L'homme naquit pour travailler, comme l'oiseau pour voler. ( François Rabelais)
|
login
|
Email alertes
|
|
publicite
|
rss
Côte d'Ivoire : un post du blog de Guillaume Soro appelle à "éradiquer" le FPI, qualifié d'"organisation terroriste"
Article publié le: 21 Août 2012 - Auteur: Par Mathieu Olivier - Source: Jeune Afrique
On aurait pu attendre moins "clivant" de la part du président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire, pays à la recherche d'une réconciliation qui semble toujours hors de portée. Sur son blog personnel relayé par les réseaux sociaux, l'ancien Premier ministre Guillaume Soro a publié, mardi 21 août, un article intitulé "Le FPI : une organisation terroriste ivoirienne à éradiquer", signé par un de ses conseillers spéciaux. L'ancien parti de Laurent Gbagbo y est comparé à Al-Qaïda ou encore au Mujao.

Le 4 juillet 2012, Guillaume Soro, président de l'Assemblée nationale, déclarait : « La réconciliation nationale fait son chemin en Côte d'Ivoire ». Il semble cependant que, dans son esprit, les efforts d'apaisement soient désormais bien loin. Alors que le pays est secoué par des violences, dont les auteurs ne sont pas encore clairement identifiés, les propos belliqueux reviennent au pas de charge. Jusqu'au plus haut sommet de l'État.

De fait, Guillaume Soro a relayé sur son blog personnel, mardi 21 août, les écrits d'un de ses conseillers les plus proches, Félicien Sékongo, ancien porte-parole des Forces Nouvelles (ex-rebéllion). L'article, intitulé « Le FPI : une organisation terroriste à éradiquer », n'est rien de moins qu'un tract incendiaire à l'encontre du Front populaire ivoirien (FPI), l'ancien parti de Laurent Gbagbo, accusé - sans preuves - d'être derrière les récentes attaques contre les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI).







"Au nom de l'humanité"

« Aqmi, Al Qaïda, Mujao... Ces organisations ont des ramifications qui prennent des appellations diverses en fonction du continent, du pays où elles sont implantées. En Côte d'Ivoire, le pendant de ces organisations est sans nul doute le FPI », explique le texte, qui trônait fièrement, mardi après-midi, en Une du blog de Guillaume Soro.

Et d'expliquer « par a + b » que « l'essence politique du FPI, c'est la banalisation de la mort, la désacralisation de la vie humaine. Ses adeptes ont appris et accepté qu'un être humain mort est comme un chien enragé qu'on tue, et pis et que cela devait même être source de réjouissance. » Avant de conclure : « C'est le lieu donc d'appeler à l'union sacrée pour éradiquer, une fois pour toutes, le fléau FPI. Cela, au nom de l'humanité. » Rien que cela.

La Côte d'Ivoire avait-elle besoin d'un nouvel appel à la violence ? Surtout émanant du second personnage de l'État ? Les Ivoiriens jugeront.
Les réactions
 
Guy  a écrit
23 Août 2012 01:47:05
Ces propos vous l'avez si bien dit, sont de quelqu'un et donc pas de Soro.Moi même aie été victime de cela:des images ou propos d'une tierce personne internaute peuvent se retrouver sur votre blog.Alors chers journalistes, mettez vous à la connaissance de l'internet , de ses techniques avant d'afficher une personnalité du pays.
 
Kabako  a écrit
23 Août 2012 12:37:02
FPI = VIOLENCE ,la seule solution,il faut leur repondre par la même violence.Les gens de gbagbo re respectent que ceux qui sont violents.
Le président Allassane veut ressembler à feu Houphouet Boigny,mais il a oublié que les mêmes gens de gbagbo ont précipité la mort du vieux en utilisant la violence au moment où Houphouet parlait de paix.Nous n'allons pas donner ce plaisir aux gens de Gbagbo,nous sommes prêt maintenant.
Mon voisin attend une manifestation du fpi et les combattants d'abobo sont déjà en mouvement.Allassane peut continuer à chercher son prix Nobel de la paix.
 
Bah  a écrit
22 Août 2012 05:09:24
S'il est vrai que le FPI est un parti politique légalement constitué, il n'en demeure pas moins que ses méthodes sont assimilables à celles d'une organisation terroriste.
En effet, né dans la clandestinité, et même dans l'exercice du pouvoir d'Etat pendant une décennie, le FPI n'a jamais pu se départir de la violence du discours et des actes qui caractérisent les partis maquisards.
La constance du discours haineux et belliqueux de Mme Simone GBAGBO, justement surnommée "la Dame de feu", est la meilleure illustration de cet état d'esprit.
Du reste, il est craindre que cette tare est congénitale ne survive aux futures générations de dirigeants de ce parti.
 
Abou Toure  a écrit
22 Août 2012 05:01:44
Sugar Sylla@
Qu'est-ce-que les 9 femmes d'Adjanou de Sakassou avaient avoir avec le FPI? Qu'est-ce-que le frère du Maire Konan Kangah avait à voir avec le FPI? Qu'est-ce-que des centaines ou des milliers de paysans du Centre, de l'Ouest et de l'Est avaient à voir avec le FPI, pour être la cible du MPCI, de MPIGO et MJP? Qu'on-t-ils à voir avec la politique? Faites attention à la violence aveugle. Nous ne voulons plus de guerre dans notre pays, ni de Rwanda.
Hier on reprochait à la presse bleue et la RTI d'avoir semé la graine de la guerre. Ce qui vaut aujourd'hui l'exile de certains parmi eux. Faites très attention, le Monde est très bizarre.
 
Amourdupays  a écrit
22 Août 2012 04:50:12
Je sais que les passionnés ne m'écouteront pas. Mais ce pays nous appartient à tous, et nous sommes tous préoccupés pour la paix dans notre pays. C'est pour cela qu'il faut éviter la langue de bois. Si cette vérité peut nous sauver DIEU merci.
Pour rappel : La rébellion de 2002 et la farouche opposition des partis politiques avait obligé Gbagbo et le FPI à durcir leur pouvoir et à poser les actes abominables sous le regard des observateurs de la Communauté internationale. Gbagbo s'est ainsi transformé en un véritable dictateur sanguinaire, sans s'en rendre compte lui-même, car il estimait légitimes ses actes qui devraient sauver son pays. Mais son interprétation était différente de celles de l'opposition et de la Communauté internationale. Voici comment le démocrate est devenu dictateur, en partageant son séjour avec son ami Charles Taylor. Un dictateur, ça peut se fabriquer, dès lors qu'on a un peu de prédisposition. C'est ce que le Président Bédié a su éviter à temps.
 
Amourdupays  a écrit
22 Août 2012 04:49:26
C'est vraiment dommage pour notre pays. Ne voyez-vous pas que le FPI est en passe d'atteindre ses objectifs ? Ne voyez-vous pas que vous faites bien le jeu du FPI. Selon ce que nous entendons, à ce rythme là, le RDR risque de vite rattraper le FPI dans sa barbarie qui a valu à son maître de séjourner à la Haye actuellement.
Vous savez quand on se bat contre quelqu'un qui est déjà couché au sol, on a plus de risque de se retrouver par terre comme lui. Dans ce nouveau siècle mondialisé, il n'y a rien de plus fragile que le pouvoir, face à toutes sortes d'attaques, d'où qu'elles viennent. Mêmes les grandes puissances n'échappent pas à cette réalité. Le surarmement ne suffit pas. La puissance des chefs de guerre n'y suffiront pas. La hargne et la haine des militants du RDR n'y suffiront pas non plus.
Le FPI est conscient qu'il ne pourra pas reprendre de si tôt le pouvoir. Cependant les refondateurs ont tout simplement décidé de transformer ADO en dictateur comme il en est advenu de Gbagbo. De rendre le pays incertain. Pour le faire, ils ont besoin d'être aidé, notamment par leurs adversaires que sont le RDR et l'Etat.
Le Président ADO l'avait compris, c'est pourquoi dès son élection, il a préconisé la réconciliation. Le FPI aussi a comprit le piège, c'est pourquoi ils refusent jusqu'à ce jour d'aller à la réconciliation. Leur seul objectif, c'est de pourrir le mandat d'ADO et le contraindre à abandonner le pouvoir avant terme.
La radicalisation du pouvoir est du pain béni. Ces gens là n'ont peur de rien. Ils sont habitués à la prison. Comme des "terroristes" selon Soro, la mort ne les effraie pas. Ils sont capables d'endoctriner leurs militants pour les jeter massivement en pâture, en en tuant eux-mêmes, afin de faire porter le chapeau à leurs ennemis. Guéï l'avait apprit trop tard à ses dépens.
C'est pour cela qu'il est très dangereux pour le pouvoir de les suivre dans les déclarations incendiaires, de ce genre. Car cela permet de prendre la Communauté internationale et les ONG à témoin. De surcroît Soro et son petit monde ont intérêt à faire profil bas, car ils savent qu'ils sont dans la ligne de mire de la Communauté internationale qui commence à s'agacer de leur impunité.
Militants du RDR, sécurocrates du pouvoir, si vous aimez ADO, réfléchissez bien avant de parler et d'agir. Evitez de faire le jeu du FPI, par une chasse aux sorcières à outrance. Le langage de la non violence sera plus porteur que celui de la force. Le terrain sur lequel les refondateurs vous entraînent, ils ont une longueur d'avance sur vous. Votre grand handicap, c'est l'image d'ADO qui doit être préservée à tout prix. Eux, n'ont absolument rien à perdre. Comme vous le savez celui qui n'a rien à perdre est extrêmement dangereux. Si la Rébellion a réussi son coup, c'est parce qu'elle n'avait rien à perdre. Aujourd'hui la donne a changé, le confort, les honneurs, la puissance et l'argent sont là ? Ces animateurs d'hier sont-ils prêts à risquer de perdre tout cela ? Si la Communauté internationale venait à perdre patience et à tourner le dos, aucune armée africaine, aucune amitié internationale, ne pourront vous préserver. Cette lutte risquerait de s'enliser dans le temps comme ce fut avec la Rébellion.
Je sais que les passionnés ne m'écouteront pas. Mais ce pays nous appartient à tous, et nous sommes tous préoccupés pour la paix dans notre pays. C'est pour cela qu'il faut éviter la langue de bois. Si cette vérité peut nous sauver DIEU merci.
Pour rappel : La rébellion de 2002 et la f
 
Bah  a écrit
22 Août 2012 04:30:10
S'il est vrai que le FPI est un parti politique légalement constitué, il n'en demeure pas moins que ses méthodes sont assimilables à celles d'une organisation terroriste.
En effet, né dans la clandestinité, et même dans l'exercice du pouvoir d'Etat pendant une décennie, le FPI n'a jamais pu se départir de la violence du discours et des actes qui caractérisent les partis maquisards.
La constance du discours haineux et belliqueux de Mme Simone GBAGBO, justement surnommée "la Dame de feu", est la meilleure illustration de cet état d'esprit.
Du reste, il est craindre que cette tare est congénitale ne survive aux futures les générations de dirigeants de ce parti.
 
Ami  a écrit
22 Août 2012 04:12:20
Je suis yacouba de père et wobé de mère mais, mes parents yacoubas sont idiots comment suivre un Mr qui a tué le Général GUEI pr la seule raison qu'il est de l'ouest en 10 ans dites moi la réalisation qu'il a faite à l'ouest? que de desolation depuis que ce parti existe le sang des ivoiriens ne fait que couler avec ses vampires alors il faut l'éradiquer, je dirais à mes parents yacouba et wobé ouvrez les yeux parce le fpi c'est un parti satan si vous voulez rester dans cette situation suivez ses demons je vous parle je suis votre fille a bon entendeur salut.
 
Tonton Clemso  a écrit
22 Août 2012 03:54:20
c est le monde a l envers...
un chef rebel qui a enferme des gendarmes dans des conteneurs qui parle de violence...
soro t en fais pas ton tour n est plus trop loin...
 
Mcintosh  a écrit
22 Août 2012 03:02:40
Le FPI ne croit qu'en une seule chose:la violence. Ce parti ne croit en rien d'autre que d'instrumentaliser les jeunes et tous ceux qu'il peut encore hypnotiser pour casser, detruire et meme tuer afin de parvenir a ses fins. La Cote d'Ivoire avec Le PR ADO amorce un nouvel elan qui donne forcement de l'espoir a tous ceux qui avaient commence a desesperer d'elle.Le Fpi et ses sbires ne voient pas les choses de cette facon et croient meme que c'est en sabotant le travail qui se fait en ce moment en CI que les choses changeront pour eux. Je n'y crois pas et demande au gouvernement de garder un oeil sur ce parti. Cela dit, je crois qu'il est tout de meme excessif de penser a "l'eradiquer". Honorable Soro, retirez votre parole.Pour l'amour de la CI.
 
Fabienne Daigri  a écrit
22 Août 2012 02:37:42
merci à toi Abou pour ton analyse objective.
 
Kouame  a écrit
22 Août 2012 02:10:36
Quand je lis les commentaires,j'ai froid au dos tellement j'ai peur pour le devenir de notre pays car n'étant pas encore un Nation. La violence appellera toujours la violence donc dans ce cas, apposons l'amour, la tolérance à la violence et enseignons ces vertus à ceux qui la pratiquent. Mes frères et soeurs ivoiriens, désarmons nos coeurs et nos claviers pour qu'advienne la paix.
 
Veriteici  a écrit
22 Août 2012 01:39:09
la haine est a son paroxysme la violence qui va s'en suivre sera pire que celle que nous avons deja connnu tant chacun veux en decoudre. personnes ne veux laissez une chance a la paix. que de tels messages émanent meme des plus hautes autorité du pays vraiment le pire est a craindre. le rwanda ne sera certainement rien a coté de ce qui se passera de ce pays si rien n'est fait pour stopper dès maintenant cette escalade de violence verbale physique et psychologique. j ai peur vraiment peur pour mon pays.
 
Jean  a écrit
22 Août 2012 01:21:05
ERADIQUE le FPI est une option voulue pas seulement par Soro mais par 90% des ivoiriens dont moi meme et je l'ai a mainte fois ecrite.
On ne discute pas avec des terroristes:Le FPI doit etre aneanti a sa simple valeur afin que la societe ivoirienne puisse s'occuper du developpement.
En Ethiopie l'ancien 1er ministre Meles Zenawi ne discute pas avec les sectse de la trempe du FPI il etablie l'ordre c'est pkoi son pays connait une croissance a deux chiffres depuis une decennie.
En Mauritanie ould mohammed ne discute pas avec les terroristes comme le FPI,il les matte jusqu'a jusqu'a etablir l'ordre sociale.
L'erreur de Ouattara a ete de laisser Gbgagbo et sa bande en vie.
Peut-tu me dire si on avait tuer les Bro Gbregbe,le Sokouri Bohui,Affi nguessan,Dogbo Ble,Seka Seka etc... qu'arriverait-il?mais on a laisser echapper les Ble goude,toure Zeguen,Don melo,Assoua Adou,koffi lazare,Attebyetc.. alors qu'ils ont fait massacrer de nombreuses familles.
Dieu Merci que le FPI est entrain de nous donner une 2eme chance et cette fois ci on ne s'en privera pas.
 
Sugar Sylla  a écrit
22 Août 2012 12:38:09
Sékongo Félicien a parfaitement raison de qualifier le FPI de parti terroriste et adepte de la violence. Quand des ivoiriens farouches partisans de ce parti se voilent la face en refusant de reconnaître que c'est ce parti qui a introduit la violence et la barbarie en Côte d'Ivoire, on ne peut que reconnaître que la réconciliation et la paix seront impossibles avec ces gens nourris depuis des générations à la sève de la négation des faits, de la haine et de la pagaille. Un, deux et trois, ces refondateurs et leurs suiveurs refusent de reconnaître que c'est le FPI qui a introduit la violence et la barbarie dans la politique ivoirienne. Pour eux tout est parti de la rébellion des Forces nouvelles (Fn) en 2002. Ceci est une particularité de ces gens-là qui sont habitués à tronquer la vérité et à répéter le mensonge jusqu'à ce qu'il devienne la vérité. Tout le monde sait ici en Côte d'Ivoire que c'est le FPI qui a inauguré les émeutes violentes et barbares avec la mise à feu du Plateau avec les évènements de Février 1992. Ensuite le tournant et le point décisif de cette politique de la violence sera atteint en octobre 2000 avec le charnier de Yopougon qui a été marqué par les assassinats gratuits de 57 jeunes gens issus du nord de la Côte d'Ivoire. Ces jeunes gens manifestaient pacifiquement pour la reprise de l'élection présidentielle qui avait débouché sur la victoire calamiteuse de Gbagbo Laurent aux prises avec Guéi Robert. Ces 57 jeunes gens sympathisants du RDR avaient été froidement exécutés et jetés sur un tas d'ordures dans les encablures de la MACA par des gendarmes à majorité d'ethnie Bété, Guéré, Dida et Attié déjà au service du sanguinaire Gbagbo Laurent qui venait de prendre le pouvoir. Et aucun des gendarmes impliqués dans ces crimes, à commencer par le sinistre commandant feu Bè Kpan n'ont été condamnés. Au contraire, ces gendarmes assassins ont eu des avancements et plusieurs d'entre eux ont été affectés à Bouaké, le temps de se faire oublier. Et pour les refondateurs, les 57 jeunes tués étaient des poulets qui avaient été tués, et personne ne devrait être inculpé pour ces assassinats. C'est là, l'origine de la rébellion des Fn. Il s'agissait d'abord de montrer que les jeunes gens tués étaient des hommes et non des poulets, et qu'ils avaient des parents et sympathisants qui pouvaient les venger. C'est pour cela que la rébellion s'est implantée à Bouaké et a sérieusement corrigé les gendarmes assassins qui y avaient été affectés par le régime violent et sanguinaire de Gbagbo. Il s'agissait pour les Fn de démontrer que ceux qui tuaient pouvaient être tués aussi, et que tout le monde a le même sang qui coule dans les veines. Voilà quelques secrets de la naissance de la rébellion des Fn. C'était juste pour équilibrer la terreur initiée par le FPI depuis octobre 2000. Et qu'à l'issue de ces crises, que les refondateurs admettent que s'ils tuent gratuitement un Dioula, le même Dioula peut les tuer gratuitement aussi. Et à partir de là, on va se respecter fort dans ce pays qui nous appartient tous ! Une vie est une vie !
Merci.
 
Forestier De Lahou  a écrit
22 Août 2012 12:08:45
Soro a été premier ministre de Gbagbo. Il est donc bien placé pour savoir comment il fonctionne. On peut seulement regretter le terme "éradiquer", qui, dans un contexte où tout porte à la violence, peut être interprété d'une manière excessive (élimination physique). En revanche, il est impératif de mettre fin aux actions subversives et attentatoires à la paix, la réconciliation et la démocratie qu'on constate quotidiennement en ce moment, quelle que soient leur origine.
 
Waraba  a écrit
21 Août 2012 06:24:01
C'est le monde à l'envers! C'est une chef rebelle dont les forces armées ont occupé et pillé Bouaké - l'occupation continue d'ailleurs, les crimes de sang et les crimes économiques étant jusque-là restés impunis - qui ose traiter un parti politique d'organisation terroriste. Vraiment la Côte d'Ivoire fonctionne la tête en bas les pieds en haut!
 
Cricri  a écrit
21 Août 2012 05:54:42
Le Président de l'assemblée nationale, n'a pas le droit de diffuser sur son blog personnel de tels messages.Cela est choquant de la part d'une personnalité comme lui qui représente une grande institution de la CI.Le P.A.N doit présenter ses excuses aux ivoiriens et que plus jamais de telles choses se reproduisent.Merci
 
Abou Toure  a écrit
21 Août 2012 04:45:08
Notre intention, n'est point de défendre les monstres diaboliques du FPI, cependant il est choquant d'entendre pareilles inepties de la bouche de l'une des faces de la même pièce du drame ivoirien. C'est probablement ce comportement qui conforte le FPI dans son attitude à ne pas reconnaître ses torts et à persister dans ces errements.
Si le ridicule pouvait tuer. Venant d'une autre source, nous l'apprécierions et nous soutiendrions cette affirmation sans réserve. Mais que cela vienne de Soro et de ses compagnons, c'est vraiment étonnant. Ont-ils déjà oublié les 9 pauvres femmes d'Adjanou qu'ils ont lâchement assassinées à Bouaké? Qu'on nous présente les enquêtes. Ont-ils oublié la terreur qu'ils semaient dans leurs zones, des paysans sans défense qu'ils assassinaient ? Le Frère du Maire Konan Kangah assassiné dans son village par vos éléments. La soixantaine de gendarmes aux mains nues, assassinés avec leurs enfants et visiteurs, étaient-ils des chiens enragés? Vos actes étaient-ils différents de ceux des terroristes FPI d'aujourd'hui, vous qui avez tué sans sommation, tout ce qui était corps habillés, sans vous préoccuper de savoir si c'étaient des pro-Gbagbo ou non. Le fait d'être du côté des vainqueurs ne vous absout en rien. Votre attitude ravive les plaies encore béantes des victimes de vos crimes. Occuper impunément les maisons des braves populations n'est-il pas un acte terroriste? Dans quelle constitution a-t-il été décrété que vous êtes au-dessus du peuple, et que vous pouvez disposer de leurs biens et de leur être à votre guise?
Non ce n'est pas parce que malgré ces atrocités, les populations du centre aient choisi de voter pour votre champion, afin que vous soyez aujourd'hui au perchoir que vous devriez vous considérez comme blanchis. La couleur du sang une fois coagulé ne se détache plus du drap blanc ivoire. Remerciez plutôt Gbagbo, qui par ses bêtises et son idiotie, n'avait laissé aucune alternative aux ivoiriens.
C'est une injure à la mémoire de vos innombrables victimes du Centre, de l'Ouest, du Sud et de l'ensemble du pays. Même si la Commission CNE a établi que vous avez fait la moitié des innombrables victimes du FPI, vous ne pouvez vous en réjouir, car ce sont tous des ivoiriens. Si on avait additionné vos chiffres de la crise postélectorale à ceux de la rébellion, vous auriez fait sans doute match nul dans le sang des ivoiriens. Probablement si la rébellion n'avait pas eu lieu, les ivoiriens auraient chassé Gbagbo plus tôt que de lui accorder deux mandats sanguinaires comme il l'a fait. N'étiez-vous pas son complice dans son gouvernement? N'avez-vous pas participé à la lutte de Gbagbo dans la FESCI? Je pense qu'il serait plus sage pour vous d'être humble dans cette situation dramatique de notre pays, même si aujourd'hui vous en récoltez les lauriers. L'on se demande si ce n'était pas votre unique motivation, vu votre acharnement à vouloir occuper tous les postes, et le bonheur que vous affichez sans dissimulation, vous et tous vos compagnons. Dans ce pays, on connaît ceux qui sont propres et ceux qui partagent le goût salé du sang.
 
Le Véridique  a écrit
21 Août 2012 03:21:46
Monsieur,le mot éradiquer ici voûte dire dissoudre.C à dire dissolution du Fpi.Aujourd' hui en ci beaucoup de personnes veulent la disparition du fpi.
 
Srika Blah  a écrit
21 Août 2012 03:17:20
Il ne faut JAMAIS sous-estimer la force destructive du FPI... Depuis plus d'un an, nous qui connaissons un peu mieux le FPI, nous ne cessons pas d'avertir le pouvoir Ouattara qu'il ne devrait pas ouvrir un boulevard au FPI.
Quand le FPI et les pro-Gbagbo disaient qu'il faut que tous les militaires rentrent dans les casernes de meme le depart des "dosos" c'etait une posibilite pour eux de preparer facilement des attaques contre le regime.
Le FPI attaquera toujours le pouvoir en place avec des armes, si Ouattara ne se montre pas BRUTAL.
Il faudra que les FRCI agissent avec une BRUTALITE INOUIE contre les pro-Gbagbo pour qu'ils comprennent qui dirige ce pays...........
Moi je ne cesse pas de dire que Ouattara a eu TORT de laisser en vie Koudou Gbagbo et sa suite captures a la presidence.

Guei Robert et 18 membres de sa famille plus son chien, son cheval-blanc et son chat ont TOUS ete ASSASSINE..... Qui a pu lever le petit doigt chez les Wabai,GUERE et YACOUBA >>>

Avec Gbagbo qui est un BT, nos parents de l'extreme-Ouest sont devenus eux aussi brusquement BT....
 
Mandebol  a écrit
21 Août 2012 03:05:03
ou es ce ki vs surprend. ce n'est ke la triste verite.tt le monde voit ke le fpi es la source de tt le malheur de ce pays.eradiquer ce parti ne fera ke donner 1 pouce a la reconciliation de ce pays.