Logements sociaux
La direction du logement et de la copropriété veut sévir
lebanco.net - Publié le: 15-08-2014 - Mise-à-jour le: 15-08-2014 - Auteur: ARS
La direction du logement  et de la copropriété veut sévir
La direction  du logement  et de la copropriété  a animé le jeudi 14 août, au cabinet  du ministère  du logement sis au 26ème étage de la tour D. Il s'est agit pour  M. Koalla Célestin, directeur  central du logement et de la copropriété de faire l'état des lieux de  la copropriété et les nouvelles mesures prises en vue d'inciter les occupants des cités à payer les droits de copropriété.
 
''Qu'est ce que la copropriété et son fonctionnement.  Etat des lieux et mesures prises  pour contraindre les  occupants  des logements sociaux  et économiques''. Tels ont été les  thèmes spécifiques autour desquels  s'est déroulée la conférence qui a pour principale animateur, M. Koalla Célestin. Le conférencier a expliqué que « la copropriété est un régime juridique de tout immeuble ou groupe d'immeubles bâtis dont la propriété est repartie par lots et comprenant chacun une partie privative et une quote-part  des parties communes ».  Le conférencier a dépeint une situation peu reluisante en ce qui concerne l'état  des  lieux. Selon lui, « le  désengagement de l'Etat  suite à la crise économique des années 1980, les résidents de ces quartiers ont été obligés d'assurer eux-mêmes la gestion de l'environnement urbain que l'Etat ne prenait plus en charge ».  Selon  M. Koalla Célestin, la gestion est encore plus alarmante au niveau des édifices privés. « Quant aux sociétés de promotion immobilières privées après la cession des logements, il n'existe aucun système de gestion de la copropriété. C'est ainsi que sans y avoir été préparés, les acquéreurs des opérations immobilières se sont retrouvés à gérer la copropriété. De cette situation, plusieurs difficultés sont nées telles que le refus de payer les charges liées à la copropriété » a précisé le conférencier. Dans un souci de faire comprendre les uns et les autres sur l'importance de la copropriété, de nouvelles règles ont été prises par le ministère de la construction du logement de l'assainissement et de l'urbanisme. Il s'agit du décret  N° 2013-225 du 22 mars 2013 portant réglementation du statut de a copropriété modifié et complété par celui du N° 2014-26 du 22 janvier 2014. Selon le conférencier, ces nouveaux textes, adoptés par le gouvernement portent sur « l'obligation pour les copropriétaires de payer les charges de copropriété ;le prélèvement des cotisations à la source par un service public de concessionnaires ; la mise à  disposition par arrêté ministériel de la liste des syndics professionnels agréés ; la gestion des cités  par  des professionnels de l'immobilier installés et encadrés  par la  direction du logement  et de la copropriété, ce qui  permettra d'assurer l'entretien des habitats collectifs et cités résidentielles ; la vulgarisation des principes et règles en matière de copropriété ; l'amélioration des rapports de bon voisinage et du respect des règles d'urbanisme pour maintenir et préserver l'harmonie des quartiers ». Aussi, M. Koalla Célestin a-t-il fait savoir que dans la mise en ouvre de ce projet, des actions sont menées dont la désignation par les maires  des points focaux, la formation de 130 jeunes en vue d'aider à une meilleure gestion de  la copropriété et la préparation  des cérémonies de lancement  dans les communes d'Abidjan du programme de ravalement des façades aussi bien des bâtiments publics que privés. Sur la question donc du ravalement des  façades, le directeur central du logement  et de la copropriété a signifié que «  l'une de nos préoccupations  n'est pas que le ravalement des façades  soit un effet de mode. La méthode a changé. Nous avons associé les maires. Le gouvernement va donner l'exemple pour que les  ministères puissent procéder au ravalement des façades des bâtiments publics et privés à Abidjan et à l'intérieur du pays ». A la question  de savoir si le payement de la copropriété n'est pas une taxe de trop pour le citoyen, le conférencier a répond par la négative. « Ce n'est pas une taxe supplémentaire. Nous voulons que le recouvrement des copropriétés se fasse autrement.  Nous avons demandé au syndic de nous sortir le mécanisme par lequel l'on peut payer. C'est peut être sur les factures d'électricité et d'eau ». Rappelons que dans sa composition, la copropriété est composée d'une assemblée générale des copropriétaires qui est chargée de prendre les décisions relatives à l'administration et à la gestion de l'ensemble immobilier. Ensuite d'un conseil syndical désigné par l'assemblée générale et a pour mission d'assister le syndic et de contrôler sa gestion. Il est composé d'au moins 3 copropriétaires. Et enfin, du syndic qui quant à lui est l'instance opérationnelle. Il est chargé de la gestion du quartier ou de la cité au quotidien (veiller à la bonne sécurisation du quartier et à la préservation des espaces verts, à l'entretien de bon voisinage et à la maintenance de la salubrité).
 
ARS
 
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Lundi 18 Août 2014
Tout ça ce n'est que gesticulations inutile. Entre les autorités qui reculent à prendre et appliquer des décisions énergiques parce qu'on va entrer en période pré-électorale et qu'il ne faut pas donner aux gens des raisons de plus de "mal voter" et les "petits arrangements" qu'on trouve toujours quand, le couteau sous la gorge, il faudrait appliquer les décisions, rien en se fait jamais. Au niveau du ravalement, par exemple, ça fait des mois et des mois qu'on dit qu'il est obligatoire de ravaler les façades. Cela n'empêche qu'Abidjan est toujours aussi sale.
Rédigé par: ouattara   le: Samedi 16 Août 2014
il était vraiment temps que le ministère en charge des logements prenne cette décision,nos lieux d'habitation,les façades extérieures,sont dans un état préoccupant. Locataires,propriétaires, personne ne veut cotiser,modestement,1000 fcfa,afin que nous ayons un cadre de vie propre. J'encourage le ministère à aller très fort, parce que, il y a du travail,nous sommes difficiles, la seule chose,le seul langage bien compris, c'est la répression. Nous vous encourageons messieurs les responsables en charge de ce dossier.
Rédigé par: Lago Tape   le: Samedi 16 Août 2014
En effet les copropriétaires ivoiriens perçoivent des loyers mais ne font aucun entretien, même pas la peinture des façades de leurs maisons et immeubles. L'Etat ivoirien ainsi que les municipalités perçoivent les impôts et les taxes mais ne ramassent pas les ordures et aucun entretien des espaces verts n'est effectué, sans compter que c'est l'anarchie totale. Il n'y a pas de zonage et en pleine zone résidentielle, il y a des maquis qui ouvrent avec toutes les nuisances (bruits nocturnes, saleté, bagarres et prostitution, sans compter les rats et les souris attirés par les saletés.) Bref, oui, il est temps que ce grand désordre cesse ! Dans les autres pays, notamment en Afrique du sud ou en Afrique du nord, les propriétaires sont tenus de repeindre la façade de leurs maisons et de leurs immeubles, et d'entretenir les ascenseurs et les cages d'escaliers, sinon la Mairie ou l'Etat le fait à leur place en infligeant une amende aux propriétaires indélicats. En Côte d'Ivoire, la corruption endémique fait qu'une telle mesure est inapplicable dans les faits.