Luttre contre Ebola
Les femmes Guineennes montrent la voie a suivre
le pays - Publié le: 15-08-2014 - Mise-à-jour le: 15-08-2014 - Auteur: Outélé KEITA
Les femmes Guineennes montrent la voie a suivre
Face à la propagation du virus Ebola dont le nombre des victimes a dépassé la barre des mille morts en Afrique de l'Ouest, la peur et l'inquiétude gagnent de plus en plus le continent ; l'heure est à la mobilisation générale. Mais l'Afrique dont on sait qu'elle est un continent démuni, n'a pas, comme toujours, grand-chose à proposer pour contrer la maladie.
 
Les infirmières guinéennes ne reculent pas devant le danger pour faire leur travail
 
Sa classe dirigeante, dans sa grande majorité, a fini de faire la preuve de son manque de vision à long terme, dans la prise de décisions importantes qui engagent la vie du continent. Elle s'illustre mieux dans le pilotage à vue qui lui impose, de facto, une gestion quotidienne des problèmes. Dans ces conditions, l'Afrique sera toujours surprise par les événements et continuera de parer au plus pressé et au plus urgent, là où l'on attend d'elle qu'elle fasse preuve de vision et de maturité, par la prise de décisions énergiques et de mesures efficaces, à la hauteur des fléaux qui s'abattent sur ses populations. Mais une fois de plus, l'espoir repose encore et toujours sur l'Occident, pour trouver le remède à cet autre fléau.
Dans le cas de la Guinée, tout porte à croire qu'il y a eu un certain laxisme et que la menace d'Ebola n'a pas été suffisamment prise au sérieux dès le départ. Cela expliquerait la propagation rapide du virus qui sème aujourd'hui la peur panique dans le monde entier.
Toutefois, il faut saluer le courage exemplaire du personnel soignant en Guinée, plus particulièrement des infirmières qui ne reculent pas devant le danger pour faire leur travail. Quand on sait que ce corps y a déjà payé un lourd tribut, par la perte d'au moins 25 de ses membres, il faut saluer ce courage exceptionnel de femmes qui, malgré le danger, se sentent tenues par le serment d'Hippocrate qu'elles ont prêté. Morceau choisi : « quand tu es devant un malade, tu ne peux pas fuir. On a choisi ce métier et c'est pour ça qu'on est là », dit l'une d'elles.
 
Il faut faire de la protection du personnel soignant, une priorité dans cette lutte contre Ebola
 
A l'analyse, l'on peut dire qu'elles vont même au-delà de leur serment, en faisant preuve d'humanisme à l'endroit des malades qu'elles refusent d'abandonner. Leur mérite est d'autant plus grand que sur le continent, bien des dirigeants sont loin de tenir les serments qu'ils ont eux-mêmes librement prêtés, face à des situations bien moins dramatiques, qui engagent pourtant la destinée de leur peuple. Par cet acte, ces amazones de Guinée viennent de leur montrer le chemin de l'honneur et de la responsabilité ainsi que le sens de la parole donnée. A la face du monde, elles donnent un exemple éloquent d'esprit de sacrifice pour le bien des populations. Et l'histoire le leur revaudra.
Aussi, il faut espérer que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) prendra acte de l'abnégation de ces femmes, pour faire de la protection du personnel soignant, une priorité dans cette lutte contre Ebola. Plus ces personnes se sentiront protégées, mieux elles pourront s'engager avec moins de craintes pour elles-mêmes et pour leurs familles qui sont, pour l'heure, tout aussi exposées.
Par ailleurs, la communauté internationale doit se sentir interpellée par le cri du coeur de ces femmes, de ces mères aux mains nues, qui refusent de rendre les armes devant Ebola, là où beaucoup, par instinct de survie et de conservation, n'auraient pas hésité un seul instant à tourner le dos à leur serment, pour sauver leur vie d'abord. C'est en cela que leur mérite est grand et que leur action est de haute portée. Elles savent bien qu'en cas de contamination, il n'y a pas encore de médicaments, mais elles y vont quand même. Si seulement leur exemple pouvait servir !
 
Outélé KEITA
 
Rédigé par: Forestier de Lahou   le: Vendredi 15 Août 2014
Cet article c'est n'importe quoi. Les infirmières ne prêtent pas le serment d'Hippocrate !
Rédigé par: souley   le: Vendredi 15 Août 2014
Mr keita, si c'est ton nom; tu es connu de tous les lecteurs de ce site; tes prises de positions ne peuvent nullement surprendre. Je voudrais tout simplement te demander de te comparer a ces femmes( pas en soignant) parceque tu n'es pas du corps medical , et meme si tu l'etais j'avoue que tu participerais a l'achevement des patients dans le seul but de ternir l'immage de Alpha Conde et de sun gouvernement. Faire comme ces braves femmes, veut dire, qu'au lieu de perdre ton temps dans des accusations non fondees, tu ferais mieux de sensibiliser ta famille guineenne en les invitant a respecter les regles elimentaires d'hygiene. Reveillez vous(toi et ceux de ta cathegorie),le moment ou votre campagne d'intoxication pouvait nuir a la Guinee, est depasse. plus rien ne vous reussira dans ce pays; les guineens ont compris votre motivation.
Rédigé par: Abou Touré   le: Vendredi 15 Août 2014
Que Dieu vous protège!