Il ne faut jamais se montrer trop empressé après une réconciliation. (Gérard Bessette)
|
login
|
Email alertes
|
|
publicite
|
rss
Bouaké/ Institut de formation des infirmiers et sages-femmes
L'Infas à la peine avec l'héritage des Forces Nouvelles
Article publié le: 07 Août 2012 - Auteur: Adam's Régis Souaga - Source: Lebanco.net
La nuit est tombée sur la ville et les réverbères illuminent de pleins feux Bouaké. Même si juste après le Chu, c'est une obscurité qui envahit le passant jusqu'au carrefour de « l'habitat de la caisse ». Sur le côté de la direction de la Sodeci se trouve l'institut de formation des agents de la santé (Infas). Ce site a servi après Octobre 2002 de bureau civil aux Forces Nouvelles qui y avait leur secrétariat général. Le bureau de Guillaume Soro était logé au premier étage du premier bâtiment administratif, juste en face, dès l'entrée dans la cour. Durant le temps de la crise, la cour de l'ex-Infas était illuminée. Mais, le départ définitif des Forces Nouvelles du site l'a plongé dans une tristesse aggravée par la pénombre qui l'envahit une fois la nuit tombée. Les réverbères ne s'allument plus et la lumière intérieure de quelques bâtiments produit un effet de luciole dans l'obscurité. Comme si la direction de l'Infas de Bouaké regrettait encore le récent passé avec les Forces Nouvelles, elle a du mal à effacer sur le mur du bâtiment administratif, l'écriture qui rappelle que c'était là le secrétariat général des Forces Nouvelles de Côte d'Ivoire. Sur la façade extérieure de la clôture, à l'entrée, au moins, cet écriteau a disparu pour laisser place aux enseignes de l'école. Vivement que les soins appropriés soient donnés à l'Infas de Bouaké qui est visiblement à la peine avec l'héritage de l'ex-rébellion.
Adam's Régis Souaga
Les réactions
 
Zievoih  a écrit
09 Août 2012 11:44:19
Ces gens là sont égoïstes. Ils ont juste utilisé Bouaké pour leur cause, ensuite comme du citron pressé, Bouaké est rejeté, alors qu'ils ont par la suite occupé des hautes fonctions dans ce pays. Ils ne regardent plus dans le rétroviseur. Politiciens, Ô Kpô...