Mais si l'on ne peut pardonner, cela ne vaut pas la peine de vaincre(Victor Hugo)
|
login
|
Email alertes
|
|
publicite
|
rss
Violences en Côte d'Ivoire
La traque des opposants s'accentue
Article publié le: 27 Août 2012 - Auteur: H. Marie Ouédraogo - Source: lobservateur.bf
Justin Koné Katinan, porte-parole de l'ex-président Gbagbo, a été arrêté ce vendredi à Accra, où il avait trouvé exil dès la fin de la crise. De deux donc pour la justice ivoirienne qui, en juin dernier, avait réussi à mettre la main sur l'ancien ministre de la défense Moïse Lida Kouassi, extradé depuis le Togo. Cette fois-ci, c'est au tour d'une des chevilles ouvrières de l'opposition en exil d'être rattrapé par son passé. Poursuivi pour crimes économiques, l'ancien ministre du Budget est considéré par Abidjan comme l'un des instigateurs du braquage des agences ivoiriennes de la BCEAO durant la crise postélectorale.

«Nul ne sera épargné» par la justice, avait déclaré le président Ouattara, au lendemain des tueries de Duékoué qui, en juillet dernier, avaient replongé la Côte d'Ivoire dans une flambée de violence. L'arrestation de ce «dur» du camp Gbagbo intervient en plein regain de tension après des vagues successives d'attaques menées contre l'armée et imputées à des miliciens et militaires pro-Gbagbo bénéficiant du soutien d'exilés au Ghana. La dernière échauffourée en date a fait, samedi dernier, 6 morts dont trois civils dans la localité de Grand-Lahou à seulement 140 km de la capitale économique.

Justin Koné Katinan était donc attendu de pied ferme à Abidjan, d'où une délégation était partie le chercher. Mais il faut dire que son extradition n'était pas gagnée, car, côté ghanéen, c'est avec beaucoup de réticence que la nouvelle de l'arrestation de l'illustre réfugié politique a été annoncée. Et de là à le livrer à la justice de son pays. c'est dire qu'au moment où nous tracions ces lignes, l'ancien ministre était peut-être en route vers son destin.

Sauf erreur ou omission de notre part, c'est la première fois qu'un opposant au régime d'Alassane Ouattara est arrêté au Ghana, devenu jusque-là pour les exilés Ivoiriens un véritable sanctuaire à l'abri des coups de filet de la justice des vainqueurs.

Est-ce le signe d'un changement d'attitude vis-à-vis de ces étrangers devenus bien encombrants, surtout après le décès de leur hôte le 24 juillet dernier ? Le moins que l'on puisse dire à ce propos, c'est que le nouveau président ghanéen, John Dramani Mahama, est bien disposé à aider son voisin Alassane Dramane Ouattara à sécuriser son territoire et, par la même occasion, son pouvoir.



H. Marie Ouédraogo
Les réactions
 
Yao Yao  a écrit
27 Août 2012 03:30:54
Enfin vous avez la chance cette traque avec la justice et pas avec les escadrons de la mort comme il l'ont faient en liquidant de haut responsable de ce pays
 
Akobla  a écrit
27 Août 2012 10:57:24
Cela me rappelle après la crise post électorale, quand on les avaient mis à l'aise à la Pergola et qu'ils pouvaient manger, dormir tranquille, ça se plaignait que oui on les maltraite, c'est rentré ici, c'est sortie là et patati et patata, AFFI le balaise en tête qui faisait meeting, conférence de presse alors qu'on avait demandé un peu de réserve question de ne pas énerver les parents des victimes qui voulaient les CARESSER avec gourdins. Mais non ils gueulaient comme toujours, car ils ne savent faire que cela, en plus de mettre le feu et la chienlit partout. Et bien leurs voeux pieux ont été exaucé et ils ont enfin pu VOYAGER AU NORD visiter cette belle région un peu méconnue d'un bon nombre d'entre eux... C'est ça là qui là encore, on leur a dit de la FERMER, les pays qui les accueillent même ne veulent pas les entendre, mais non c'est plus fort qu'eux, chassez le naturel et il revient au galop, c'est ça leur manger. Donc mes chers refondus exilés vous étiez prévenus fallait fermer votre caquet c'est tout. On va vous accueillir ! ATOU, AKWABA tout ça là est là pour vous... A bientôt à l'aéoroport en grande pompe, une délégation spéciale pour vous... Kiakiakia. Akobla.
 
Forestier De Lahou  a écrit
27 Août 2012 05:22:28
C'est bien fait. Ces imbéciles de LMP auraient dû tout faire pour se faire oublier. Au contraire ils ont manié la provocation. "Qui sème le vent récolte la tempête !"
 
Petit Boulanger  a écrit
27 Août 2012 03:28:48
Non Marie H. Ouédraogo, dites plutôt la La traque des opposants déstabilisateurs s'accentue.

Merci