah, cette patience et cette fidélité, dignes de Pénélope, l'épouse d'Ulysse. Il s'est comporté en vrai roi et en vrai stratège aux côtés du président Félix Houphouët-Boigny jusqu'à sa mort.
Qui peut, aujourd'hui, à l'heure où on fête le 2ème anniversaire de l'Appel de Daoukro, lancé le mercredi 17 septembre 2014, que le président Henri Konan Bédié n'est pas le roi de la politique en Côte d'Ivoire ? Chiffrez un peu le nombre de visiteurs qui se rendent dans l'antre du «Bouddha» au pays des Ba-woulè-Agba. Toutes ses déclarations sont examinées avec minutie. Il s'en trouverait des inconscients qui profiteraient de cette auréole pour faire du chantage.
Le roi de la politique ivoirienne, Henri Konan Bédié, bien au contraire, aux côtés  de ses poulains, principalement, du chef de l'Etat, Alassane Ouattara, travaille inlassablement à consolider la paix, timidement revenue depuis le lundi 11 avril 2011.
Le samedi 17 septembre 2016, quand ce nom emblématique de Bédié sera prononcé dans son Daoukro natal, ce sera du contentement comme si on voyait Pelé jouer au football et Muhammad Ali boxer.
DKZ
Rédigé par: Yobo du Grand Nord   le: Mardi 20 Septembre 2016
Frère DKZ, C'est bien beau d'être un aussi grand roi aujourd'hui. On aurait, toutefois, applaudi à tout rompre si ce roi, d'aujourd'hui, nous avait évité tous ces grands malheurs issus de sa politique ''culturelle'' de l'Ivoirité. Pauvre suiveur !
Rédigé par: Abou Touré   le: Dimanche 18 Septembre 2016
@Francoise Trohze, merci!
Rédigé par: Abou Touré   le: Samedi 17 Septembre 2016
@Fouss, tu as raison. On pourrait donc dire qu'il est le Roi de toutes les merdes de la Côte d'Ivoire!
Rédigé par: Francoise Trohze   le: Samedi 17 Septembre 2016
bravo! Abou Toure, j'aime bien cette image, que c'est drolement comparatif sur le ring, et soit sur le terrain.
Rédigé par: Bonébo   le: Samedi 17 Septembre 2016
Dans ce jeu, le vrai faiseur de Roi est donc Ado. C'est bien parce que Ado a élevé Bédié, que tous voue à ce dernier autant de considérations et de visites. Tous savent que le tandem Ado-Bédié est décisif, le premier ayant très accès au second qui l'écoute et le consulte constamment (conformément à la promesse de campagne de Ado). C'est Ado qui est encore faiseur de parti. Sinon sous gbagbo, le pdci était en toute déliquescence, du fait des manigances de gbagbo. Merci à Ado. Remarquez qu'il n'est point besoin d'évoquer la belle parenthèse de l'ivoirité et de tous le silence coupable dont ce concept a bénéficié sur TOUTE la ligne politique du Pdci.
Rédigé par: Fouss   le: Samedi 17 Septembre 2016
Quoi de plus normal après être parti sur la pointe des pieds par un coup d'état et après avoir créer tous les problèmes que la Côte d'Ivoire a connu
Rédigé par: Abou Touré   le: Samedi 17 Septembre 2016
C'est ce qu'on appelle LAUDATEUR PROFESSIONNEL ou le GRIOT de service. Je ne savais pas que les Guérés sont devenus de si grands GRIOTS dépassant les virtuoses du Mali et de Guinée. Cela vaut certainement encore un autre mandat pour DKZ ! Evidemment le Sphinx qui ne bouge pas de sa position est devenu le point fixe vers lequel tous les touristes politiques accourent dans le cadre de la politique de soumission et d'arrangement bien connue. Une manière de réchauffer l'appel de triste mémoire, en oubliant l'alternance 2020 qui est pourtant devenu le point de discorde du Rassemblement Des Rebelles. Si j'étais ADO, je souscrirais à l'alternance 2020, pour faire taire les ambitions guerrières de ses poulains.
Rédigé par: Loethiers Mackan   le: Vendredi 16 Septembre 2016
Au pays des aveugles le borgne est forcément roi.Et ce monde est sans nul doute le RHDP qui s'en glorifie. Pour ce qui est de la Côte-d'Ivoire, il suffit de rappeler que le coup coup d'Etat de 1999, pépinière de toutes les misères qui s'en suivirent, est la réplique du poulain au fameux mandat d'arrêt et à la politique d'ivoirité du Roi. Peut-on alors vraiment dire que le Roi de Kah Zion a appris quelque chose d'Houphouët?
Rédigé par: Abou Touré   le: Vendredi 16 Septembre 2016
Pourquoi pas, il y a des boulangers enfarineurs qui se prennent pour des professionnels de la Politique. Il y a eu aussi des pères noël qui tiraient sur tout ce qui bouge. Au lieu des cadeaux c'était des balles réelle qu'il distribuait à ceux qui ne voulaient pas se tenir tranquilles. Il y a aussi les Solutions qui se sont transformées en Problèmes, avec des Bulldozers qui rasent tout sur leur passage, les bicoques de logis faits de tôles et de cartons, puis leurs baraquements de bois et de sachets qui leur servent d'ateliers, à tel point qu'ils pleurent en chantant Gbagbo Kafissa. Dans ce contexte, il est facile d'avoir un bon dribleur en politique. Même lorsqu'il tombe sur le terrain par un tacle bien posé par le papa Noël flingueur, il se relève pour poursuivre le jeu comme Pélé. Ainsi, il parvient à dribler tout le monde, même le Boulanger qui croyait avoir feinté tout le monde s'est fait prendre dans la pâte de farine en fermentation. Quant à la Solution qui s'en sert comme une balle, on se demande quand ce ballon lui échappera. Alors on saura qui est le vrai Roi de la roublardise politique ivoirienne. Alors, si tout cela est de la haute politique, pourquoi ne serait il pas le Roi dans ce marigot boueux et méphitique ivoirien, où les têtards aux tête volumineuses sont nombreux que les crapauds.
Rédigé par: Guede   le: Vendredi 16 Septembre 2016
Le pyroman devenu le pompier sauveur eeeeee politique deh !
Rédigé par: Gbaflimble Kouadio   le: Vendredi 16 Septembre 2016
I serai Roi si Un candidate pdciSe avant battu Dramane aux elections presidentielles. Maison I'll a eye polygon et Tres mal hon nette en vers Le parti.
Rédigé par: Akissi Delta   le: Vendredi 16 Septembre 2016
Faiseur de rois" est une expression qui s'appliqua historiquement originellement aux activités de Richard Neville (16e comte de Warwick) - "Warwick the Kingmaker" - pendant la Guerre des Deux-Roses en Angleterre. L'expression s'applique généralement à une personne ou un groupe qui a une grande influence dans une succession politique, sans pouvoir y être valablement candidat. Les faiseurs de rois peuvent user d'influence politique, financière, religieuse et/ou militaire dans la succession. En Game Theory / théorie des jeux, un faiseur de rois est un joueur qui n'a pas les positions ou les ressources suffisantes pour gagner une partie, mais qui a la possibilité de décider lequel de ses adversaires pourra éventuellement gagner. Dans un scrutin uninominal majoritaire à deux tours, un "troisième homme" ayant effectué un score important même si non décisif pourra, par les décisions qu'il prendra dans l'entre-deux-tours, fortement influer qui gagnera et c'est ce que Bedié a fait en faveur d'ADO dans la triangulaire Gbagbo, Bedié et Ado, du scrutin de 2010...
Rédigé par: Lago Tape   le: Vendredi 16 Septembre 2016
Oui, Bédié est devenu l'incontournable "faiseur de rois" de la politique en Côte d'Ivoire, d'autant plus qu'il n'a plus l'ambition d'être roi lui-même.