L'Editorial
Présidence de la CEI : Pauvre FPI !
lebanco.net - Publié le: 09-09-2014 - Mise-à-jour le: 09-09-2014 - Auteur: Séry Pouamon
Présidence de la CEI : Pauvre FPI !
 
 
La  loi est toujours difficile à appliquer pour un parti qui s'est très souvent et abusivement réclamé père  de la démocratie en Côte d'Ivoire. De quoi s'agit-il ? Le président de la CEI, Yousouf Bakayoko  a été réélu président et voilà que le FPI, qui a boycotté son élection, crie à l'exclusion. Pauvre FPI, serait-on tenté de dire.
Certes, je ne fais partie de ceux qui ont applaudi des deux mains, son élection car j'estime qu'il a une part sinon active, mieux décisive, dans la crise postélectorale avec ses « hésitations suspectes », alors même que la victoire du Dr Alassane Ouattara était sans ambiguïté. Cependant, j'ai tenté de me creuser les  méninges pour comprendre l'attitude du parti aux deux doigts qui demandait, sans grande conviction dès le départ, une élection consensuelle, une façon pour lui de réclamer que la présidence de l'institution électorale revienne au FPI.
Ne soyons ni dupes ni hypocrites. Qu'a fait le FPI, depuis la fin de la crise postélectorale (née de la volonté de ses plus braves thuriféraires de conserver le pouvoir) pour mériter cet honneur ? Rien.
Ses faits d'armes sont connus : refuser de reconnaître la victoire du président élu dans les urnes, nier  sa  responsabilité dans la mort de 3000 Ivoiriens, appeler à boycotter toutes les élections locales (des législatives aux régionales en passant par les municipales), lancer des appels au boycott actif du recensement des populations, demander à ses sympathisants de ne pas répondre aux appels à « comparution » de la CDVR, répandre des rumeurs sur les dirigeants et accessoirement prier pour la mort (sic) du Président.
Alors que le gouvernent Duncan a répondu à toutes (ou presque) les demandes du FPI notamment la libération des prisonniers et le dégel des comptes. Non le FPI ne mérite pas et ne doit pas mériter de la Nation.
Je persiste dans ma logique selon laquelle après la rébellion du Guébié de 1970, il y a eu  le miracle ivoirien. Après la rébellion des pro-Gbagbo lors de la crise postélectorale, la Côte d'Ivoire sera émergente en 2020. Avec ou sans le FPI !
Séry Pouamon
Rédigé par: togononi   le: Dimanche 14 Septembre 2014
Voila un parti politique qui revendique la paternité de la démocratie en Côte d'Ivoire ,et qui veut le pouvoir accepte que le poste du président de la CEI soit nommé ,oubliant que nous ne sommes plus dans une situation de crise.Accuser Yssouf Bakayoko d'être un acteur majeur dans cette crise post-électorale est faire preuve de mauvaise foi ,car nous savons tous que les frontistes avaient mis en place une milice autour du siège de la cei pour empêcher la proclamation des résultats qui étaient vraisemblablement défavorable à Laurent Gbagbo. Certes pour éviter de donner du grain à moudre au fpi ,le gouvernement aurait dû le faire remplacer .Mais n'aurait -il pas faire dire par le même fpi que son remplacement prouvait que Yousouf Bakayoko était la cause de cette crise? J'affirme ici que le fpi est conscient que sans Gbagbo ils seront rien sur l'échiquier politique.
Rédigé par: Fognon   le: Jeudi 11 Septembre 2014
Voila la VRAIE EMERGENCE de la Cote D'Ivoire bien soulignee par Forestier,Akobla, Collette Demaison, Jean Jacques,et Faty DD.Des citoyens de souche et de source qui ont vu, etant assis, ce que les autres manquent de voir etant debout.Pourquoi vouloir encourager la betise humaine? Pourquoi faciliter les proprietes destructives d'une bande de crapules pour qui l'interet collectif, publique et meme individuel est le moindre de leurs soucis? Ce parti s'est signale avec des degats,et au sommet de l'etat c'etait destruction totale et, ayant perdu le pouvoir, ils s'entre-dechirent; vous croyez qu'ils vont epargner qui que ce soit? L'amertune,l'agonie de la defaite, la reduction a sa plus simple expression les rendent aveugles, instables moralement, intellectuellement, reveillent en eux le monstre du degat. Ce parti ne peut jamais se separer de la violence sous toutes ses formes. Ado et ses allies et sa clique doivent se rendre a l'evidence: ne plus faire une concession d'un millimetre au FPI; l'ignorer royalement,le ZAPPER comme l'a si bien dit et ecrit La Tres Chere Soeur Akobla. A+
Rédigé par: Akobla   le: Mercredi 10 Septembre 2014
Vraiment qu'est qu'on peut dire encore de l'âne bâté qu'est le FPI ? Têtu et arrogant, manipulateur et calculateur à souhaits, menteur comme un arracheur de dents et j'en passe et des meilleures. Rien ne peut ni aujourd'hui ni demain arrêter la mauvaise foi du FPI qui l'utilise à foison pour soit faire dix pas en arrière et d'autres fois pour laisser croire qu'ils font des efforts lorsqu'il s'agit d'obtenir encore plus qu'on ne leurs a déjà octroyé. C'est un jeu de dupes depuis toujours avec eux et particulièrement depuis qu'ils ont perdu le pouvoir et entraînés le pays dans l'abîme et ils savent bien que c'est là leur seule voie possible pour tenter de perdurer dans le paysage politique. S'ils ne se faisaient pas ainsi remarquer, maintenant que les ivoiriens ont les grands ouverts ce parti ne pourrait plus prospérer. Donc on tire sur la corde sensible autant qu'on peut et on tente ainsi de crier au Loup et de ce faire passer pour le berger qui serait attaqué à chaque fois bien qu'il ne fasse jamais rien ! C'est parce que l'on donne TROP D'IMPORTANCE A CE PARTI là qu'il AGIRA TOUJOURS AINSI. Si on ZAPPE CLAIREMENT LE FPI, personne en CI n'en mourra... Mais par contre EUX N'Y SURVIVRAIENT PAS, alors qu'est QU'ON ATTEND POUR LES ZAPPER ??? Akobla
Rédigé par: Faty DD   le: Mercredi 10 Septembre 2014
Merci Sery Pouamon pour cette analyse on ne peut plus claire. Le FPI agit exactement comme le bebe qui fatigue sa mere a longueur de journée en lui disant : " Prends-moi, laisse-moi ! Prends-moi, laisse-moi "A la fin, la mere finit par le laisser pleurer afin de pouvoir vaquer a ses occupations. Le FPI ne se réjouit point des progrès enregistres en Cote d Ivoire. Ils savent au moins que tout se passe très bien sans eux et cela, il ne le supporte pas. On a tout fait pour le fpi, il ne veut rien savoir. Laissons-le la ou ils veulent être. Un front reste un front.
Rédigé par: jean-jacques   le: Mercredi 10 Septembre 2014
Que penser d'un parti,qui règle ses différends à grands coups de bastons. C'est le spectacle affligeant que le Fpi, a montré il n'y a pas si longtemps. L'ultra violence est une seconde nature inhérente à ce parti.Vous imaginez bien,que s'il ne siège à la CEI ce n'est pas une grosse perte on fera sans eux mème si cela est dommageable pour la bonne marche de notre jeune démocratie.
Rédigé par: Collette-Demaison   le: Mardi 9 Septembre 2014
Meme si on donnait la presidence de la cei au fpi, et qu' ils allaient au election (avec qui a la tete ? ) ils echoueront lamentablement, ils font du bruit pour rien. Les elections se passent dans les urnes je crois, ils aiment tellement la tricherie qu'ils croient que c'est le president de la CEI qui elit un PR de la republique, ho honte, 1000 fois honte. Vs n'aviez pas en son temps preferez youssouf Bakayoko a Manbe , pourquoi criez-vs au scandal aujourd'hui?
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Mardi 9 Septembre 2014
L'analyse est correcte. On ne voit pas pourquoi le FPI qui boycotte systématiquement toutes les élections depuis 2010 jouerait quelque rôle que ce soit dans la CEI. Puisque les élections n'intéressent pas le FPI, la CEI ne doit pas l'intéresser non plus. Qu'a fait le FPI en général depuis la fin de la crise ? Rien, sauf ramer dans le sens contraire de la marche.