Fertilité: Le stress diminuerait de 45% les chances de tomber enceinte
AFP - Publié le: 15-09-2016 - Mise-à-jour le: 15-09-2016 - Auteur: AFP
Fertilité: Le stress diminuerait de 45% les chances de tomber enceinte
Accorder une place au bien-être dans son mode de vie serait essentiel, en particulier chez les femmes souhaitant devenir mères. En effet, un niveau élevé de stress chez ces dernières, en plus d'autres facteurs, affecterait la probabilité de concevoir un enfant.
Telle est la conclusion formulée par des chercheurs américains de l'université d'Emory (Atlanta, Géorgie) et de l'école de santé publique de Louisville (Kentucky), dont l'étude a été publiée le 21 août dans Annals of Epidemiology.

Des chances de tomber enceinte réduites de 45 % chez les femmes stressées

Les scientifiques ont analysé les données relatives à 400 femmes âgées de 40 ans ou moins. Il a été demandé aux volontaires de tenir pendant huit mois un journal en y renseignant régulièrement des informations concernant leur niveau de stress, leur cycle menstruel, leurs rapports sexuels et leur consommation de café, d'alcool et de tabac.
Bilan : de fréquentes analyses d'urines ont permis d'établir un lien entre ces facteurs et le degré de fertilité des participantes. Ainsi, les chances de tomber enceinte seraient réduites de 40 % chez les femmes ressentant un niveau important de stress au moment de l'ovulation. De façon générale, la probabilité de concevoir un enfant serait réduite de 45 % chez les futures mères fortement stressées.
 
« De nombreuses personnes sont sceptiques concernant le rôle joué par les facteurs émotionnels et psychologiques sur la fertilité. J'espère que ces travaux pourront provoquer la prise de conscience à la fois des médecins et du grand public que la santé psychologique et le bien-être sont aussi importants que les autres facteurs impactant la fertilité comme le tabagisme, la consommation d'alcool ou l'obésité quand il s'agit de concevoir un enfant », commente le Pr Kira Taylor, épidémiologiste et responsable de ces travaux.
Rédigé par: momo   le: Vendredi 16 Septembre 2016
'Le fait que les femmes continuent à être enceintes quand ells sont violées en temps de guerre (en RDC, Syrie, Bosnie, Lybie, Sud-Soudan, Somalie...) montre bien que, même intense, le stress n'est pas contraceptif.' Je crois que ce passage ne dit pas tout. La femme dans ton cas n'a pas ete soumise sous un stress constant bien avant le viol ou autre. Dans le cas de l'article, on parle du fait qu'une femme ait une envie de concevoir mais parceque elle ou son partenaire se trouve sous une forme constante de stress (le travail, les finances, etc..), alors tout ceci est nefaste pour les cellules reproductrices, car il faut savoir que le stress produit des toxines dans le corps. Ceci est different du cas elucide dans ton passage et il n'ya pas de corrolaire direct entre le viol des femmes qui reproduisent et celles qui sont sous un stress constant et qui eprouvent l'envie de reproduire mais qui ne peuvent pas.
Rédigé par: momo   le: Jeudi 15 Septembre 2016
100% en accords avec cet article. Et j'irai encore plus pour dire que les petits maux jusqu'a certaines maladies trouvent leurs causes dans le stress quotidient. C'est en ce sens qu'on conseile de ne prendre les choses trop au serieux et d'eviter de penser a un future desageable qui risque de ne jamais arriver. Les personnes avec les crises cardiaques vous en diront plus sur le facteur stress. Le stress bouleverse l'harmonie de notre corps interieur et l'amene a secreter des toxines mauvaises pour ce corps.
Rédigé par: Lago Tape   le: Jeudi 15 Septembre 2016
Oui, beaucoup de travaux scientifiques confirment le lien entre stress et infertilité de la femme, mais les mécanismes sous-jacents restent inconnus. Un nombre important de couples sont confrontés à des difficultés pour concevoir sans qu'aucune cause fonctionnelle ne soit mise en évidence chez l'un ou l'autre des partenaires. Parmi les facteurs environnementaux qui peuvent perturber la fertilité, le stress est souvent évoqué. Intuitivement, on peut effectivement penser qu'un état de stress chronique n'est pas favorable à la conception. Mais en fait il existe, encore aujourd'hui, très peu d'arguments scientifiques pour justifier cela. Les effets de stress physiques (malnutrition, violences et brutalité du partenaire,.) sur la fertilité des femmes ont, eux, été démontrés. En perturbant le fonctionnement de l'axe hypothalamo-hypophysaire dans le cerveau, ceux-ci modifient les sécrétions de certaines hormones, dont celles de la fécondité. Le stress psychosocial pourrait ne pas agir de la même façon: Le fait que les femmes continuent à être enceintes quand ells sont violées en temps de guerre (en RDC, Syrie, Bosnie, Lybie, Sud-Soudan, Somalie...) montre bien que, même intense, le stress n'est pas contraceptif. Il s'agit donc pour l'instant de l'observation de deux phénomènes concomitants (stress et infertilité), et non pas de la mise en évidence d'un lien de cause à effet.