Congo-Brazzaville : réaction des Etats-Unis au référendum du 25 octobre
VOA - Publié le: 07-10-2015 - Mise-à-jour le: 07-10-2015 - Auteur: VOA
Congo-Brazzaville : réaction des Etats-Unis au référendum du 25 octobre
Dans un communiqué du Département d'Etat daté du 6 octobre 2015, le porte-parole Mark Toner a déclaré que les Etats-Unis ont noté avec préoccupation la décision du président de la République du Congo Denis Sassou N'Guesso de tenir un référendum sur une nouvelle constitution qui éliminerait les limitations du nombre actuel des mandats et lui permettrait de se représenter à la fin de son mandat en 2016.
Comme l'a dit le président Obama dans son discours à l'Union africaine, Nelson Mandela et George Washington « ont forgé un legs durable non seulement à cause de ce qu'ils ont fait au pouvoir, mais aussi parce qu'ils étaient prêts à quitter le pouvoir et à transférer le pouvoir pacifiquement. »
Le président Obama avait aussi souligné que lorsqu'un « leader essaie de changer les règles du jeu en milieu de jeu rien que pour rester au pouvoir, il y a risque d'instabilité et de troubles - comme nous l'avons vu au Burundi. Et c'est souvent la première étape vers un chemin périlleux. »
Les Etats-Unis réitèrent que des transitions régulières, pacifiques, et démocratiques offrent un mécanisme dynamique et sain aux citoyens pour tenir leurs leaders politiques responsables de leurs actes et promouvoir une stabilité à long terme. Aucune démocratie n'est bien servie quand son leader modifie sa constitution à des fins personnelles ou politiques, conclut le communiqué du Département d'Etat américain.
Rédigé par: Zan   le: Samedi 10 Octobre 2015
Aux USA il y a alternance a la presidence mais pas ds le pouvoir legislatif. Les gens y sont senateurs ou congressmen pratiquement a vie.
Rédigé par: papus   le: Jeudi 8 Octobre 2015
Dans ce debat relatif a la limitation des mandats presidentiels en Afrique, il faut se feliciter de la position Americaine qui est toujours constante, a savoir permettre l'alternance apres 2 mandats Revenons a cette reforme Congolaise qui instaure un mandat de 5 ans renouvellable 2 fois soit 15 annees nouvelles de SASSOU apres 30 ans deja de pouvoir soit un total de 45 ans d'exercice de pouvoir. Et si DIEU lui prete longue vie, il aura 87 ans au terme de ces 3 mandats qui se profilent a l'horizon.L'individu, etant venu par deux fois au pouvoir par la force, il appartient au peuple du CONGO par une mobilisation de la societe civile et des syndicats pour dire NON a cette forfaiture qui est une insulte a l'intelligence humaine Comment une seule personne peut-elle s'arroger le droit de vouloir diriger un pays pendant 45 ans?
Rédigé par: ka   le: Jeudi 8 Octobre 2015
A tous les internautes de Lebanco.net qui minimisent la charte Africaine de l'UA sur la démocratie sachent que la France a utilisé cette Charte avec argument et légitime pour déloger GBAGBO et sa bande en aidant les pros Ouattara : Et quand il s'agit d'un autre pays pauvre comme le Burkina dont l'ami De Ouattara qui est Blaise Compaoré qui tuait son peuple quand il veut, ou il veut avec son RSP, tout le monde se tait et veulent prendre parti de ce criminel et son ami Ivoirien. Le peuple Burkinabé et sa transition a su utilisé cette charte de la démocratie de l'UA avec le code électorale pour exclure Blaise Compaoré et sa clique pour les élections couplées de 2015, sans touché les membres de son parti, surtout dissoudre un régiment terroriste et arrêter ses responsables juridiquement selon la charte de la démocratie de l'UA que Ouattara veut ignorer en protégeant un criminel dans son pays. Selon la charte de la démocratie de l'UA, Denis Sassou N'Guesso n'a pas le droit de modifier la constitution pour s'éterniser pouvoir: L'UA doit impérativement intervenir.
Rédigé par: Akobla   le: Mercredi 7 Octobre 2015
@Abas Nicolas, bonjour à vous. Oui vous avez bien raison de le souligner. Je pense pour ma part et cela n'engage que moi encore une fois que pour eux c'est la seule manière de gagner encore et toujours beaucoup d'argent surtout qu'avant d'y accéder ils étaient en majorité des moins nantis et souvent des portes cartables n'ayant jamais su faire quelque chose de par leurs réels niveaux ou intelligence c'est selon. Présidents c'est plus facile qu' ils se servent sans se gêner dans les caisses de l'Etat, et c'est le contribuable qui paie la note salée... Mais aussi tous les privilèges qui vont avec sans oublier l'impunité dont ils jouissent. Comment pourraient ils demain n'étant plus président mener le train de vie qu'ils mènent en faisant profiter leurs familles et les suiveurs ? A côté de ça il y a les puissances qui profitent de ce genre de personnage pour se procurer ce dont elles ont besoin contre cécité organisée, puis quand le moment vient ces dernières préfèrent changer de candidats car souvent devenus TROP GOURMANDS et les grandes puissances ont du mal à les gérer ... Une fois installé président c'est le POUVOIR QUI COMPTE ET LE GARDER SEULEMENT PEUT IMPORTE LA MANIERE POUR EUX, LE GARDER c'est tout. Je ne crois pas à d'autres raisons mais peut être que d'autres raisons existent aussi qui me sont inconnues... Bien à vous. Akobla
Rédigé par: Djedou   le: Mercredi 7 Octobre 2015
Abas , ils veulenet mourir au pouvoir de peur de devoir fair face a la justice pour les crimes commis . Tu ne me dira surtout pas que tu ne sais pas les crimes commis par sassou lors de la geurre civils au congo .
Rédigé par: lejumeau   le: Mercredi 7 Octobre 2015
Chaque dirigeant mérite son peuple et non le contraire comme l'on a tendance à nous le faire croire.Il appartient à ce vaillant peuple du Congo de se battre pour se défaire des chaine de SASSOUFIT. Dans tous les cas, certains de nos présidents africains, entourés de courtisans ne veulent pas concevoir une autre vie en dehors des palais dorés.Et pire, beaucoup y sont parvenus par les armes.
Rédigé par: Abas Nicolas   le: Mercredi 7 Octobre 2015
Il y a une question que nous devons nous poser: Pourquoi les Présidents Africains veulent tous mourir au pouvoir?
Rédigé par: Beugré Julien   le: Mercredi 7 Octobre 2015
Voici un africain qui veut mettre le feu à son pays. Que dit le syndicat des Présidents Africains(UA)? Rien. Pour après condamner les violence.